Archives par mot-clé : collège

Up and down Septembre

Un petit bilan du mois de Septembre que je n’ai pas vu passer

Up : le Judokado est scolarisé dans le collège du village

Down : le Judokado est scolarisé dans le collège du village

D’un côté c’est tellement plus simple sans devoir l’emmener à 80 km de la maison tous les lundis, sans la prise de tête des devoirs et du bouclage de la valise le dimanche. De l’autre, il est un peu fiché “fouteur de bordel” dans ce collège là et surtout il va stagner au niveau technique en judo.

Down : Mon tout-petit, mon bébé ( de 11 ans et demi), Petit Monstrou est entré en 6ème …

Up : Pour le moment il s’y plait beaucoup et oh miracle : il travaille … un peu … il ne force pas trop non plus faudrait pas abuser hein !

Son frère a tellement changé que mon Petit Monstrou je ne le vois pas grandir … en fin d’été, alors que le Judokado était absent, je le choppe devant la télé sur un programme interdit aux moins de 10 ans donc :

– Mais enfin ça ne va pas la tête, tu ne vois pas le logo d’interdiction aux moins de dix ans ? Pourquoi tu regardes ça ? (en le fusillant du regard)

– Mais Maman j’ai onze ans et demi !

– Ha … oui, heuuuu…. Mais ce n’est pas une raison pour regarder des trucs violents non mais ! (et je quitte rapidement la pièce pour garder un semblant de crédibilité).

En parlant du collège …

Down : première leçon de français de 4éme (oui 4éme ceci n’est pas une faute de frappe) : révision de l’imparfait … Are you serious ?

En 6ème on bosse dur : on fait des dictées préparées … comprendre que: 15 jours avant on donne aux élèves le texte de la dictée… Il est bien loin le temps des dictées de mon enfance où l’on ne savait absolument pas sur quel texte on allait tomber, où c’était chaque semaine et dans lesquelles on avait plutôt interêt à connaitre nos conjugaisons et la grammaire…

Après on se demande pourquoi le niveau baisse…

Up : bon du coup à priori ça ne va pas être trop compliqué ni pour l’un ni pour l’autre d’avoir de bonnes notes en Français. Bon ceci dit Petit Monstrou a beaucoup de devoirs en Français et à part donc le coup de la dictée il va falloir qu’il bosse un peu !

Up: j’ai enfin arrêté de fumer …

Down : je croise des fumeurs partout, soient ils puent et ça me gène, soit j’ai juste envie de leur arracher leur clope pour leur piquer… et les kilos on en parle des kilos

Up : du coup j’ai repris une activité sportive : le renforcement musculaire ça me fait un bien fou !

Down : j’ai découvert des muscles qui n’avaient pas servi depuis des années et comment dire : OUILLE

Up : Comme tous les mois de Septembre, Supercopine a réservé un voyage sur blablacar pour venir me voir et c’était toopppp. On s’est fait une soirée filles, rien que nous deux, on a bu du «  coucougnettes » et on a parlé parlé parlé …

Down : Comme toujours c’était trop court… Que c’est dur d’avoir sa meilleure amie à 400 km !

 

Vivement les vacances que je puissse aller la voir à mon tour !

Et pour vous c’était comment ce mois de Septembre ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre à mon futur collégien

 

Voilà mon tout petit, mon bébé, mon presque grand, tu vas faire le grand saut et entrer à ton tour au collège.

C’est une grande étape de ta vie (et de la mienne) et je voudrais te donner quelques conseils car malgré ce qu’en dit ton enseignante je ne suis pas sûre que tu sois complètement prêt.

Tourne ta langue 7 fois dans ta bouche avant de parler !

Et en écrivant ça je sais déjà que l’expression va te paraître saugrenue,Tu es né sans “filtre”, tu es très discret mais quand tu vois quelque chose qui te choque tu le dis, tel quel. Alors sois prévenu, les 4 eme et les 3 eme sont des êtres stupides complètement atomisés par des bouffées de testostérone qui leur étouffent les neurones. (oui ton frère aussi)

Si tu vois un troisième faire quelque chose de stupide, NE LUI DIT PAS ! Je t’imagine du haut des tes trois pommes aller vers lui, et lui annoncer de ta voix fluette “mais c’est complètement débile ce que tu fais là”.

