Archives par mot-clé : discipline

Lettre à mon collégien

 

Voilà, cela fait deux années que tu es devenu un collégien et tu ne trouves pas ça cool du tout … je dirais même plus: tu kiffes pas !

Déjà tu t’es retrouvé avec tout un tas de profs divers et bizarres au lieu d’un ou une enseignante, aucun ne réagit pareil, ils n’ont pas les même exigences vis à vis de vous, ni la même façon de travailler…

J’ai envie de te dire tant mieux, car comme dans tout métier, il y a des bons et des moins bons et sur la totalité c’est impossible que tu ne tombes que sur des « moins bons ».

J’ai envie de te dire aussi que c’est pareil pour eux, toute la journée ils se retrouvent face à des groupes d’adolescents plus bizarres que divers et je dois t’avouer mon chéri que, comme vous n’êtes pas dans la période la plus « fine » de votre humour, je les admire un peu…

Souvent tu me dis « Le prof de … il m’aime pas », mais enfin mon chéri, de toute façon il n’est pas là pour t’aimer, il est là pour t’apprendre des choses. Et quand tu joues à lancer des colles, des bouts de gommes, ou que tu ricanes avec les copains, demande toi si tu lui envoies vraiment l’image d’un bon ptit gars qu’on pourrait aimer. (Même nous tes parents, nous avons parfois du mal avec l’humour adolescent que tu as développé ces deux dernières années).

Réjouis toi surtout d’avoir un humain en face de toi et pas un robot, un humain qui, après une longue journée à supporter tes pairs va craquer et te mettre à la porte parce que tu ne fais pas « grand-chose de mal » mais que c’est la goutte d’eau. Un robot ne te mettrais pas à la porte certes, mais personnellement si comme toi, j’ai fort peu apprécié le collège, j’y ai rencontré des profs que je porte toujours dans mon cœur.

Si j’aime tant écrire et jouer avec les mots c’est sûrement grâce à mes deux génialissimes profs de Français du collège. (Mesdames Petauton et Hélias, si au hasard du net vous passez pas là c’est de vous que je parle et je sais que génialissime n’existe pas, mais cela vous convient tellement bien).

Bien sûr, tu ne peux pas apprécier chaque prof, de la même manière que jamais tu ne plairas à tout le monde, mais laisse moi te rappeler que tu n’as pour le moment aucune compétence pour juger les leurs et que les avis des copains ne comptent absolument pas pour savoir si tel prof est bon ou pas.

Tu n’as que douze ans, c’est grand et tu changes, tu mûris et pourtant c’est encore tout petit donc à tout moment tu dois respect et obéissance aux professeurs, même si tu trouves leurs demandes saugrenues, injustes ou autre, ton job à toi en tant que collégien c’est de profiter de ces années pour apprendre un maximum de choses qui ne te serviront pas forcément toutes plus tard certes, mais qui feront que tu ne passeras pas pour un couillon qui ne sait rien.

Alors oui, c’est pénible de se faire huit heures de cours et de rentrer avec encore des devoirs et des leçons. Pour rappel tes profs rentrent aussi avec des devoirs puisqu’ils doivent corriger tes copies, et préparer leurs cours. Tu as également vu Papa bosser des week-end entiers, je te souhaite de ne pas avoir un boulot aussi prenant, mais cela fait partie des responsabilités de « grand », on fait ce qu’on a à faire. Certains comme ta Maman attendent souvent le dernier moment pour rendre leur copie mais si cela porte un très joli nom : la procrastination, ce n’est pas dénué de stress…

Bref, mon petit-grand, le collège c’est un passage obligé, tout comme le sera le lycée et j’espère bien, d’autres études ensuite. C’est comme pour tout, il n’y a pas que du négatif, il y a les copains, les «barres de rire », les filles (SIC), le judo mais il y a aussi des obligations : apprendre ses cours, faire ses devoirs et se conduire de manière correcte et respectueuse pendant les cours.

Il n’y a pas de secret, chaque chose de la vie comporte deux facettes : pour prendre du plaisir au judo il t’a fallu travailler, apprendre des techniques, te concentrer et souvent perdre. Pour que tes années collèges se passent le plus correctement possible, il ne faut pas faire de vagues, respecter les règles qui ne sont pas si drastiques (le collège c’est quand même pas la mine) et te faire des souvenirs avec les copains SANS que ça implique le jet d’objets sur les professeurs ou pire, le manque de respect envers eux.

Applique à ta vie de collégien les valeurs que nous t’avons transmises et que je sais acquises (même s’il faut parfois creuser pour les voir), applique aussi les belles valeurs du judo et tout ira bien, et tu verras que tes relations avec les professeurs n’en seront que meilleures.

Loin de moi l’idée de te mettre la pression, mais si tu n’y parviens pas, je te signale juste au passage que ton père est à la recherche d’un collège « militaire » où l’humour est totalement absent et où tu devra oublier tes jolies boucles qu’ils se feront un plaisir de raser.

Toujours pas la pression ? Y’a pas de judo dans les écoles militaires …

Ta Maman qui t’aime

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les règles de la maison

Sur une idée de Sabine et Associés  j’ai récemment refais les règles de la maison. J’en avais déjà mis en place lorsque les monstroux étaient plus petits, et étrangement il y avait des choses plus faciles (le lavage des mains en rentrant) et d’autres plus compliquées du fait qu’ils ne savaient pas lire et que mes schémas n’étaient peut-être pas très clairs.

Alors, avoir des grands, c’est souffler un peu parce qu’ils sont autonomes mais cela veut aussi dire qu’il faut rappeler certaines règles encore et encore car l’autonomie est souvent accompagnée d’un certain « jemenfoutisme » notamment concernant l’hygiène et le vocabulaire …

Grand Monstrou par exemple est très vulgaire, et pourtant nous le reprenons systématiquement ! Je me fais des frayeurs en me disant que les gens qu’il croise doivent penser qu’on parle tous comme des charretiers à la maison, et puis l’autre jour je l’ai entendu au téléphone avec sa grand-mère et il parlait plutôt correctement, donc, ouf il sait faire la différence mais aie, il doit nous prendre pour ses potes de récrés puisque chaque phrase est agrémentée (terme inapproprié) d’un « putain ».

Bref, l’autre jour notre pédégère préférée Sabine à posté sur facebook ses règles et cela m’a donné envie de tenter ma chance, voici donc les nouvelles règles de la maison …

1 En arrivant de l’école on RANGE chaussures et cartables et on se LAVE les mains

2 Le goûter se prend assis A TABLE et se range une fois terminé (et non, il ne se range pas tout seul)

3 à 18h00 ce n’est PLUS l’heure du goûter donc vous attendez le dîner au lieu de vider tous les placards

4 Chaque vulgarité vous coûtera 50 centimes à mettre dans le cochon « Poli »

5 Toute personne surprise dehors en chaussettes sera immédiatement priée de passer l’aspirateur dans le salon et de laver lesdites chaussettes.

6 on ne part pas à la pêche/jouer si les devoirs ne sont pas faits et le cartable non préparé.

7 La balayette des toilettes n’est pas là juste pour décorer, vous pouvez l’utiliser (c’est gratuit en plus).

8 Après le dîner on débarrasse ses affaires, on aide Papa et Maman à tout ramener dans la cuisine.

9 Chaque emballage trouvé planqué sous le canapé vous coûtera également 50 centimes (je sais qui mange quoi, pas la peine d’accuser l’autre).

10 La nourriture est toujours interdite à l’étage.

11 Règle spéciale Mr Poux : N’oublie pas que si je me brise le cou dans la baignoire que tu n’as pas rincée parce que tu allais rater ton train, tu vas devoir TOUT gérer à ma place… (ça vaut peut-être le coup de perdre 1mn)

ps :  Il est inutile de dessiner vos attributs masculins sur les vitres de vos fenêtres, les voisins nous prennent déjà pour des fous.

Bon, avec ceci j’espère obtenir des résultats, au pire, la cagnotte du cochon poli va se remplir à grande vitesse !

Et chez vous ? Il y a des règles ? Une liste ?

2048x1536-fit_cathy-sarrai-connue-role-super-nanny-m6-decedee-20-janvier-2010

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mardi tout doux ? Battez-vous !

Les enfants se battent…encore ! Je tente la version Caroline Ingalls : «  oh les enfants vous savez comme ça me fait de la peine de voir mes deux petits amours se disputer et se frapper »….

Echange de coups de poings et de pieds encore plus violents !

Finalement c’est la version «  Roseanne » qui marche le mieux car quand je leur dis «  battez-vous assommez vous y’aura plus à manger pour nous » on me répond en chœur :

«  c’est toi qui n’auras rien à manger , on va tout manger »…

D’une pierre deux coups : ils ne se battent plus et ils ont décidé de tout manger !

C’est le moment de sortir le foie de morue !!!

C’était mon mardi tout doux ( enfin presque) pour Maman@home !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un seul être vous manque… alors deux !

Nous voici donc partis en amoureux, pas vraiment par plaisir comme nous le faisons parfois lorsque nous faisons des matinées spéciales « seul avec Papa » puis « seul avec maman » pour que chaque Monstrou puisse profiter un peu de ses parents sans son frère.

Grand Monstrou était super content car «  pour une fois il n’était pas puni en même temps que son frère, ni  à cause de son frère ».

Arrivés au Mc Bof, il a joué moins de cinq minutes avant de me rejoindre pour passer lui-même sa commande. En ce moment il aime tout faire lui-même et surtout je le constaterai plus tard, jouer dans l’aire de jeu  sans Petit Monstrou ne lui convenait pas.

Nous avons  donc absorbé notre malbouffe en nous réjouissant de n’être que tous les deux, sans que j’ai besoin de râler sur Petit Monstrou pour qu’il :

–          Mange un peu

–          Arrête de grimper, sauter, tomber, sur le banc, la chaise, la fenêtre…

–          Ne joue pas avec la nourriture

–          Etc…

Mais bon, c’était tout de même un peu glauque, nous n’avions pas grand-chose à nous raconter et le calme qui régnait à notre table ne semblait pas naturel, tant il était inhabituel.

Devant une frite tordue, j’ai eu une pensée émue pour mon pauvre Poux, coincé à la maison avec la furie de 5 ans en plein apprentissage de la vie, de ses hiérarchies et de ses contraintes.

Le « dîner » avalé Grand Monstrou est reparti jouer et j’ai longuement hésité à appeler la maison pour prendre des nouvelles. Mais non ! Je saurai bien assez tôt si mes deux «  forts caractères » s’étaient réconciliés ou au contraire écharpés à coup de sabres lasers, de lancer d’objets divers et bizarres et de fessées carabinées.

J’étais un peu inquiète mais je ne culpabilisais pas du tout, cette punition était absolument parfaite pour faire comprendre à Petit Monstrou qu’il avait dépassé les bornes et  que l’heure de sa dictature de petit tyran en puissance n’était pas encore arrivée.

N’empêche que le Mc Bof toute seule, un samedi soir c’est un peu sinistre, au lieu d’échanger enfin quelques phrases avec mon Poux voyageur, je m’ennuyais comme un rat mort.

Pourtant autour de moi se jouait un cinéma écossais assez sympathique que je vous conterai plus tard car j’ai eu tout mon temps pour observer les tables alentours et les interactions des  clients du samedi soir au Mc Bof.

Enfin pas tant de temps que ça parce que Grand Monstrou est revenu assez vite auprès de moi : il s’ennuyait ! Il y avait plein d’enfants de tous âges dans l’aire de jeu mais le petit frère qui l’agace tant, dont il souhaite régulièrement qu’on ne l’ait pas eu, lui manquait !

Voilà que mon grand « dur », tellement habitué à arriver en force avec son partenaire  de jeu, son complice aussi bien que son souffre douleur, me faisait une crise de timidité.

Nous nous sommes retrouvés, un samedi soir, à jouer avec le maître Shifu de Kung-Fu Panda  sous l’œil ironique des ados d’à côté. J’avais envie de leur dire : «  profitez de votre liberté parce qu’un jour, vous rencontrerez quelqu’un, et ensemble, vous ferez des gamins, au début absolument charmants mais qui finiront par vous rendre suffisamment  chèvre pour que vous atterrissiez au mac bof seul avec l’un d’entre eux, un samedi soir, pour faire tourner des maîtres Shifu  en plastique sur une table » !

Bref, nous n’avons pas trainé et en rentrant  à la maison j’ai retrouvé un Petit Monstrou charmant qui m’a fait une vingtaine de bisous d’affilée en me demandant pardon.

J’étais RAVIE , cette punition avait fonctionné aussi bien pour discipliner Petit Monstrou que pour prouver à Grand Monstrou que quoi qu’il en dise, son frère lui manque s’il n’est pas là..

Non vraiment j’étais contente jusqu’au lendemain lorsque Petit Monstrou a planté son regard bleu, glacial et limite diabolique dans le mien pour me dire «  Mais quand il n’y aura pas Papa, tu ne  pourras pas recommencer cette punition »…

Au secouuuuuuuuuurs !!!  Ce gosse aura ma peau c’est sûr !!

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vengeance est un plat qui se mange gras !

 

 

Depuis samedi matin, que dis-je depuis quelques jours, que dis-je, depuis quelques semaines… Petit Monstrou est en mode « purge ».

Il  a bien grandi, progressé, muri, et gagné en autonomie durant cette année  de moyenne section mais môssieur est maintenant persuadé qu’il peut faire sa loi… Et, comme  son père et moi sommes également convaincus de notre bon droit à faire la loi chez nous, forcément ça  « clashe »!

« je te prive de bisous » « t’es vilaine » « Je t’obéirai plus jamais de la vie » me hurle-t-il à la moindre contrariété. J’avoue la première fois, j’avais trouvé cette dernière menace plutôt drôle dans le genre caustique, j’avais même répondu un truc  du genre «  ça ne va pas  me faire beaucoup de changement »…

Mais bon, à la longue c’est un peu usant, irritant voire carrément horripilant : tension 17… patience ratatinée, humour enterré, et numéro de la dass mémorisé « allo, vous pourriez me les prendre pour le week-end, ça éviterait que je fasse un malheur » (Oui, je suis pour une politique de prévention moi Madame !).

A défaut de le frapper en permanence ( ben oui, la fessée c’est mal !), je multiplie les  punitions diverses et bizarres, les menaces, les chantages… Bref, je fais de mon mieux pour me faire entendre par cette tête de bois enfant de 5 ans qui est le mien. (J’avais bien dit au Poux qu’avec nos deux sales caractères, on ne devrait surtout pas se reproduire !)

Ce qui  marche le mieux en ce moment c’est de lui retirer sa balançoire, ça le met hors de lui et je ne passe absolument pas pour une couillonne en extension sur ma chaise en plastique jurant contre les mousquetons qui sont si durs/rouillés/coincés  que je me pète les doigts à chaque fois.

Sauf que là, ça va faire trois semaines qu’il fait mauvais et je n’ai que très peu de moyens  de chantage  en intérieur  puisque la plupart des jouets ont été mis en commun et que si je prive l’un, je prive l’autre…

Pareil pour les sorties, je ne peux que menacer de tout annuler et ma « Purge » le sait très bien, si je le prive de piscine, cela veut dire que personne n’ira puisque je ne peux pas le laisser tout seul.

Samedi matin donc, mon chieur de première adorable bambin nous a pourri la vie pendant tout le concert organisé à la bibliothèque. Grand Monstrou a pu en profiter mais j’ai passé mon temps à faire des allers-retours entre la salle et la cour où se tenait mon boudeur qui ne voulait pas entrer ( et que je ne pouvais pas faire entrer de force sous peine de gêner tout le monde avec ses hurlements de hyène égorgée).

Lorsque nous sommes rentrés, j’étais d’une humeur aussi massacrante que la sienne, fomentant des plans diaboliques (mais légaux ) de vengeance !

Et l’heure de la vengeance est arrivée plus vite que prévu : YESSSSSSSSSSSSSSSSSS !

Samedi soir nous devions dîner au « Mc bof » : j’avais promis et comme Mr Poux était rentré des USA dans l’après midi, cela nous aurait permis de papoter tranquilles pendant que les monstroux profiteraient de l’aire de jeu (notez l’utilisation du passé et vous commencerez à entrevoir la vengeance).

Petit Monstrou me harcèle régulièrement pour y aller, non pas pour la merveilleuse nourriture équilibrée de l’établissement (qu’il absorbe en quantité tellement ridicule qu’il ne risque pas l’obésité) mais grâce à l’attrait de la merdouille en plastique qu’il abandonnera au milieu de mon salon deux jours après du jouet/cadeau du « joyeux repas ».

Au moment de partir, j’ai commis l’inacceptable, moi, mère si exigeante  que c’est très certainement maladif, oui j’avoue, j’ai demandé à Petit Monstrou de mettre lui-même ses baskets et ce « en-moins-d’un-quart-d’heure-merci-beaucoup ». (il a 5 ans bordel !)

Je ne sais pas si c’est le côté ironique de la demande ou l’incongruité que l’on exige encore de lui qu’il mette ses chaussures alors « qu’il les avait déjà mises lui-même ce matin » (hum ! 5 ans donc…)

Môssieur Purge a pété un plomb ( y’a pas d’autre expression) et s’est mis à me passer un savon comme si j’avais commis un crime de lèse-majesté.

En tant normal, j’aurais menacé de tout annuler mais je ne l’aurais bien sûr pas fait pour ne pas punir Grand Monstrou qui lui était prêt, sage : mon digne héritier quoi !

Mais là, Mr Poux étant exceptionnellement présent, il a endossé le mauvais rôle et annoncé à notre Purge ( SON digne héritier) qu’il ne méritait pas d’aller au Mc Bof et que nous irions seuls, Grand Monstrou et moi.

En refermant la porte pour partir dîner en amoureux avec mon ainé, j’ai eu un instant pitié pour Mr Poux, seul avec un enfant hurlant sa colère, prêt à lui faire LA grande scène du deux, et puis j’ai accéléré le pas…

Grand Monstrou et moi sommes partis consommer notre vengeance qui ce soir là était  un repas bien gras !

Avons-nous passé une bonne soirée ? Ça c’est une autre histoire….

Rendez-vous sur Hellocoton !