Archives par mot-clé : jugement

La vie des autres #1

L’herbe est toujours plus verte chez le voisin et on fantasme toujours plus ou moins sur la vie des autres qui ont forcément tout mieux que nous. C’est particulièrement vrai avec les réseaux sociaux car si certains s’y épanchent, avec la multiplication des blogs, comptes instagram, vidéos youtube, les gens ont une fâcheuse tendance à ne montrer que ce qui va bien …

L’autre jour, une auteurE que j’admire énormément, me disait que ma vie lui faisait plutôt envie avec mes deux monstroux, mon boxerfou et mon Poux. Un jour je vous parlerai de ma famille dysfonctionnelle… de la souffrance qui se cache derrière celle qui raconte toujours des bêtises…

Mais pour commencer, je vais vous parler de ce si gentil pharmacien, toujours le sourire, jamais un mot plus haut que l’autre, nous avions fini par sympathiser. On plaisantait sur tout, il riait à chaque fois, il était d’une gentillesse hors du commun et je l’aimais beaucoup.

Oui j’utilise l’imparfait parce que même si moi, je trouvais qu’être pharmacien, toujours bien sapé, plein de connaissances et d’humour c’était top… lui ne pensait pas la même chose et il s’est jeté par la fenêtre un soir ou un matin de Novembre.

LE CHOC !

Personne de ses collègues n’a rien vu venir, ils savaient que sa vie perso n’était pas facile, toujours de mauvaises rencontres, pas de chance en amour etc. Mais de l’extérieur, rien de visible, il ne leur a rien dit en quittant son travail ce soir là, il n’a rien laissé paraître, il a décidé d’en finir alors que tellement de gens enviaient sa vie…

Il me manque beaucoup, je passe devant «sa» pharmacie presque quotidiennement, y entrer est douloureux, je m’en veux de n’avoir rien vu, de ne pas avoir osé l’inviter à boire un café. Parce que ça ne se fait pas quand on est une femme mariée d’inviter un homme à boire un café chez soi. Parce que … il était pharmacien et moi simple cliente… Certes il y avait un bon contact mais où est la frontière entre la relation commerciale et la sympathie voire l’amitié…

Alors pour inaugurer cette série de “la vie des autres” j’ai envie de vous dire, ne vous fiez pas aux apparences, jamais. L’herbe est toujours plus verte ailleurs mais souvent on ne voit pas les chardons … Ne soyez pas si prompts à juger, vous ne SAVEZ pas ce que vivent vraiment les gens.

Et au revoir Olivier … je vous remercie d’avoir été là pendant dix ans pour mes enfants et moi et je vous en veux un peu d’être parti ainsi nous laissant dans l’incompréhension et le manque…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous voulez mon avis… en fait non !

Je vis dans une petite ville où je croise les mêmes personnes depuis 5 ans sans forcément les connaître ou les fréquenter.

Nous avons des relations plutôt cordiales, particulièrement lorsqu’on remonte tous par le même chemin pour rentrer de l’école élémentaire vers le lotissement. C’est un peu la transhumance du soir.

L’autre jour, je marchais avec Petit Monstrou et la mère de l’un de ses copains, pas une amie à moi donc, mais une personne que je croise régulièrement, plutôt sympathique d’ailleurs, mais nous n’avons jamais dépassé les relations de sorties d’école.

Elle m’explique que sa fille est malade, que les nuits sont pourries etc. puis elle me demande :

«  mais il est où votre grand ? »

«  Il est plus loin devant, il rentre tout seul maintenant »

et là elle m’assène :

«  Han mais c’est beaucoup trop tôt ». «  il est trop jeune ».

Je suis restée polie, j’ai expliqué que c’était son souhait et que cela lui faisait du bien de prendre un peu d’autonomie, d’autant que généralement je ne suis pas loin derrière avec son frère.

Elle m’explique que chez elle ils ont décidé de laisser les enfants rentrer seuls parce qu’elle travaille ( prends ça dans les dents) et parce que sa fille est en Cm2. Mais « jamais jamais » ils ne l’auraient fait avant.

J’adore ce genre de personne qui sait tout et fait tout mieux que tout le monde ! Ce genre de personne qui te juge en 2 secondes. C’est le même genre de personne qui t’affirme qu’il FAUT allaiter et qui ensuite vient te critiquer parce que : « mais pas plus de 10 mn par seins». (Petit Monstrou me prenait pour une tétine géante, il tétait bien plus de 10 mn et la seule chose qui a été traumatisée dans l’histoire c’est la taille de mes bonnets de soutien gorge).

Je n’étais personnellement pas prête à laisser mon Grand Monstrou partir tout seul, mais il est tellement fier et comme je le disais il y a toujours du monde sur le trajet…

Bref, ça m’a bien contrariée !

Vous auriez répondu quoi vous ? Vous seriez aussi restés polis ou vous lui auriez-dit de s’occuper de ses oignons ?

 

Crédit photo : http://www.20minutes.fr/
Crédit photo : http://www.20minutes.fr/
Rendez-vous sur Hellocoton !