Voyager avec de grands enfants c’est plus simple (ou pas)

Chère jeune Maman croisée sur l’autoroute, toi qui galérais avec ta poussette, ton sac à langer, un bébé et une petite princesse d’environ deux ans, j’ai vu ton regard plein d’envie sur mes garçons de 8 et presque 10 ans.

Je t’ai vu soupirer lorsqu’ils se sont attachés tout seuls.

Je suis sûre que tu étais persuadée que mon voyage avec deux « grands » était beaucoup plus simple que le tien.

Détrompe toi !!!

Grand-Monstrou de presque 10 ans est monté à l’avant pour la route, il a avalé une bouffé d’air et a parlé non-stop pendant 1h15 jusqu’à ce qu’au bord de l’explosion neuronale je décide de leur payer un burger.

Là tu te dis, c’est cool, avec des grands, ça va vite.. Tu ne connais pas mon Petit Monstrou qui parle à chacune de ses frites avant de les manger. Résultat : UNE HEURE au mc do… encore heureux que nous n’ avions pas choisi un restaurant gastronomique.

Quand tu sais qu’il te reste 400 km à faire, c’est légèrement contrariant.

J’ai tenté de mettre de la musique, afin de canaliser le flot de paroles de mon Grand Monstrou, mais là encore, maintenant qu’ils sont grands, je n’ai plus accès à mon propre auto-radio.

Est-ce que tu sais ce que ça fait d’écouter Rihanna trois fois de suite ? J’en avais la nausée !

Bon ok, toi tu es encore au stade des comptines, mais si tu veux changer ta radio, écouter ce que tu veux, tes petits ne vont pas hurler à la mort dans la voiture.

Tu m’envies encore ?

Est-ce que tu te rends compte que si je laisse Grand Monstrou à l’arrière, il y a de fortes chances pour qu’en cours de trajet je vois passer des baffes, des coups de poing dans mon rétro parce qu’ils se sont disputés, qu’ils s’ennuient et qu’ils s’agacent mutuellement.

Je te garantis que c’est plutôt sportif, quand tu es sur le périphérique, que tu sais, que tu entends, que tu vois qu’ils se battent et que tu ne peux rien y faire à part hurler comme une vieille mégère qu’on va se tuer et que ce sera leur très grande faute.

Est-ce que tu sais qu’en 500 km j’ai du entendre 375 000 fois «il reste combien de temps ? » « On arrive bientôt ? »…

C’était à un tel point qu’à 20 km de l’arrivée je leur ai annoncé que le prochain qui posais la question terminerais le voyage sur la galerie de la voiture… ça les a stoppé environ deux secondes, puis comme ce sont des fils de peste… ils ont recommencé de plus belle !

Ah sinon ils sont beaucoup plus autonomes, ils prennent leur gouter tout seul ( ma voiture est un nid de bactéries et de miettes) et il n’y a pas d’arrêt biberon. Mais quand tu roules à 130, que tu n’en peux plus de la route et que tu vois dans ton rétro que Petit Monstrou a décidé de se coiffer avec de l’évian… Et que tu ne dis absolument rien parce que pendant qu’il fait ça, il te fiche la paix…

La tu te rends compte que le voyage a été bien usant.

Alors oui, c’est bien pénible, les poussettes, les couches, les biberons, trouver de quoi réchauffer le ptit pot etc mais je te rappelle que j’y suis passée aussi et je te conseille de ne pas trop m’envier car si les problèmes des voyages évoluent, il en reste encore.

En plus je suis sûre que les tiens, ils ont dormi dans la voiture, les miens n’ont pas fermé l’œil.

Je fais la route dans l’autre sens dimanche prochain … j’envisage de les droguer avant le départ !

k7691684

Be Sociable, Share!

17 réflexions sur « Voyager avec de grands enfants c’est plus simple (ou pas) »

  1. prochain stade : la conduite accompagnée où la maman freine dans le vide en étant co-pilote et finit dans un état de nerfs indescriptible à force d’avoir cru qu’un accident allait arriver!

  2. Tu me fileras une dose de ta drogue ? s’il te plait je suis ta copine 😉
    J’ai fait l’aller retour en avion avec escale pendant ses vacances et après avoir passé 5 heures confinée avec les deux pipelettes, j’ai cru 1. que ma tête allait exploser, 2. que je les tuais tous les deux …

  3. En tant que mère indigne que je suis, je m’étais une fois présentée à la pharmacie en prétextant des maux de ventre de mon fils lors des longs voyages.
    Le gentil pharmacien m’avait proposé qqchose qui par miracle leur permettait de ne pas s’endormir…. « Ah parce que vous avez aussi de quoi les endormir?, je vais opter pour cette seconde option ».
    Et ce fut mon premier long trajet serein!
    Le hic, c’est que j’ai oublié le nom du remède miracle!!! :-(((

  4. Ah ah ah, j’adore…
    Moi, c’est garçon et fille… et c’est pareil, flot de parole continus de l’un ou de l’autre…
    Dispute sur qui a parlé en premier et doit donc continuer car priorité…
    Puis dispute car lassitude…

    Non, les enfants ne dorment pas en voiture, ou alors j’ai pas choisi les bons enfants!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *