Archives par mot-clé : interview

Maxime Mainard et Anne Percin en interview exclusive !

Je suis une grande fan des aventures de Maxime et je peux faire ma crâneuse en vous annonçant que j’ai déjà lu ses dernières aventures avant sa sortie. Que dis-je .. je ne l’ai pas lu je l’ai dévoré telle une gourmande en manque, mais aussi savouré telle la gourmette que je suis .

j’ai apprécié chaque ligne, ri, souri, pesté et même bavé un peu (sans vouloir vous spoiler, le Stéphane, hum, j’en ferais bien mon quatre-heure).

Bref, ce matin j’ai l’immense honneur de recevoir Maxime du Kremlin et sa “reum”, son auteurE : Madame Anne Percin.

Bonjour Maxime, comment as-tu vécu cet abandon de 5 ans ? (tu peux pleurer j’ai des mouchoirs en papier)

Bah, pas mal, quoi. Je suis un homme, un vrai, j’ai pas de sentiment, moi. Aïe !(je viens de prendre une baffe de Mamie) Bon, OK, c’était hyper dur. J’avoue. Parfois j’avais des sanglots dans la nuit, des spasmes, mes lecteurs me manquaient, ouais, mes lecteurs à moi, du genre de ceux qui me font des chtis dessins à Montreuil ou m’envoient des messages enflammés sur Spacebook, ou rédigent des critiques de ouf sur la blogosphère. J’avais envie qu’ils me voient (oui je suis narcissique et exhibitionniste, Natacha dit que ce n’est pas un problème du moment que n’oblige pas les gens à me regarder, because après ça peut freiner mon insertion sociale).

Bonjour Anne, pourquoi pourquoi avoir abandonné Maxime et surtout ses fans pendant 5 longues années ? Et surtout qu’est-ce qui t’a ENFIN décidé à nous écrire la suite ?

Alors d’abord, je proteste véhémentement (oui, ça existe) : Maxime n’a jamais pleuré la nuit. À la place, il a préféré envahir en douce la plupart des romans que j’ai écrits et qui ne lui étaient pas consacrés. Je me souviens avoir dû lutter contre son influence quand j’écrivais Western Girl et Ma mère, le crabe et moi, parce qu’il contaminait mes héroïnes avec sa manière de parler. Même quand j’écrivais Sous la vague, un roman sérieux, pour les grands et tout et tout, avec un chef d’entreprise dépressif, il venait faire son malin dans les dialogues et glisser des réparties décalées qui ne faisaient rire que lui. Bref, c’est un personnage envahissant. Je n’ai pas eu d’autre choix que de lui consacrer un 4éme tome : il avait plein de choses à raconter, et moi j’avais hâte de le laisser enfin parler. J’ai essayé de retarder le plus possible le moment de le lâcher, en laissant d’autres personnages de la série prendre la main sur la narration. Mais ça n’a duré que quelques pages : après, il fallait lâcher la Bête !

Maxime, on te qualifie parfois de tête à claques, tu le fais exprès ou c’est juste ta nature et tu n’y peux rien ?

Ce sont de mauvaises langues. De nature, je suis un être fin et sensible, doux comme un chaton. Mais il faut bien montrer les griffes pour se faire entendre, non ? J’ai compris quand j’étais petit que, si l’on ne fait chier personne, le Vaste Monde a tendance à vous oublier.Or moi, j’aime pas qu’on m’oublie. Du coup, j’ai choisi d’être subtilement irritant. En plus, dans la mifa Mainard, on a un gène en forme de poil à gratter. Du coup, j’avais de solides dispositions.

Anne : tu écris pour tous les publics, je pense notamment à “Sous la vague” qui est un roman pour adultes, comment parviens-tu à toucher tout le monde ? Est-il plus difficile d’écrire pour les ados ou pour les adultes ?

Je ne suis pas sûre que je parvienne à toucher tout le monde, j’ai même l’impression de ne pas parvenir à autant de succès dans mes livres adultes (#existentialcrisis), peut-être parce que, paradoxalement, ils n’ont pas autant de prescripteurs qu’en littérature jeunesse ? En littérature générale, il faut se faire un nom dans la presse et les médias. Or je ne suis pas « bankable », pas estampillée « vue à la TV », pas une chouchoute des journalistes. Depuis mon premier roman adulte, en 2009, je passe plutôt inaperçue. Cela me permet d’écrire comme je veux, à l’abri des modes, des courants. J’ai un peu l’impression d’être entrée dans la cour des grands par effraction, parce que la frontière avec la cour des petits était poreuse, et qu’elle n’a pas de sens pour moi. En effet, je ne trouve pas plus dur d’écrire pour les adultes, au contraire ! Très honnêtement, quand je vois ce qu’on publie en France en littérature générale, j’ai parfois l’impression que c’est plus facile ! (C’est la partie de l’ITW où je me fais des amis) En tout cas, il y a un niveau d’exigence des (bons) éditeurs jeunesse qui est supérieur à celui de certains éditeurs adulte. Le jeune public est plus exigent que bien des adultes… car hyper sollicité (non seulement par une forte concurrence littéraire, mais par les réseaux sociaux, les films, les séries, les jeux…) : il faut se battre pour capter et retenir leur attention. C’est du travail, ça, ma bonne dame !

Anne : tu es enseignante, est-ce que tes élèves savent que tu es aussi écrivain ? Est-ce qu’ils te lisent ?

Oui, ils le savent ! Disons que je ne leur cache pas, mes livres sont aux CDI, dans les bibliothèques et librairies de la ville, parfois ils me voient dans des salons du livre voisins… Mais c’est l’omerta. Personne n’en parle, ni eux, ni moi ! Par pudeur, peur de déranger, de casser une frontière, je ne sais pas. Ce qui est certain, c’est que jamais je ne les obligerai à me lire ! Ce serait hyper gênant. Lorsque cela arrive et qu’ils souhaitent m’en parler, ça se fait en-dehors des cours, entre deux portes… C’est mignon.

Maxime : tu es donc super doué à l’école Et en musique, alors qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras plus grand (la question bateau..)

Non, je ne suis pas super doué à l’école, je rappelle que j’ai redoublé mon CP. Je me donne du mal, c’est tout. Bah ouais, c’est pas sexy. Et alors ? Bah sinon, quand je serai grand, je veux être les Black Keys à moi tout seul. C’est ma légende personnelle, comme qui dirait. (le mec qui cite L’Alchimiste de Coelho dans une itw, top moumoute).

Anne : donc nous avons du attendre 5 longues années pour avoir la suite (mais pas forcément la fin) des aventures de Maxime, en vrai, ça t’a pris combien de temps pour l’écrire ?

Mmm.. Disons, 5 ans aussi ? Euh, si on compte le temps de maturation dans la tête ! J’aime attendre que mes personnages soient très vivants et que l’histoire soit déjà prête dans avant d’écrire (ce qui peut prendre des années, réellement). Ensuite, je n’ai plus qu’à me laisser guider, ça se déroule tout seul, sans plan, sans ratures. Quand c’est Maxime, j’écris particulièrement vite, il me dicte sa life à toute allure, j’ai à peine le temps de suivre… Bon, cette fois, il était bavard, il a pris son temps (et moi aussi) : le roman fait plus de 400 pages ! Et j’ai mis à peu près 4 mois, il me semble.

Et puis, quand écris-tu ? (en classe pendant que tu fais des interros surprises à tes élèves?)

Tout à fait ! Surtout les sixièmes. Je leur donne un sujet de philo, je leur dis « vous avez quatre heures » et pendant ce temps je joue au mah-jong j’écris un livre ! Plus sérieusement, j’écris le soir, essentiellement. J’aime mieux la nuit, pour écrire. Quand je suis dans une période d’écriture, j’écris presque chaque soir, à raison d’une à quatre heures, ça dire d’un mois à un an. Ça dépend.

Est-ce que comme ont pu le dire certains auteurs, lorsque tu écris tout s’arrête, les repas, les horaires etc ?

Euh, les repas, noooon ! Jamais ! MANGER c’est la base de l’écrivain ! Vous imaginez Balzac anorexique ? Et Alexandre Dumas ? Vous les avez déjà vus en photo ? Bon, le truc, c’est qu’ils avaient une bobonne qui leur faisait leur petit cassoulet tranquillou-bilou dans la cuisine (et en silence, s’il vous plaît) pendant que messieurs pondaient de la copie. Quand on est une femme en principe, personne ne s’y colle et on crève la dalle, ou alors ça tourne au remake de « Cauchemar en cuisine ». Donc, oui, pour répondre bravement, l’aspect « housekeeping » passe un peu au second plan. En clair, c’est le bazar chez oim, la vaisselle s’entasse et le linge refuse de se laver tout seul. Dans l’absolu, la solution serait soit de vivre seule, soit entourée d’enfants partageurs et de compagnons courageux, mais ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval. Parfois, ça coûte cher, d’écrire. On peut perdre beaucoup (sur le plan de la vie privée)… Et gagner très peu. Même au 21ème siècle, il ne faut pas se bercer d’illusions sur la condition de l’artiste en général, et de l’artiste femme en particulier. Désolée de casser le mythe de la femme parfaite (dont tout le monde sait désormais que c’est une connasse).

Et enfin : Que devons nous faire pour te convaincre d’écrire le 6ème tome ? Te corrompre à coup de boites de chocolats ? De vin du Jura ? Ou bien,faire signer une pétition par tes millions de fans ?  oupss trop tard je l’ai créée ?

 

Du vin du Jura ? Bah, faut voir… On partirai sur la base d’un Savagnin, on est bien d’accord ? Dans ce cas, c’est négociable… Mais avant d’arriver au tome 6, je rappelle qu’il faudrait déjà que j’écrive un tome 5. Et toc !

Oui alors dans mon enthousiasme j’ai commencé par une pétition pour un tome 6 mais j’ai corrigé madame … Quand au Savagnin c’est avec ce vin que j’ai rencontré mon mari, c’est te dire si jje l’aime (le vin, heu non le mari, enfin les deux quoi).

Enfin pour terminer, une question essentielle pour Maxime : y’a moyen que tu me passes le 06 de Stéphane ?

Y’a grave moyen. Je crois qu’il a un créneau… Mais ça demande de la souplesse, précise-t-il. Je pige bien ce qu’il veut dire… Je te le passe, ou bien ?

(Parfait je suis très souple !)

Oups, non ce n’est pas terminé, j’ai quelqu’un à mes côtés qui souhaite intervenir, merci d’accueillir comme il se doit «  Sa Kévinerie » qui a une petite question pour Anne.

Bonjour Anne, c’est Kévin, je voudrais savoir ce que j’ai bien pu te faire pour que tu me décrives comme «  le garçon le plus sévèrement touché par l’acné de tout villejuif » ? Non c’est gentil de m’avoir emmené jusqu’au tome 4 mais franchement tu n’aurais pas pu m’arranger un peu ? Me supprimer l’acné, me permettre de pécho un peu … déjà que j’ai un second rôle … Je pense que tu ne te rends même pas compte de ma sensibilité, moi que tu décris comme ayant un humour « douteux ». Bon, clairement, je vote pour le tome 5 mais si tu pouvais échanger les bubons d’acné contre quelques muscles … Merci d’avance !

Maxime ® : Kévlon sors de là tu fais yech ! C’est MON interview !!!

Anne : mon petit Kévin, il ne faut pas trop en demander, tout le monde t’adore, sais-tu ? T’es la mascotte de tous les lecteurs, qui renomment leurs amis Kévin rien qu’en hommage à ton auguste personne, je pense même que nos livres vont faire revenir en tête ton prénom parmi ceux qu’on donne le plus à la naissance (et Dieu sait que ce n’était pas mon but) ! Quant à l’acné, t’ai-je déjà dit qu’une bonne hygiène alimentaire était nécessaire ? Allez, boude pas, si ça se trouve, le tome 5 (s’il voit le jour) sera juste consacré à toi !

Je remercie infiniment Anne et Maxime d’avoir répondu à mes questions, d’autant que je leur ai involontairement en envoyant mon ITW au dernier moment (procrastination).

Je vous invite à courir dès maintenant chez votre libraire préféré pour découvrir les dernières frasques de Maxime ET à signer la pétition pour obtenir un tome 5 avant 2023 !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tour de blogs #5 : Nipette

Banniere Nipette

Carole est une des premières blogueuses que j’ai rencontrée, toute douce, un peu timide mais elle se soigne, et surtout totalement droite dans ses bottes. Elle ne participe jamais aux guéguerres que l’on peut parfois voir sur la blogosphère, par contre quand elle a quelque chose à dire elle le dit et la plupart du temps très justement.

Son blog est dédié à sa fille mais pas que, j’y vais souvent avant de partir au ciné pour choisir mon film et son dernier billet est à lire absolument !

Voici ses réponses à ma petite interview :

Quand as-tu crée ton blog et pourquoi ?

j’ai créé mon blog en décembre 2005, je venais de reprendre le boulot, ma fille n’avait même pas 4 mois et elle me manquait grave. J’avais envie de parler d’elle et de lui parler, lui écrire. Un week end où j’étais seule avec elle endormie, j’ai tapé « créer un blog » sur blog et voilà. Pour moi, à l’époque le blog était un moyen de partager et d’écrire, éventuellement d’être lue et agir avec les lecteurs.

Est-ce que tu pensais que des années plus tard ton blog existerait toujours ?

Je ne sais pas. Je ne me suis jamais posée la question à vrai dire !

Si tu devais faire quelque chose différement par rapport à ton blog ce serait quoi ?

Rien excepté le design auquel je ne sais plus toucher depuis que je suis passée à la nouvelle version de mon hébergeur. Du coup je laisse les choses en plan, je ne suis pas satisaite mais comme je ne sais pas trafiquer le css tant pis pour moi ! Pour le reste, et bien il est ce qu’il est parce que blogue comme je peux et comme je suis. Je pourrais changer des choses oui, mais vu que je n’ai ni le temps ni l’envie de sacrifier autre chose pour faire autrement, le blog est donc le reflet de ce que j’y fais. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre !

Et sinon ça fait quoi de faire partie des dinosaures de la blogosphère et d’être une référence en matière de cinéma ?

Purée t’es sympa de me rappeler à quel point je suis vieille 🙂 dinosaure dans la blogo et comme maman ! être un dino c’est compliqué pour se déplacer, impossible d’être discret ! non plus sérieusement ça ne me fait rien. Merci pour la référence en cinéma 🙂 je ne sais pas si je suis une référence mais en tout cas j’aime donner envie aux lecteurs d’aller voir des films qu’ils n’auraient peut être pas été voir sans moi. Je me sens plus génée quand quelqu’un me dit qu’il s’évitera le film à cause de moi car ce n’est que mon avis personnel et je ne suis personne pour dire aux gens « n’y allez pas ! » mais par contre pour dire « allez y » ça oui !

Si tu devais entrer dans la peau d’une autre blogueuse et tenir son blog lequel choisirais-tu ?

Une blogueuse qui fait des trucs hyper cools ou qui voyage beaucoup comme Maman voyage. Cela voudrait dire que j’aurais fait tous ces voyages !

Quels blogs lis-tu (si tu en lis)

Oui j’en lis mais c’est très aléatoire. Par exemple, je lis très peu de blogs les week ends ou les vacances. J’ai une page Ma blogosphère avec les blogs que je suis ou lis plus ou moins régulièrement pas par manque d’envie mais bien par manque de temps. Je lis aussi ceux qui me lisent et me commentent. C’est peut être bête à dire, mais je rends les visites parce que je trouve que c’est la moindre des choses et aussi parce que du coup c’est plus facile de cliquer sur le lien de la personne qui a laissé le commentaire. De temps en temps, je rattrape mes lectures d’un coup et même si je ne commente pas tous les articles je les lis ! Bon après, quand je suis dans des périodes très dures au boulot où même la pause déjà est écourtée, je lis moins les blogs, surtout je suis trop crevée le soir quand je rentre. J’essaie de rester fidèle dans la mesure de mes possibilités. Une chose est sûre je préfère aller commenter les blogs que rester des heures sur Facebook à dauber sur les autres ou à attiser la haine comme c’est un peu la mode en ce moment…

Le dernier livre que tu as lu (et aimé)?

Je ne l’ai pas encore fini mais d’ici demain soir ce sera fait donc j’en parle. Vernon Subutex de Virginie Despentes. J’adore son style et l’histoire. Ici je suis bluffée par sa description de la vie contemporaine dans un certain milieu, c’est d’une justesse dingue.

Le dernier film que tu as vu (et aimé)

Ouh là je suis retard sur ma revue de films ! mais bon peut être que d’ici que tu publies, je l’aurais faite ! Big Eyes de Tim Burton.

Question existentielle pour mes nombreuses lectrices es-tu plutôt viande ou poisson ?

Les deux mon capitaine ! Je pourrais me passer de viande et de poisson sauf d’un bon steak saignant et d’un bon tartare de viande ou de poisson ! Je ne suis pas encore prête pour les graines et les plantes.

Question libre : ajoute la réponse à la question que tu aurais aimé que je te pose

Qu’est ce que tu penses de moi ? Je pense que tu es une personne fort sympathique c’est d’ailleurs pour ça qu’on a sympathisé très très vite 🙂 tu me fais marrer et j’aime bien te voir même si c’est trop rare. j’aime bien ton pseudo Béalapoizon qui m’a évidemment fait direct penser à un titre de film, on ne se refait pas et le nom de ton site « Vive les pestes » parce que c’est bon parfois d’être une peste !

(Rhooo ben c’est malin je suis toute rouge là, mais je confirme on ne se croise pas assez souvent!)

Merci Carole pour tes réponses.

Retrouvez les autres Blogueuses ici :

Maman On Bouge

Maman At Home

Ezabel

Madame Moustick

Rendez-vous sur Hellocoton !

Virginie B. sur mon divan

Depuis Septembre, le divan de Virginie B est constamment occupé par des personnes diverses et bizarres appartenant au monde merveilleux de la blogosphère, et préoccupée par sa santé ( mentale ? heu mais non voyons !) je lui ai proposé de s’allonger sur le mien !

Une fois qu’elle a été bien installée, je lui ai fait le coup de  » l’arroseur arrosé » et je lui ai demandé de répondre à SES questions, celles qu’elle a concoctées elle-même pour ses interviews de blogueurs, parce que s’il y a un blog dont je voudrais connaitre l’histoire, l’origine, le pourquoi et le comment c’est bien le sien. Dynamique, frais, pétillant même, son blog aborde tous les sujets : les enfants, les bons plans, les souvenirs, les humeurs, la déco, de quoi faire frétiller les papilles et nos méninges aussi car Virginie B est la reine du défi. Quand elle a envie de chouquettes, toute la blogosphère se met aux fourneaux et quand elle annonce que le vendredi sera la journée de l’homme dans les blogs on ne peut plus faire deux clics sans croiser un mâle ( vêtu ou non ) chez les copines…

Donc, sans plus attendre, Mesdames, Messieurs, je vous livre Virginie B sur mon divan :

Nom de blog ?

Virginie B

Date de création de ton blog ?

28 mars 2008

Comment et pourquoi es tu arrivée jusqu’à la création d’un blog ?

Un changement professionnel important, un total manque de créativité dans mon nouveau job… une expérience des blogs politiques… je me suis dit je me lance… j’ai cliqué, c’était parti !

Si tu devais le classer tu dirais quoi ? Divers, loisirs, maman, littérature…. ?

Je ne le classe pas (mais pourquoi j’ai posé cette question moi !)

Donc je cogite et te réponds « chroniques de ma vie »

Quelques étapes, quelques souvenirs importants depuis sa création ?

Le lancement des défis, je me suis éclatée la première semaine, je n’en revenais pas de l’enthousiasme des participants,

L’ascension dans wikio et les foudres des blogueuses, là j’avoue que je suis tombée de mon nuage,

La semaine en thalasso en tant que blogueuse,

Mon amitié avec chocoladdict

Mes autres blogs…

Et tellement d’autres…

3 mots pour résumer ton blog ?

vie

couleurs

bonheur

Bloguer rime avec ?

Partager,

Et Rêver

Ton idée est très originale, merci mais suis pas sûre que ton divan soit aussi confortable que le mien ! bon ça va je rigole ! bises

Virginie B

Elle a beau critiquer mon divan, je l’ai surprise en flagrant délit de « ronflette »  juste après ses réponses, je  suppose donc qu’il est plus confortable qu’elle ne veut bien le dire, mais bon, je ne vous ai rien dit, vous me connaissez, je ne voudrais pas être responsable d’une rumeur qui dirait que Virginie B ronfle ( faites passer) !

En attendant j’espère que lorsqu’on se rencontrera enfin, elle ne s’endormira pas !

Je vous donne rendez-vous demain, enfin, si je survis au tournage de l’émission de Paroles de Maman à laquelle je me rends, là maintenant, avec le trouillomètre à zéro, que dis-je à moins dix mille ouais…

A demain donc… ou pas !

Rendez-vous sur Hellocoton !