Archives par mot-clé : Noël

Quand le Perplexus Rookie a sauvé mon mercredi !

Ici on aime beaucoup les jeux de société, les livres et les activités manuelles mais toutes ces activités sous-entendent une participation active de ma part car bien qu’ils jouent souvent à deux, mes monstroux aiment quand je joue aussi.

Et surtout quand Grand Monstrou est invité chez un copain, Petit Monstrou erre comme une âme en peine dans le salon en réclamant sans arrêt mon attention.

C’est là que j’ai béni la société Iello de m’avoir offert un Perplexus Rookie : une sphère casse-tête renfermant un labyrinthe en trois dimensions dans lequel il faut guider une petite bille argentée jusqu’au bout du parcours.

Après plusieurs parties à deux, j’ai décidé d’utiliser mon joker pour retrouver ma liberté et des activités d’adulte : j’ai sorti de mon placard magique le fameux Rookie que j’ai nonchalamment déposé sur la table du salon.

Le «poisson» a immédiatement mordu à l’hameçon : « oh je ne savais pas qu’on avait ce jeu» a dit Petit Monstrou en s’en emparant.

Il connaissait déjà le principe puisqu’il l’avait testé à Kidexpo mais j’ai du lui rappeler le côté tri-dimensionnel qui oblige à tourner sa boule souvent, afin de changer l’angle de vue et de mieux faire avancer la bille.

Et là, la magie a opéré, Petit Monstrou s’est posé sur le canapé, son rookie entre les mains et pendant une heure dix ( ce qui est énorme à son age) il n’a plus bougé, plus bronché à part quelques soupirs de temps en temps, pendant une heure dix donc il a guidé sa bille dans le rookie.

Comme il y a 70 défis différents dans le parcours, il ne l’a pas terminé mais il recommence régulièrement avec de plus en plus de facilités pour le début.

 

C’est un jeu pour toute la famille, Mr Poux en rentrant du travail s’est lui aussi attelé au parcours avec un plaisir tellement évident que j’envisage de lui offrir le Perplexus Original au parcours bien plus long que le rookie (qui est destiné aux enfants de 6 ans et plus).

C’est un beau cadeau à mettre sous le sapin, un jeu un peu différent, un jeu qui calme ou qui énerve selon la personnalité du joueur, un jeu qui accroche ses joueurs sans bip ou musique, sans lumière, juste en faisant travailler les neurones, la patience et l’observation.

Ceci dit il est déconseillé de commencer à jouer si vous avez des rendez-vous, des enfants à récupérer à l’école, vous pourriez tout simplement oublier le temps qui passe et ne plus voir que cette bille qu’il faut sortir du labyrinthe…( oui c’est du vécu, on ne se moque pas merci !)

Un jeu testé et approuvé par toute la famille donc, une idée originale de cadeau de Noël.

 

 

Produit offert par la marque : Merci !

N’oubliez pas les relais de la solidarité !

Noël approche, vos enfants ont déjà fait des listes longues comme une file d’attente à la sécurité sociale ( ou l’Anpe ou la préfecture) alors que leurs chambres regorgent de joujoux … Soyez solidaires et pensez aux enfants qui n’auront rien sans les Relais de la Solidarité mis en place par la croix rouge et Mondial Relay.

D’habitude je ne parle pas de ce genre d’opération où de grandes entreprises s’associent à une œuvre humanitaire dans le seul but de faire parler d’elles, mais cette-fois je cède, car c’est grâce aux  multiples points relais de Mondial relay qu’un maximum de personnes pourront aider le Père-Noël à gâter des enfants qui, sans cela, auraient un bien triste Noël.

Pour participer c’est simple, vous choisissez ( avec ou sans vos enfants) quels jouets ne sont plus utilisés/aimés/adaptés par ou à vos enfants vous les installez dans une grand/petite/moyenne boite, vous vous connectez sur le site www.mondialrelay.fr et cliquez sur la bannière de l’opération : vous téléchargez et imprimez votre étiquette.

Il ne vous reste plus qu’à la coller sur votre colis et à le déposer dans le Point Relais® le plus proche de chez vous. La liste des Points Relais® est disponible ici ( et même dans mon trou perdu il y a des points relais).
Un mail de bonne réception vous sera adressé lorsque le colis aura été remis à la Croix-Rouge française.
A l’issue de l’opération, vous pourrez consulter le site internet de Mondial Relay pour connaître les résultats de cette grande collecte nationale et voir des exemples concrets de mises en œuvre grâce à vos dons !

 

N’est-ce pas une bien jolie façon de faire de la place dans les chambres en attendant le Père-Noël ?

Article NON sponsorisé ( il ne manquerait plus que ça !)

 

le trafic de raviolis

Hier je suis allée rendre visite à une amie et pour une raison qui ne regarde que nous, je lui avais emmené deux boites de raviolis.

Je vous accorde que ce n’est pas hyper sexy comme cadeau, encore moins branché, top mode ou romantique, mais j’étais certaine que cela lui ferait bien plus plaisir qu’un Iphone 4S et surtout, même en prenant une grande marque, les raviolis sont beaucoup plus adaptés à mon budget qu’un Iphone…

Comme Noël approche à grands pas, j’avais décoré chaque boite avec un petit nœud de papier bolduc, l’un doré, l’autre bleu satiné, c’était mignon comme tout et je les ai placés délicatement dans mon sac à dos afin de ne pas les abîmer pendant mon trajet en train.

Me voici donc partie, avec mes boites de raviolis, rendre visite à mon amie, dans un beau quartier de Paris Plutti*…

Le trajet s’est déroulé dans le calme, mes deux boites de raviolis ont été nettement plus calmes que les deux sales gosses qui voyageaient derrière moi et qui n’ont pas arrêté une seule seconde de nous casser les oreilles soit en jouant soit en se disputant.

D’ailleurs, avez-vous remarqué comme le bruit des enfants des autres est encore plus insupportable que le bruit de vos propres enfants?

Mais je m’égare, ce qu’il faut retenir c’est que mes boites de raviolis n’ont ennuyé personne, elles sont restées sagement posées au fond de mon sac à dos, immobiles, inodores et silencieuses, de parfaits compagnons de voyage… Que les jeunes mamans qui se sentent obligées de circuler avec toute leur tribu en prennent de la graine, je suis certaines que leurs trajets seraient bien moins pénibles (pour tout le monde) si elles promenaient plutôt leurs boites de raviolis.

 

Bref, mes raviolis et moi faisions un parcours sans faute jusqu’à notre arrivée dans le métro et notre rencontre avec la « Brigade de l’esprit de Noël ». Alors que je suivais le troupeau d’usagers entre deux rames, deux jeunes hommes en rangers, mitraillette sur l’épaule ( parce que 10 jours plus tôt ils faisaient encore partie de la brigade vigipirate) m’ont poliment interceptée, interpellée et fermement sommée d’ouvrir mon sac à dos.

Persuadée de n’avoir rien à me reprocher je plaisantais sur le fait que je transportais les deux boites de raviolis les plus sages d’île de France Pluton, et les plus jolies aussi, avec leurs petits nœuds en bolduc lorsque j’ai vu leurs sourcils se froncer…

Le plus grand m’a demandé d’un ton très sec si j’avais l’intention de les offrir à quelqu’un pour Noël. Naïve, ignorant les signes pourtant évidents de leur contrariété, j’ai acquiescé en ajoutant que c’était le cadeau de Noël le plus facile que j’allais faire cette année car j’étais sûre qu’il serait apprécié.

 

  • « ça ne va pas être possible Madame,
  • comment ça ?
  • Depuis le 15 décembre 2011 le décret 1021-A bis interdit les cadeaux de Noël à moins de 5 euros.
  • Hein ???? ( lire dans ces quatre lettres toute la stupeur qui soudainement m’habite)
  • Oui Madame, ça fait partie du plan de relance, dans le cadre de la lutte contre la crise, tous les citoyens Plutoniens doivent offrir des présents d’une valeur égale ou supérieure à 5 euros. De plus, chaque tranche de 1000 euros de cadeaux vous permet une réduction d’impôts.
  • Vous plaisantez ?
  • Non Madame, je vais devoir vous verbaliser, à moins que vous n’ayez autre chose que des raviolis à offrir… »

 

J’ai ajouté un paquet de kleenex pour atteindre le montant minimum des 5 euros, ainsi mon amie et moi nous pourrons pleurer sur l’incongruité des mesures supposées nous sortir de la crise…

Ça m’apprendra à me moquer de certains terriens qui au pire moment de la crise financière, alors que leur Europe est menacée, annoncent en grande pompe qu’ils vont refaire la loi sur les téléchargements illégaux… le truc utile, urgent, indispensable et oh combien salvateur !

Sur ce je vous souhaite à tous, Plutoniens et Terriens un joyeux Noël, n’oubliez pas de surconsommer, de gaspiller pour mieux dépenser, c’est notre seule chance de sortir de la crise…

* Plutti est la capitale de Pluton

 

le trafic de raviolis

Hier je suis allée rendre visite à une amie et pour une raison qui ne regarde que nous, je lui avais emmené deux boites de raviolis.