Pour ta sécurité, ignore-le, à moins que son action ne soit dangereuse, dans ce cas là, va chercher un adulte.

De la même manière, il est inutile de préciser aux dames de cantine que la nourriture est répugnante, elles n’y sont absolument pour rien mais ce n’est pas agréable à entendre et elles pourraient t’en vouloir. Oui, même si ce n’est pas elles qui cuisinent, ce genre de remarque n’est pas apprécié.

Ne corrige pas les professeurs !

Tu as hérité de ma passion pour le français et tu m’appelles régulièrement pour me faire écouter tel ou tel Youtubeur qui a fait une énorme faute de syntaxe dans sa vidéo. Il arrive que certains professeurs fassent aussi des abus de langage ou des fautes dans leurs cours, ne les corrige surtout pas.

Je sais très bien que tu ne prendras pas la parole pour corriger mais tu es capable de sortir ton rouge et d’entourer la faute sur un devoir… NON, les profs ont le droit à l’erreur (pas trop quand même hein, ils ont un exemple à montrer) et surtout ils ne vont pas du tout aimer si tu les corriges.

Il va falloir t’organiser !

Quand je te vois partir pour l’école SANS ton cartable je me dis que le coup du changement de salle à chaque heure va être très compliqué. S’il te plaît ne sème pas tes affaires un peu partout. Tu vas notamment avoir un « carnet de liaison » c’est très gênant si tu le perds et ça agace tout le monde. Bon en même temps, vu que les carnets suivants seront payants je te fais confiance pour ne pas en perdre trop ensuite si je prends dans ta tirelire pour le racheter.

Et cesser les constructions bizarres

Avec le matériel de ta trousse, je sais que ton enseignante a été très patiente par rapport à ça, que tes copains trouvent ça très drôle mais d’une part je ne possède pas une papeterie pour te fournir du matériel tous les soirs, d’autre part je doute que tes professeurs soient plus épatés par ton ingéniosité qu’agacés par le fait que tu bricoles en cours.

Ne t’inquiète pas en technologie tu vas construire plein de choses, continuer à coder, je sens déjà que ce cours va te passionner !

Et enfin … Il va peut-être falloir commencer à bosser !

L’école primaire pendant longtemps c’était ennuyeux puis c’était mieux mais tu rentrais en sachant déjà toutes tes leçons et les révisions ne t’ont jamais pris trop de temps … (et encore quand révision il y avait).

Au collège, tu vas noter beaucoup de choses, il va falloir aller vite, ça va changer toutes les heures et donc, éventuellement, sur un malentendu il faudra peut-être que tu apprennes tes leçons le soir…Enfin ce serait mieux quoi …

Comment ? Tu ne veux plus aller au collège ?

Ça tombe très bien je n’ai pas envie que tu y ailles, on a qu ‘a dire qu’on les aime pas, on commandera des pizzas…

Ah oui , mais non, c’est obligatoire … aller courage, ça va bien se passer … ( perso j’attaque les anxiolitiques tout de suite, car entre le judokado et toi je le sens pas du tout ce collège).

Courage !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre à mon collégien

 

Voilà, cela fait deux années que tu es devenu un collégien et tu ne trouves pas ça cool du tout … je dirais même plus: tu kiffes pas !

Déjà tu t’es retrouvé avec tout un tas de profs divers et bizarres au lieu d’un ou une enseignante, aucun ne réagit pareil, ils n’ont pas les même exigences vis à vis de vous, ni la même façon de travailler…

J’ai envie de te dire tant mieux, car comme dans tout métier, il y a des bons et des moins bons et sur la totalité c’est impossible que tu ne tombes que sur des « moins bons ».

J’ai envie de te dire aussi que c’est pareil pour eux, toute la journée ils se retrouvent face à des groupes d’adolescents plus bizarres que divers et je dois t’avouer mon chéri que, comme vous n’êtes pas dans la période la plus « fine » de votre humour, je les admire un peu…

Souvent tu me dis « Le prof de … il m’aime pas », mais enfin mon chéri, de toute façon il n’est pas là pour t’aimer, il est là pour t’apprendre des choses. Et quand tu joues à lancer des colles, des bouts de gommes, ou que tu ricanes avec les copains, demande toi si tu lui envoies vraiment l’image d’un bon ptit gars qu’on pourrait aimer. (Même nous tes parents, nous avons parfois du mal avec l’humour adolescent que tu as développé ces deux dernières années).

Réjouis toi surtout d’avoir un humain en face de toi et pas un robot, un humain qui, après une longue journée à supporter tes pairs va craquer et te mettre à la porte parce que tu ne fais pas « grand-chose de mal » mais que c’est la goutte d’eau. Un robot ne te mettrais pas à la porte certes, mais personnellement si comme toi, j’ai fort peu apprécié le collège, j’y ai rencontré des profs que je porte toujours dans mon cœur.

Si j’aime tant écrire et jouer avec les mots c’est sûrement grâce à mes deux génialissimes profs de Français du collège. (Mesdames Petauton et Hélias, si au hasard du net vous passez pas là c’est de vous que je parle et je sais que génialissime n’existe pas, mais cela vous convient tellement bien).

Bien sûr, tu ne peux pas apprécier chaque prof, de la même manière que jamais tu ne plairas à tout le monde, mais laisse moi te rappeler que tu n’as pour le moment aucune compétence pour juger les leurs et que les avis des copains ne comptent absolument pas pour savoir si tel prof est bon ou pas.

Tu n’as que douze ans, c’est grand et tu changes, tu mûris et pourtant c’est encore tout petit donc à tout moment tu dois respect et obéissance aux professeurs, même si tu trouves leurs demandes saugrenues, injustes ou autre, ton job à toi en tant que collégien c’est de profiter de ces années pour apprendre un maximum de choses qui ne te serviront pas forcément toutes plus tard certes, mais qui feront que tu ne passeras pas pour un couillon qui ne sait rien.

Alors oui, c’est pénible de se faire huit heures de cours et de rentrer avec encore des devoirs et des leçons. Pour rappel tes profs rentrent aussi avec des devoirs puisqu’ils doivent corriger tes copies, et préparer leurs cours. Tu as également vu Papa bosser des week-end entiers, je te souhaite de ne pas avoir un boulot aussi prenant, mais cela fait partie des responsabilités de « grand », on fait ce qu’on a à faire. Certains comme ta Maman attendent souvent le dernier moment pour rendre leur copie mais si cela porte un très joli nom : la procrastination, ce n’est pas dénué de stress…

Bref, mon petit-grand, le collège c’est un passage obligé, tout comme le sera le lycée et j’espère bien, d’autres études ensuite. C’est comme pour tout, il n’y a pas que du négatif, il y a les copains, les «barres de rire », les filles (SIC), le judo mais il y a aussi des obligations : apprendre ses cours, faire ses devoirs et se conduire de manière correcte et respectueuse pendant les cours.

Il n’y a pas de secret, chaque chose de la vie comporte deux facettes : pour prendre du plaisir au judo il t’a fallu travailler, apprendre des techniques, te concentrer et souvent perdre. Pour que tes années collèges se passent le plus correctement possible, il ne faut pas faire de vagues, respecter les règles qui ne sont pas si drastiques (le collège c’est quand même pas la mine) et te faire des souvenirs avec les copains SANS que ça implique le jet d’objets sur les professeurs ou pire, le manque de respect envers eux.

Applique à ta vie de collégien les valeurs que nous t’avons transmises et que je sais acquises (même s’il faut parfois creuser pour les voir), applique aussi les belles valeurs du judo et tout ira bien, et tu verras que tes relations avec les professeurs n’en seront que meilleures.

Loin de moi l’idée de te mettre la pression, mais si tu n’y parviens pas, je te signale juste au passage que ton père est à la recherche d’un collège « militaire » où l’humour est totalement absent et où tu devra oublier tes jolies boucles qu’ils se feront un plaisir de raser.

Toujours pas la pression ? Y’a pas de judo dans les écoles militaires …

Ta Maman qui t’aime

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hop en pension !

L’année dernière Grand Monstrou est entré en 6ème et si nous avions pu constater quelques changements pendant sa dernière année d’élémentaire, je dois dire que pendant la 6ème nous nous sommes pris la pré-adolescence en pleine poire !

Tous, nous et lui !

Nous parce que nous ne reconnaissions plus notre fils ( mon bébéééé) et lui parce qu’il était coincé entre le petit et le grand, souvent d’ailleurs,  je parle de lui comme du « petit-grand ».

Dire qu’il nous a fait une 6 ème pourrie n’est pas une exagération, entre les épaules qui se redressent, le côté « kéké » qui se développe pour « faire sa place » (parce qu’il y avait une ambiance légèrement pourrie dans son collège et parce que les garçons de cet âge sont plutôt stupides) et le farniente concernant les études… on a bien morflé !

Au début j’étais ravie, il avait de supers profs et « même que » jusqu’en Novembre les profs l’aimaient bien, séduits par son « potentiel ». Après ils ont carrément déchanté et nous aussi … Que ce soit au niveau du travail fourni ou du comportement … tout a déconné et j’entretiens désormais une relation tout particulière avec le Principal qui m’appelait régulièrement !

Qui dit « potentiel » dit bonne nouvelle: « il a des facilités » en langage adulte, et bonne nouvelle « pas besoin de se fouler » en langage pré-ado.

Les séances de devoirs étaient un supplice et je ne compte pas le nombre de fois ou j’ai gentiment annoncé, crié, hurlé « si ça continues je te colle en pension ».

Alors, chères collègues Mamans, faites très attention à ce que vous souhaitez, aux menaces que vous proférez, parce que nous y sommes : mon bébééééééé part en internat !

Non, ne sortez pas les tomates pourries, ce n’est PAS une punition et même … il s’agit de SON choix.

Monsieur pré-ado qui n’a pas encore 12 ans, part faire une cinquième sport-étude, section judo (sa passion).

C’est donc une très belle opportunité (dont je vous ai déjà parlé), le collège semble bien, il sera « maté » dès le moindre écart de comportement par une « privation » de judo et ça, ça risque de le faire réfléchir.

Et surtout surtout (là y’en a qui vont me détester), les devoirs seront faits dans la semaine afin qu’il puisse participer aux compétitions le week-end. (yeahhhhhhh)

J’envisage d’envoyer tout de suite des antidépresseurs au pauvre surveillant qui sera en charge des devoirs, mais clairement je suis ravie !

Plus d’engueulades le soir, plus de hausse subite de tension, plus de cris, de pleurs, de menaces etc.

Heuuu mais y’aura plus de bisous non plus, plus la possibilité de faire le point sur sa vie tout en promenant le boxerfou, je ne pourrais pas déceler à son expression s’il a passé une bonne journée ou pas… je devrais me contenter de SMS…Je ne pourrais pas décrypter dans les petites paroles du dîner s’il y a un problème avec tel ou tel copain.

Trois mois que je m’y prépare… trois mois que je liste tous les points positifs et que je suis sûre et certaine que nous avons tous pris la bonne décision et là …

Ben là nous sommes un peu au pied du mur et j’avoue que j’angoisse un peu… Grand Monstrou c’est mon premier bébé, c’est lui qui a fait de moi une Maman et je n’avais pas du tout prévu qu’il quitte le nid aussi tôt.

Pourtant qu’est-ce qu’il a pu m’agacer pendant sa 6ème … mais là il va juste me manquer, et manquer à son père, son frère… ( beaucoup à son frère).

C’est super court les weekends, surtout si tu pars une partie du dimanche en compétition… (bon c’est moi le taxi, je pourrai donc le titiller pour savoir ce qui se passe)

Je dois être forte pour lui, car c’est lui qui va affronter le plus de nouveautés, de défis, mais nous à la maison on va se retrouver famille boiteuse, il va nous manquer un élément, un morceau et pas le moindre !

Alors je vous souhaite une bonne rentrée à tous et toutes, parents, enseignants, enfants mais surtout à mon bébé poussin  Pré-ado !

Si tu me lis je te souhaite plein plein de bonnes choses, une super année sportive ET studieuse et compte sur moi pour te chouchouter le week-end pour recharger les batteries.

juju
Vogue mon fils …
Rendez-vous sur Hellocoton !

Les regards des autres (roman)

41V60txbNqLAhmed Kalouaz

Editions Rouergue

Collection Doado

A partir de 12 ans

Dans toutes les bonnes librairies depuis le 3 Février

9€20

Harcelée au collège par une bande de filles, Laure a bien du mal à réagir.  Elle finit cependant par alerter le principal et ses parents lorsque des élèves plus fragiles qu’elle se trouvent pris comme cible. Dans ce roman émouvant et fort, Ahmed Kalouaz décrypte remarquablement le mécanisme du harcèlement. (Source Rouergue)

Voici un roman qui fait mal à lire et qui pourtant, pourrait faire beaucoup de bien à nos jeunes qui subissent ou infligent des harcèlements en tout genre.

On vit avec Laure ses peurs, ses peines, son incapacité à réagir malgré ses tentatives. On replonge dans l’univers si dur du collège, de la relation aux autres, du besoin de « rentrer dans le moule ». Parce que c’est ainsi que ça a commencé, Laure est devenue victime parce qu’elle fréquentait un garçon un peu trop différent, un peu trop intello… Il suffit d’un tout petit détails pour générer des moqueries qui peuvent rapidement dégénérer en harcèlement permanent et oh combien handicapant, pénalisant, démoralisant…

Trop gros, trop différent, réfugié… les adolescents sont scrutés à la loupe par des bandes qui ont besoin de cela pour « exister ».

Laure a la boule au ventre tous les matins, ses notes chutent, elle sèche de plus en plus souvent et pourtant chaque soir elle décide de réagir, de ne plus se laisser faire. Elle ne parvient pas à en parler à ses parents et porte devant eux le masque du « tout va bien ».

C’est un livre fort que je recommande à toutes les classes de 6ème et de 5ème, en tant que soutien pour les victimes, mais aussi, pour faire prendre conscience à ceux qui seraient tentés de devenir des bourreaux, de ce qu’ils font réellement subir aux personnes qu’ils harcèlent.

Ce n’est que mon avis d’adulte, la prochaine étape pour moi c’est de le faire lire à mon Grand Monstrou pour étudier sa réaction.

Dans tous les cas, si vous avez un ou des collégiens parmi vos proches, c’est un roman à leur offrir.

*Livre offert : merci beaucoup

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’instant pré-ado : mais où est mon bébé ?

Je parle beaucoup moins des monstroux sur ce blog non pas parce que je n’ai rien à raconter, mais parce qu’ils grandissent et que je souhaite respecter leur vie privée.

Du coup j’hésite encore en tapant ces mots mais ce blog étant né en tant qu’exutoire pour supporter les frasques de Petit Monstrou lorsqu’il était tout petit, je me tourne vers mes fidèles lectrices pour partager mes soucis, voire recevoir des conseils.

Donc, Grand Monstrou si tu me lis, je ne raconte pas ta vie mais la mienne, hors nos deux vies sont liées, pour très longtemps encore j’espère.

Je vous explique, mon bébé de presque 11 ans est entré en 6ème en Septembre et il a commencé très fort ! Dès la fin de la première semaine il avait trois croix (système de répression du collège), alors même si certaines des croix avaient été attribuées un peu vite à mon goût, commencer une année avec des nouveaux profs et directement se cataloguer dans les «kékés », ça la fout très mal.

Nous nous sommes fâchés très fort expliquant à Grand Monstrou que même si la première impression n’est pas toujours la bonne, il partait déjà avec un handicap, celui du gamin qui a déjà des croix et est déjà repéré.

D’autant plus qu’un mercredi où j’étais absente, Monsieur est rentré, a déjeuné avec son père puis s’est barré tout l’après-midi au city-stade, SANS préciser qu’il avait encore reçu une croix, SANS faire ses devoirs correctement, SANS préparer son sac ce donc nous nous sommes rendus compte lorsque je suis rentrée à 19h30.

En effet, son prof avait essayé de me joindre et il «croyait» que j’étais au courant et que j’avais appelé son père. Autrement dit, il nous prend pour des couillons, parce que bien sûr, si son père avait été au courant il l’aurait forcément encouragé à aller se détendre au parc pour se remettre de cette vilaine croix !

Deuxième semaine de cours, accrochez vous, la quatrième croix arrive, plus un incident dans la cour (encore une fois, pas vraiment de la faute de Grand Monstrou mais voilà) et hop : deux heures de colle !

Ça commence donc très fort la 6ème, si vous ajoutez à cela que Grand Monstrou a les cheveux mi-long, ondulés genre pas coiffés et un «look» bien à lui, on n’est pas loin du «fichage» dans la catégorie branleurs.

Excellent pour commencer une période de quatre ans dans un établissement, excellent aussi pour pourrir à l’avance la réputation de son frère: «Ahhh tu es le frère de Grand Monstrou» (bon va falloir faire gaffe à celui-là).

Nous avons commencé par le priver de sortie et de téléphone (oui il a un portable, j’y reviendrai plus tard), puis je me suis rendue compte que cela ne m’arrangeait pas du tout qu’il ne soit plus joignable (voilà pourquoi il a un portable) et donc nous lui avons rendu son téléphone.

Privé de city-stade, de sortie pêche, de parc avec les copains et au boulot ! Parce qu’en plus, la 6ème c’est beaucoup beaucoup de devoirs à rendre, de leçons à apprendre etc.

C’est dur pour lui, on le sait, on le comprend mais il faut redresser la barre tout de suite.

Samedi, alors que j’étais en ville avec supercopine et que j’avais déjà promené le boxerfou, il annonce à son père qu’il va la promener. Très bien se dit Mr Poux, ce chien a besoin d’être défoulé en permanence.

Dimanche, il me dit «je vais promener Jazzy» et comme justement j’avais l’intention d’y aller, je pars avec lui. Comme par hasard, au moment où nous arrivons au parc il m’annonce qu’un de ses meilleurs potes est dans le coin et va donc passer dire bonjour. Je me suis retrouvée à promener le chien seule pendant qu’il papotait avec son copain.

J’avais bien compris le subterfuge mais j’ai eu dix ans aussi, et je pouvais comprendre qu’il ait besoin de voir d’autres personnes que ses vieux parents ou son frère. J’ai râlé pour le principe, en lui expliquant que je n’étais pas dupe mais je l’ai laissé discuter.

En rentrant de cette même balade, il m’explique que le lendemain au lieu de rentrer à 15h30 il restera en étude pour préparer la campagne de son pote qui se présente aux élections de délégué de classe (j’avoue sur le coup je n’ai rien vu venir, nous avons parlé des élections, du rôle de délégué etc).

Seulement voilà, dans la journée d’hier j’ai eu comme un ptit doute, léger hein, je me disais : «non, je lui prête de mauvaises intentions». Mais quand même, suivant mon instinct, à l’heure de la sortie, je me suis rendue au collège pour vérifier qu’il sortait effectivement de l’établissement et qu’il n’arrivait pas d’ailleurs.

Je n’ai même pas eu besoin d’attendre la sonnerie, il était près du collège mais pas en salle d’étude, non, au bord de la rivière, avec ses potes !!!!

Et là il ne trouve rien de mieux à me dire que c’est de notre faute parce que ça fait des semaines qu’il ne peut plus sortir. (deux semaines exactement, une semaine par heure de colle).

Contrariée est un faible mot sur mon état lorsque je l’ai ramené à la maison, où j’apprends par Petit Monstrou qui le tenait d’une de ses camarades de classe, que le samedi il avait attaché le boxerfou à un arbre pour aller jouer.

En promenant le boxerfou j’ai croisé la petite fille en question qui m’a montré où il l’avait attaché alors qu’il était hors de sa vue dans le champ d’à côté.

De contrariée je suis passé à furieuse … Non seulement on aurait pu nous voler le boxerfou (quoique je souhaite bien du plaisir à celui qui essaiera, pas sûr qu’on paie la rançon hein), mais en plus il nous ment en permanence.

Comme on nous a déjà reprochés d’être trop durs avec lui je me suis contenue jusqu’à l’arrivé de Mr Poux afin que l’on décide ensemble de la punition à attribuer, j’ai quand même supprimé le portable afin qu’il se concentre sur son travail plutôt que de faire des sms pour se plaindre à ses  «potes».

Après de longues négociations nous avons décidé de le priver de sortie, une semaine de plus jusqu’à son anniversaire en lui expliquant que si jamais il y avait un autre incident d’ici là, il pourrait faire une croix sur sa fête d’anniversaire.

