Archives par mot-clé : suicide

La vie des autres #1

L’herbe est toujours plus verte chez le voisin et on fantasme toujours plus ou moins sur la vie des autres qui ont forcément tout mieux que nous. C’est particulièrement vrai avec les réseaux sociaux car si certains s’y épanchent, avec la multiplication des blogs, comptes instagram, vidéos youtube, les gens ont une fâcheuse tendance à ne montrer que ce qui va bien …

L’autre jour, une auteurE que j’admire énormément, me disait que ma vie lui faisait plutôt envie avec mes deux monstroux, mon boxerfou et mon Poux. Un jour je vous parlerai de ma famille dysfonctionnelle… de la souffrance qui se cache derrière celle qui raconte toujours des bêtises…

Mais pour commencer, je vais vous parler de ce si gentil pharmacien, toujours le sourire, jamais un mot plus haut que l’autre, nous avions fini par sympathiser. On plaisantait sur tout, il riait à chaque fois, il était d’une gentillesse hors du commun et je l’aimais beaucoup.

Oui j’utilise l’imparfait parce que même si moi, je trouvais qu’être pharmacien, toujours bien sapé, plein de connaissances et d’humour c’était top… lui ne pensait pas la même chose et il s’est jeté par la fenêtre un soir ou un matin de Novembre.

LE CHOC !

Personne de ses collègues n’a rien vu venir, ils savaient que sa vie perso n’était pas facile, toujours de mauvaises rencontres, pas de chance en amour etc. Mais de l’extérieur, rien de visible, il ne leur a rien dit en quittant son travail ce soir là, il n’a rien laissé paraître, il a décidé d’en finir alors que tellement de gens enviaient sa vie…

Il me manque beaucoup, je passe devant «sa» pharmacie presque quotidiennement, y entrer est douloureux, je m’en veux de n’avoir rien vu, de ne pas avoir osé l’inviter à boire un café. Parce que ça ne se fait pas quand on est une femme mariée d’inviter un homme à boire un café chez soi. Parce que … il était pharmacien et moi simple cliente… Certes il y avait un bon contact mais où est la frontière entre la relation commerciale et la sympathie voire l’amitié…

Alors pour inaugurer cette série de “la vie des autres” j’ai envie de vous dire, ne vous fiez pas aux apparences, jamais. L’herbe est toujours plus verte ailleurs mais souvent on ne voit pas les chardons … Ne soyez pas si prompts à juger, vous ne SAVEZ pas ce que vivent vraiment les gens.

Et au revoir Olivier … je vous remercie d’avoir été là pendant dix ans pour mes enfants et moi et je vous en veux un peu d’être parti ainsi nous laissant dans l’incompréhension et le manque…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Invisible (BD)

invisiblecouv

Invisible

Auteure : Charlotte Bousquet

Ilustratrice : Stéphanie Rubinie

Gulf Stream Editeur

collection « société »

15 €

En classe comme dans sa famille, Marie est invisible. Sa passion ? La couture et les bijoux faits main. Lorsqu’elle observe les autres filles, elle se trouve laide, grosse, inutile. Le seul qui la voit, c’est Soan. Mais ce regard est capable de faire éclore chez Marie une nouvelle confiance en elle. Une confiance bien fragile. (Source Gulf Stream éditeur)

Attention cette nouvelle BD de Charlotte bousquet et de Stéphanie Rubini est douce et dure à la fois. Elle complète la série des deux complices qui ont déjà publié : Rouge Tagada, Mots Rumeurs mots cutter et Bulles & blues, sur le thème des difficultés de l’adolescence.

Cet opus tout en douceur nous amènera malheureusement sur le thème du suicide après la non-intégration de l’héroïne Marie. C’est (comme toutes les précédentes) une Bd qu’on ne referme pas, tant qu’on ne l’a pas terminée, mais c’est aussi une Bd qu’on a envie de mettre dans tous les CDI des collèges et Lycée parce qu’on souhaiterait que tout les ados la lisent et fassent un tout petit effort par rapport à leurs congénères.

Je crois que c’est la Bd de la série « société » qui m’a le plus touchée, le thème bien évidemment mais aussi la rapidité avec laquelle un adolescent peut prendre la mauvaise décision ( qu’il s’agisse de suicide, de drogue ou de mauvaise fréquentation…).

J’aurais juste envie de les mettre au programme du collège, de leur demander de réfléchir avant de suivre le mouvement, d’être aussi à l’écoute avant d’exclure pour une vulgaire histoire de physique, de bégaiement, de cheveu sur la langue ou de différence …

D’ailleurs en écrivant ces mots je réalise que j’ai énormément de chance, la professeur de Français de mon Grand Monstrou est une passionnée de nouvelles publications, de nouvelles méthodes et je vais de ce pas lui prêter ma collection afin qu’elle voit si elle peut en faire une ou plusieurs séance(s).

Comme d’habitude les illustrations sont magnifiques, personnellement j’ai l’impression d’être dans un film quand je lis cette BD et si j’osais je demanderais à Stéphanie Rubini de me créer une bannière mais bon… elle a d’autres chats à fouetter 🙂

C’est donc le dernier opus de la série mais j’espère très fort que nos deux complices séviront encore pour décrypter le monde de l’adolescence et nous pondre encore et encore de nouvelles bd telles que celle-ci.

invisibleinside* Bd offerte : merci beaucoup

Rendez-vous sur Hellocoton !