Je vous accorde que ce n’est pas hyper sexy comme cadeau, encore moins branché, top mode ou romantique, mais j’étais certaine que cela lui ferait bien plus plaisir qu’un Iphone 4S et surtout, même en prenant une grande marque, les raviolis sont beaucoup plus adaptés à mon budget qu’un Iphone…

Comme Noël approche à grands pas, j’avais décoré chaque boite avec un petit nœud de papier bolduc, l’un doré, l’autre bleu satiné, c’était mignon comme tout et je les ai placé délicatement dans mon sac à dos afin de ne pas les abîmer pendant mon trajet en train.

Me voici donc partie, avec mes boites de raviolis, rendre visite à mon amie, dans un beau quartier de Paris Plutti*…

Le trajet s’est déroulé dans le calme, mes deux boites de raviolis ont été nettement plus calmes que les deux sales gosses qui voyageaient derrière moi et qui n’ont pas arrêté une seule seconde de nous casser les oreilles soit en jouant soit en se disputant.

D’ailleurs, avez-vous remarqué comme le bruit des enfants des autres est encore plus insupportable que le bruit de vos propres enfants?

Mais je m’égare, ce qu’il faut retenir c’est que mes boites de raviolis n’ont ennuyé personne, elles sont restées sagement posées au fond de mon sac à dos, immobiles, inodores et silencieuses, de parfaits compagnons de voyage… Que les jeunes mamans qui se sentent obligées de circuler avec toute leur tribu en prennent de la graine, je suis certaines que leurs trajets seraient bien moins pénibles (pour tout le monde) si elles promenaient plutôt leurs boites de raviolis.

 

Bref, mes raviolis et moi faisions un parcours sans faute jusqu’à notre arrivée dans le métro et notre rencontre avec la « Brigade de l’esprit de Noël ». Alors que je suivais le troupeau d’usagers entre deux rames, deux jeunes hommes en rangers, mitraillette sur l’épaule ( parce que 10 jours plus tôt ils faisaient encore partie de la brigade vigipirate) m’ont poliment interceptée, interpellée et fermement sommée d’ouvrir mon sac à dos.

Persuadée de n’avoir rien à me reprocher je plaisantais sur le fait que je transportais les deux boites de raviolis les plus sages d’île de France Pluton, et les plus jolies aussi, avec leurs petits nœuds en bolduc lorsque j’ai vu leurs sourcils se froncer…

Le plus grand m’a demandé d’un ton très sec si j’avais l’intention de les offrir à quelqu’un pour Noël. Naïve, ignorant les signes pourtant évidents de leur contrariété, j’ai acquiescé en ajoutant que c’était le cadeau de Noël le plus facile que j’allais faire cette année car j’étais sûre qu’il serait apprécié.

 

  • «  ça ne va pas être possible Madame,
  • comment ça ?
  • Depuis le 15 décembre 2011 le décret 1021-A bis interdit les cadeaux de Noël à moins de 5 euros.
  • Hein ???? ( lire dans ces quatre lettres toute la stupeur qui soudainement m’habite)
  • Oui Madame, ça fait partie du plan de relance, dans le cadre de la lutte contre la crise, tous les citoyens Plutoniens doivent offrir des présents d’une valeur égale ou supérieure à 5 euros. De plus, chaque tranche de 1000 euros de cadeaux vous permet une réduction d’impôts.
  • Vous plaisantez ?
  • Non Madame, je vais devoir vous verbaliser, à moins que vous n’ayez autre chose que des raviolis à offrir… »

 

J’ai ajouté un paquet de kleenex pour atteindre le montant minimum des 5 euros, ainsi mon amie et moi nous pourrons pleurer sur l’incongruité des mesures supposées nous sortir de la crise…

Ça m’apprendra à me moquer de certains terriens qui au pire moment de la crise financière, alors que leur Europe est menacée, annoncent en grande pompe qu’ils vont refaire la loi sur les téléchargements illégaux… le truc utile, urgent, indispensable et oh combien salvateur !

Sur ce je vous souhaite à tous, Plutoniens et Terriens un joyeux Noël, n’oubliez pas de surconsommer, de gaspiller pour mieux dépenser, c’est notre seule chance de sortir de la crise…

* Plutti est la capitale de Pluton

 

Quelques cadeaux pour hommes (à la sauce peste) !

C’est bientôt Noël, tout le monde est beau, gentil, souriant ( si !Même la mégère qui vient de vous dégager du rayon d’un coup de postérieur rebondi des fois que vous n’achetiez l’intégralité des chocolats qu’ELLE voulait).  Donc en cette période de fêtes, vous avez envie de gâter tout le monde… ( Enfin vos proches quoi, parce que même si vous compatissez énormément avec toute la misère du monde, vous ne pouvez pas gâter tout le monde…).

Qu’ils soient destinés à votre mari, copain, pacsé, père, voisin ou même patron voici une petite sélection de cadeaux destinée à la gente masculine.

Si l’homme est bricoleur, vous pouvez continuer sa collection d’outils divers et bizarres dont, pour la plupart, vous ignorez totalement à quoi ils servent ( rassurez-vous l’Homme sait !).  Mais si vous voulez être un peu originale tout en renouvelant le vocabulaire de votre bricoleur vous avez le

Dictionnaire des jurons :

Cadeau chic, passe-partout et légèrement intéressé, vous haïssez l’eau de toilette de votre patron qui en plus a décrété que comme il était “cool et moderne” ( c’est  lui qui le dit!), vous tape la bise tous les matins imprégnant votre joli minois de cette odeur qui vous donne désormais la nausée.

Deux solutions :

La vengeance :  Vous lui achetez un truc immonde qui pue à 100 mètres mais vous prenez le risque qu’il aime et que l’infâme odeur se retrouve tartinée sur vos délicates joues pendant les mois à venir…

Le remède : Vous optez pour une eau de toilette que vous adorez depuis toujours mais que vous finirez par détester parce que maintenant cette douce odeur que vous trouviez fruitée et légère est associé à votre patron qui lui, est loin d’être léger, encore moins fruité.

Bon, en fait ce n’est peut-être pas une super idée l’eau de toilette pour le patron, offrez-lui plutôt la boite de chocolats que Tante Gilberte vous a amenée l’an dernier (avec un peu de chance ils seront suffisamment  périmés pour le garder loin du bureau, au dessus de sa bassine pendant quelques jours).

Tant que nous sommes dans les cadeaux «inutiles » et intéressés vous pouvez engraisser votre pharmacien préféré en achetant un des nombreux attrape-couillon produit miraculeux pour stopper les ronflements. Ceci dit n’espérez  pas  un enthousiasme débordant à l’ouverture du paquet… Paquet que vous pourriez même déposer directement dans vos chaussures puisqu’il est clairement destiné à l’amélioration de votre confort !

Vous avez ensuite le cadeau mesquin par excellence à réserver au cousin collant qui vous baratine pendant des heures après le réveillon où à l’oncle par alliance légèrement imbibé qui vous parle à 2 cm du visage pour que vous compreniez mieux son élocution altérée par les bons ( ou mauvais) vins ingérés pendant le repas,  mais visiblement point encore digérés.

Et enfin, la meilleure vente de smartbox de l’année, sur une idée originale de vivelespestes.fr, un cadeau un peu cher mais précieux :

Notez tout de même que ce stage dure 3 semaines, il faut donc que

votre chéri ait un bon stock de congés.

Je vous souhaite à toutes ( parce que là c’est sûr, je n’aurai plus jamais un seul lecteur) de joyeuses fêtes de fin d’année, j’espère vous avoir aidées pour les cadeaux de dernières minutes… Pour toute réclamation concernant les réactions masculines à ces cadeaux à la sauce Peste veuillez noter que je suis joignable au : abonnésabsents@débrouilletoiavectonmâle.fr !

Dis Maman, je partage ou je ne partage pas ?

J’ai un souci…

Grand Monstrou est entré à la Grande école cette année… Il fait donc de nouveau partie des plus petits, mais aussi des plus naïfs.

Et à la «  grande école », on joue aux billes, nous nous sommes donc procurés des…billes (c’est bien vous suivez), pour que Grand Monstrou ne soit pas à l’écart de ces formidables instants de racket d’échanges et de jeux.

Au mois de septembre, chaque matin, Grand Monstrou  partait à l’école avec dans son cartable 6 à 8 billes et il revenait systématiquement sans RIEN le soir. Au début, j’ai trouvé ça normal, il apprenait à jouer et perdait contre les plus grands. Nous avons même passé quelques soirées à quatre pattes dans le jardin pour nous entrainer, mais croyez-moi si vous le voulez, la jeune génération ne joue absolument pas correctement : leurs règles sont vraiment du «  n’importe quoi » ( comprenez qu’ils ne jouent pas du tout comme on jouait lorsque je trouais mes jolis pantalons de velours sur le bitume de la cour).

Ces entrainements auront un peu servi car il ramenait parfois quelques billes et parvenait même à gagner des «  rares » qu’il s’empressait de me montrer à peine sorti de l’école ( et avant même mon bisou du soir : SIC) , mais la plupart du temps il continuait à ressortir  les poches vides et l’œil triste.

Ce n’est pas tout ça, mais les billes ne poussent pas dans mon jardin, même si je soupçonne Petit Montrou d’en avoir planté quelques unes  (pour le plus grand bonheur de la tondeuse au printemps prochain !).

En fait Grand Monstrou ne perdait pas à chaque fois, mais tous les jours il donnait des billes à ceux qui n’en avaient pas et «  tu comprends Maman, j’ai prêté une bille à machin mais il se l’est faite tiquer ».

Hum… c’est exactement les valeurs que nous voulions faire passer à nos monstroux : on partage les choses avec ceux qui n’en ont pas.

Bon et là maintenant que je dois acheter des billes tous les week-end comment je lui explique que «oui, on partage, mais pas tout le temps non plus ». Parce que mon Grand Monstrou était devenu le fournisseur officiel de billes de la cour, donnant à qui voulait, même à des élèves qu’il ne connaissait pas.

J’ai tenté une première régulation en expliquant que c’était bien d’être généreux, de partager, mais que là, c’était un peu trop puisque du coup il n’avait même plus de billes pour lui.

Et là, dans les yeux de mon fils j’ai vu l’incompréhension voire la déception PARCE QUE  j’étais en train de lui dire EXACTEMENT le contraire de ce que je lui serinais depuis presque 6 ans !

Comment expliquer à son enfant qu’il faut toujours partager mais qu’il arrive un moment où on se fait avoir ?

J’ai littéralement pédalé dans la semoule pour me justifier et j’ai fini par lui dire qu’il pouvait dépanner ses copains à condition qu’on lui rende ensuite les billes prêtées et qu’il ne devait pas donner de billes à des grands qu’il ne connaissait pas.  Parce que je soupçonne les grands de s’être passé le mot «  y’a un ptit Cp là-bas, si on lui dit qu’on n’a rien il donne ses billes ».

Cette solution ne me convient absolument pas, donner seulement à ceux qu’on connait reviens à dire à son enfant que dans la vie on n’aide que nos amis, que si l’on voit quelqu’un en panne sur le bord de la route on ne s’arrêtera que si on le connait…

Comment est-ce que j’apprends la solidarité à mon fils si je le limite ainsi ?

En même temps, nous les adultes, avec qui sommes nous solidaires ? Avec qui partageons nous nos bons plans, les habits trop petits ?

Je me souviens d’un dîner où j’expliquais  aux monstroux  à quel point je déteste gâcher la nourriture parce qu’il  y a plein d’enfants qui n’en ont pas. Nous avons parlé des enfants Chinois ( entre autres ) qui au lieu de jouer aux billes sont exploités dans des ateliers de confection.

Grand Monstrou voulait prendre l’avion pour leur emmener de la nourriture mais là encore j’ai cassé ses illusions parce que même si nous emmenions tout le contenu de notre frigo cela ne suffirait pas…

Parce que changer le monde ne semble simple que lorsqu’on est enfant, et que nous les adultes sommes trop pris par : cette machine à laver à remplacer,  ces taxes à payer, cette neige qui nous embête, les cadeaux de Noël qu’il faut préparer…

Et si pour cette année on essayait de regarder un tout petit peu plus loin que notre nombril et nos menus de fête ?

Et si cette année on trouvait dans nos foyers suréquipés, dans nos emplois du temps surchargés , de quoi aider un peu les plus démunis ?

Partager, être solidaire c’est par exemple aller jeter un œil sur ces sites pour voir ce que l’on peut faire :

http://www.restosducoeur.org/

http://www.emmaus-france.org/

C’est déneiger le trottoir de la voisine qui est trop âgée pour le faire, aller passer deux heures au service pédiatrie de l’hôpital le plus proche, pour lire des histoires aux enfants malades, c’est donner des vêtements chauds aux associations qui les collectent plutôt que de les revendre sur Ebay…

Alors cette année, pour Noël, j’avais demandé un Kiné (un vrai, à domicile, pour me masser tous les jours voire plusieurs fois par jour), mais finalement je voudrais qu’on fasse tous un geste quel qu’il soit pour que je puisse continuer à dire à mes fils que dans la vie, dès qu’on en a l’occasion on se doit d’aider et de partager !

Qui est avec moi ?

Ce billet est ma contribution rêveuse à la plus belle liste de Noël de Chocoladdict et de Virginie B.