Le hic c’est que durant cette période, il était invité à Disneyland par l’un de ses meilleurs amis, je ne voulais pas punir le copain aussi mais Mr Poux a insisté pour que nous soyons cohérents, pas de sortie égal pas d’anniversaire non plus.

J’ai mal au cœur rien que d’y penser mais bon, vu comment il nous ment et nous prend pour des pigeons à même pas onze ans, je suis d’accord avec mon Poux il faut casser cette habitude de suite.

Ce matin il est parti au collège tout déprimé et je suis malheureuse …

Est-ce que nous avons été trop durs ? Ou est-ce qu’au contraire je me laisse manipuler trop facilement ?

Qui m’a volé mon bébé ? Ce gentil garçon toujours prêt à rendre service, plein d’humour, aimant, honnête et hypersensible…

L’avons-nous rendu menteur par trop de discipline ?

k4764453

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le pré-ado au collège

collège

6 mois qu’il attend, 6 mois qu’il est «prêt », 6 mois qu’il change à vitesse grand V et qu’il est de moins en moins mon bébé.

Mais à l’approche de la rentrée, le pré-ado a commencé à stresser et à développer des symptômes psychosomatiques (enfin j’espère) :

– Le pré-ado a toujours mal à la tête (mais écouter sa musique à fond sur son téléphone ne le dérange pas)

– Le pré-ado a mal au dos, partout, c’est INSUPPORTABLE… au point que je l’ai emmené chez le kiné qui a trouvé de petites tensions … dues au … stress.

On constate aussi des symptômes comportementaux :

– L’agressivité : le pré-ado démarre au quart de tour et peut se montrer franchement désagréable, on a beau savoir que c’est une réaction au stress c’est un peu pénible voire beaucoup !

– Tout est surdimensionné : il n’est pas fatigué il est épuisé, il n’est pas triste il est totalement déprimé, il n’a pas mal, il « souffre énormément », si on lui fait une remarque on le dénigre tout le temps … Le pré-ado est un caliméro en puissance.

– Le besoin de socialisation : comprenez par là, le besoin de voir ses pairs EN DEHORS de la maison. S’il appréhende sa rentrée, il a hâte de revoir ses copains parce que franchement, l’été avec Papa, Maman et le ptit frère ça va bien cinq minutes hein !

A ce sujet, les Monstroux ont seulement 17 mois d’écart mais ils n’ont jamais été aussi éloignés que maintenant, j’en ai un qui continue avec les pokémons, les billes etc, et l’autre qui ne se sépare plus de sa musique (j’aurais bien dit « de sauvage » mais je vais passer pour une vieille conne), qui passe son temps à regarder des sketchs plus ou moins drôles qu’il trouve hilarants etc.

Et puis la rentrée ne s’est pas trop mal passée …

– Le pré-ado avait soigneusement choisi sa tenue, coiffé ses longs cheveux, et surtout Maman avait le droit de rester toute la matinée et il en était ravi ! (Contradiction quand tu nous tiens)

– Le pré-ado a « flippé sa race » à la vue de l’emploi du temps un peu obscur, avec des groupes 1 et 2 des semaines A et B mais il s’en sortira (j’avoue qu’au début je ne comprenais rien non plus à ce mélange de groupes et de semaines).

– Le pré-ado s’est déjà perdu dans le collège, mais comme il s’est perdu avec une partie de sa classe, ce n’est pas la haiss (honte).

– le pré-ado a plusieurs heures de libres en fin d’après-midi, il pense que c’est du temps en plus pour aller au City-stade ou à la pêche, ce qui n’est évidemment pas notre avis … Vous les voyez arriver les conflits ?

Et le pire (pour moi) c’est qu’entre la musique, la pêche, les copains, le pré-ado qui était un bon lecteur n’ouvre plus un seul roman et cela me désespère …

Du coup nous avons commencé un roman à deux voix, ce qui nous permet de passer du temps à deux, mais je sais que forcer à lire n’est pas une bonne solution…

Comment on redonne le goût de lire à un pré-ado qui a des milliers d’autres préoccupations ?

Toutes les idées sont les bienvenues !

Rendez-vous sur Hellocoton !

on n’a qu’à dire qu’on y va pas !

 

k15437138

Merde les vacances sont finies…

Mince alors on n’est pas prêts

Mince alors on n’est pas motivés…

Grand Monstrou rentre en 6ème …

Je ne suis PAS d’accord

Petit Monstrou rentre en Cm1…

Il n’est PAS d’accord

Mince ils vont avoir plein de devoirs

Mince je vais reprendre la fonction taxi pour les activités extra-scolaires

Nous aurons moins de temps pour jouer

Nous aurons moins de temps pour glander

Et si on n’y allait pas …

On n’a qu’à dire qu’on les aime pas 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

un jeu dangereux au collège : le Chat Bite !

Chat-bite-vivelespestes

 

Je m’inquiétais déjà pour le jeu du  » foulard » qui était présent dans l’école élémentaire de mes Monstroux l’an dernier. D’ailleurs il faut que je leur en parle…Que je leur explique les dangers et que j’arrive à les convaincre que, peu importe la pression des copains, s’ils sont témoins de ce genre de jeu :

1/ ils refusent catégoriquement de participer

2/ ils informent le premier adulte présent.

Je pensais qu’au collège on serait sortis d’affaire avec ces jeux à la con et bien non !

Il y a quelques semaines, une amie à moi à constaté que son fils, élève de 6ème,  avait du mal à marcher, elle l’a questionné à plusieurs reprises mais celui-ci était très mal à l’aise. La gène semblait venir de l’entre-jambe et autant mes Monstroux de 6 et 8 ans sont encore très exhibitionnistes, autant à 11 ans on ne montre plus cette partie là à sa maman ( qui pourtant en a vu d’autres…)

Après de longues négociations il a fini par lui montrer les dégâts : Une coucougnette violette extrêmement boursouflée et  et un énorme hématome à l’aine.

L’explication ? Il avait été victime du Chat Bite !

Le principe : un groupe d’enfants désigne une victime au hasard ( et le mot est parfaitement choisi) et l’un des membres du groupe doit le frapper par surprise dans les parties. ( on constatera ici l’extrême intelligence de nos pré-ados). Parfois ça fait juste un peu mal et parfois ça se termine aux urgences, comme pour le fils de mon amie, qui a boité et souffert plusieurs jours et qui a du subir plusieurs examens médicaux par forcément agréables lorsqu’on à 11 ans et qu’on est pudique, pour vérifier l’état de sa bourse.

Il n’a « rien » d’autre que des douleurs mais aussi surement un sentiment d’insécurité quand il traverse la cour du collège où il est censé se détendre entre ses heures de classes. Ça  va surement l’aider à se concentrer, à avoir confiance en lui, à étudier sereinement…

Bien entendu mon amie à rapporté l’affaire au collège dont l’administration a préféré ne pas faire passer de mot pour informer les parents parce que  » sinon tout le monde va vouloir essayer« .

Je comprends tout à fait l’argument, et pourtant si mes enfants étaient déjà au collège je voudrais savoir ! Je voudrais pouvoir en parler avec mes garçons leur expliquer la débilité profonde de ce genre de jeu, ses dangers. 

Cela ne m’empêcherait pas de stresser qu’ils deviennent un jour des victimes… j’envisage donc de plus en plus sérieusement d’installer des barreaux à leurs fenêtres et de les inscrire au CNED  !

Mais trêve de plaisanterie, le Chat Bite est une tare qui circule dans les collèges depuis des années… n’hésitez pas à en parler à vos enfants, à leurs copains, à vos amies…

Il me semble que si l’on a déjà une bonne discussion à ce sujet avec nos enfants, on ne les protégera pas de tout, mais on les aidera à prendre les bonnes décisions si jamais ils sont confrontés à ce genre de « jeu ».

Vous connaissiez ce jeu débile ?

 

Edit de 14h00 : une  fidèle lectrice m’a fait passer un document bien intéressant à ce sujet mis à disposition par le ministère de l’éducation Nationale : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/violence/11/7/guide_jeux_dangereuxWEB_2011_175117.pdf

Il y a aussi une association à ce sujet : http://www.jeuxdangereux.fr/association-sosbenjamin-onecr.html

Je vous invite à visiter ces liens si vous voulez vous documenter sur ce sujet.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !