Une main malheureuse

Mais non, ceci n’est pas un blog de foot, je ne vais donc pas m’étendre sur le geste hyper sportif de Thierry Henry, ni sur le fait que c’est le moment où jamais pour lui de se rouler par terre en braillant ( comme le font tous les « fous-teux »)  car là vraiment c’est : la HONTE !
Non, sur cet événement qui va certainement redorer le blason de la France, je ne dirai qu’une seule chose : vive le sport !
En parlant de «  main malheureuse » je voulais juste évoquer la prochaine interdiction par décret de donner une fessée à nos enfants. Qu’on soit bien d’accord, je le disais encore récemment ( Mr Poux et la discipline), je suis persuadée que la fessée n’a rien de pédagogique et qu’elle est plus utile aux parents qu’aux enfants. MAIS,  à moins de les frapper violement à coup de ceinturon ( ou autre ustensile prisé dans les générations précédentes) , une tape sur la fesse n’a jamais traumatisé personne ( sauf si vous êtes dans le métro et que c’est un inconnu à l’œil lubrique, la bave aux lèvres qui vous l’administre, là vous avez le droit de répondre !).
Bref, ce matin je vais râler très fort contre Madame Edwige  Antier qui souhaite s’immiscer dans nos chaumières et nous interdire de donner une fessée de temps en temps. Toute pédopsychiatre qu’elle soit, personnellement si j’avais eu besoin de son avis je serais allée consulter.
Est-ce encore le modèle américain qui frappe ? Pourquoi est-ce qu’on ne reproduit que les erreurs du géant aux pieds d’argile ? ( fast-food, obésité, laxisme dans l’éducation, violence).  Je tiens à signaler que là-bas, « l’enfant-roi »,  ils sont en train de s’en mordre les doigts. Parce que, non seulement on n’a pas le droit de fesser son enfant, ni de lui crier dessus mais ils ont également  instauré un système de dénonciation très  actif qui ne saurait tarder à être implanté en France. N’importe qui peut appeler les services sociaux s’il considère que vous avez disputé votre enfant trop violemment. En clair, le jour ou vous voulez enquiquiner vos voisins, hop un ptit coup de fil aux services sociaux et zouuuu ils se prennent les visites  de vérification les enquêtes etc. Mais surtout ça donne des gamins qui feraient n’importe quoi pour attirer l’attention et obtenir le NON ferme et définitif dont ils ont tant besoin pour se développer.
Loin de moi l’idée de faire l’apologie de la fessée, chaque fois que j’y ai cédé, j’ai eu un petit pincement au cœur qui me soufflait que ce n’était PAS la bonne solution. Je me souviens lorsque, enceinte de Grand Monstrou j’avais adopté de grands principes : «  je ne crierai pas sur mon enfant, je ne donnerai jamais de fessée ».
Ratééééééééééééééééé !  Alors histoire de ne pas être archi-déprimée tout de suite parce que je suis une mauvaise mère, j’assume et je me range derrière mon patrimoine culturel qui dit que ça n’a jamais traumatisé personne. Si j’avais grandi en Finlande, donner une fessée ne m’aurait même pas effleuré l’esprit car là-bas non seulement c’est interdit mais ça leur semble inconcevable de «  lever la main sur un enfant ».
Dis comme ça, ça fait froid dans le dos non ?  Vous ne saviez plus comment vous faire respecter/entendre par votre progéniture, la « chose » se roulait par terre avec des hurlements dépassant le mur du son en vous bourrant de coups de pieds, vous avez craqué et «  levé la main sur lui »…  Qu’est-ce vous venez d’apprendre à la chair de votre chair ? La prunelle de vos yeux ?
Heuuuuuuuuuuu que vous n’êtes pas un robot mais juste une personne, humaine et limitée ( très ?). Et là, sortez vite l’argument choc avant de passer pour une couillonne «  ouais mais des fessées, j’en ai reçu et regarde, j’suis pas traumatisée » !
La preuve qu’on n’est pas très clair à ce sujet, c’est qu’on ne supporterait pas que l’enseignante de notre enfant lui administre une fessée. Et pourtant, la pauvre dame passe l’intégralité de sa journée avec trente monstres en puissance, tous élevés de manière différente,  tous livrés avec les options : caprice, colère, insubordination, insolence etc.
Donc si les enseignantes parviennent à dompter 30 monstres sans les frapper, peut-être que nous avec un, deux ou trois à la maison on devrait pouvoir y arriver…
Très certainement, mais si le débat est fort intéressant c’est le côté «  décret » qui me gène…Parce que très bientôt je ne serai plus maitre chez moi, je n’ai déjà plus d’ampoules qui éclairent, parce qu’elles consommaient trop, je me caille toute l’année parce qu’on a «  bloqué » mon thermostat à des températures adaptées aux économies d’énergie… Voilà qu’on va me dire ce que je peux ou ne peux pas faire avec mes Monstroux ?!?
Vous allez voir que bientôt, sous prétexte de santé et d’équilibre on va nous imposer les choix de nos légumes : Carottes le lundi, Brocolis le mardi…
«  Allo Madame l’assistance sociale ? Je voudrais vous signaler que  la famille X n’a pas servi de soupe de poireaux ce soir mais des frites roooo ».  
Pim-Pom Pim-Pom arrivée de la brigade du légume (j’ai pas dit DES légumes )
«  Madame, vous avez gravement compromis l’équilibre alimentaire de vos enfants, veuillez me suivre, vous écopez d’un mois de régime sec chez Weight Watchers ».
Et au fait, Mr Regard l’époux de cette chère Edvige Antier, il n’aurait pas détourné les fonds d’une association pour l’enfance  parce qu’il a reçu trop de fessées ? A moins que justement, il n’en ait pas reçu assez…
Allez savoir !

Be Sociable, Share!

6 réflexions sur « Une main malheureuse »

  1. Je suis comme toi vis à vis de la fessée, je pense qu'elle ne solutionne rien, je pense que c'est plus un moyen de défouler le parent que de corriger l'enfant… mais mais mais, l'enfant est malin, l'enfant teste, l'enfant va parfois trop loin. Il m'arrive de menacer mon fils d'une fessée mais j'ai rarement (à vrai dire je ne me souviens même pas l'avoir fait) besoin d'en arriver là. Je tiens à rester crédible à ses yeux, quand je lui dis qu'il aura quelque chose, il sait qu'il l'aura (cadeau ou… punition). Si je menace d'une fessée, c'est un truc qui lui fait peur alors il s'abstient. Cela dit, la punition ultime pour lui, c'est la privation de Wii (ah vive les jeux vidéo !). La relation de domination fort faible m'ennuie au plus haut point avec les punitions corporelles, je ne veux pas entrer dans un rapport de force. Par contre, je l'avoue, je braille beaucoup avec lui, et ça commence de bon matin. J'ai quelque part la chance d'avoir un enfant qui aime le raisonnement logique, et cartésien. Lui expliquer les choses (oui, c'est épuisant je l'avoue), l'aide à les assimiler et à les accepter et puis si ça ne suffit pas, 3 jours sans Wii et le monde n'est que désolation pour lui… Quand à Edwige Antier, je pense qu'elle évolue dans le monde du XVIème arrondissement de Paris, où l'éducation des enfants revient plus aux nounous et autres baby-sitters, qu'aux parents eux-même ; que son art d'éduquer les enfants, si plein de bonne volonté qu'il soit, ne s'adapterait pas à tous les milieux sociaux. Envoyez lui un mome de banlieue de 12 ans, très au fait de la violence, des commerces illicites et des films X… je serais curieuse de voir sa manière de l'appréhender, même s'il ne reste qu'un enfant à la sortie.

  2. très bien dit mesdames !
    Lorsque j'ai entendu, aux infos, cette idée d'interdire la fessée, je me suis dit "tiens, le 1er avril à été déplacé ?"
    Ben non.
    Désolant……
    Alors une tape de temps en temps si la bêtise le mérite, ça marque (l'esprit, pas le corps !), et on ne refait pas même boulette 2 fois !

  3. Ah moi, quand j'ai entendu ça, j'ai halluciné !!! Mais ils n'ont vraiment rien à foutre pour pondre des choses comme ça !!! Alors lave toi les mains (et aussi entre les doigts), ne fume pas, ne bois pas, mange ça et pas ça ….. mais on est un peuple de demeurés à ce point pour que ces "beaux messieurs" et "belles dames" se croient obligés de nous dicter notre ligne de conduite ? C'est à eux qu'il faudrait donner des fessées …. et qu'ils nous foutent la paix !

  4. Je préfère donner une fessée qui dure 30 secondes qu'un privation qui dure 3 jours! Ils existent trop de privations dans la vie d'un adulte pour commencer dès l'enfance. Les enfants sont impulsifs, même si on leur explique les règles il ne savent pas toujours les appliquer au bon moment d'autant plus que tout au long d'une vie on subit moult contraintes. Même l' « anar « le plus acharné doit se plier aux règles de la nature.
    Dès le plus jeune age nous avons besoin d'être guidé sinon pourquoi les êtres humains ont-ils inventés les Dieux, peut-être pour pouvoir désobéir de temps en temps à leur lois????
    Il vaut mieux donner une petite fessée que d'entendre dire plus tard « mes parents s'en moque ils ne s'occupent pas de moi ».

  5. Mais toi Mamina, tu n'as jamais eu besoin d'avoir recours à la fessée puisque ta fille était un ANNNNNNNNNNNNGEEEEEE 🙂 ( ok elle a bien changé depuis, mais c'est la très grande faute de Mr Poux !)

  6. Je crois qu'avec un seul enfant, la fessée est évitable sauf si vraiment c'est un » hyper » turbulent. Par contre avec deux ou plus, cela devient plus complexe car il y a toujours un frère ou une sœur qui incite à transgresser les règles. C'est marrant de défier les parents devant le petit ou le grand frère. Je fais partie de la génération, fessée et autre «  taloche », et comme Mme KINE, je n'apprécie guère le dicktat de nos élus sur la façon de gérer notre quotidien. Je cite «  le moindre fait divers est prétexte à légiférer »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *