Si je n’avais plus que 24 heures… Chronique d’une mort annoncée

« Accomplis chaque geste de ta vie comme s’il devait être le dernier » Marc Aurèle.

C’était ma grand-mère qui m’avait envoyé cette citation sur une superbe carte avec un beau coucher de soleil. Déjà à l’époque je me doutais que l’auteur souhaitait par là qu’on soit « bon », qu’on fasse les choses bien, juste au cas où on disparaitrait juste après.
Ceci dit, j’avais déjà mes doutes à ce sujet… qui ferait de son dernier geste une rédaction de Philo ? Un devoir de maths ? Bref, chaque fois que je regardais cette carte de ma Grand-mère je prenais un retard pas possible pour préparer mon bac…

Aujourd’hui, avec la quarantaine qui approche ( mais non pas à grand pas !), mes perspectives ont changé, mais pas vraiment ma réaction à ce genre de maxime…
Si donc je recevais l’IKIGAMI et qu’il ne me restait plus que 24 heures à vivre, je lâcherais mon aspirateur, ma panière de linge, je cesserais la lutte quasi-permanente contre le bazar qui habite chez moi… ( ou c’est moi qui habite chez lui je ne sais plus là…)

Si je n’avais que 24 heures :

– J’écrirais mon testament (déjà y’en a pour deux bonnes heures le temps de trouver à qui je lègue mes culottes trouées, mes chaussettes dépareillées et mon fil dentaire !)

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– je voudrais être auprès des miens, mais les miens sont parfois loin, et mon cœur est coincé entre deux pays . Je commencerais par mes parents et tant qu’à être dans ma Charente Maritime natale, j’irais aussi revoir ma famille, Super copine et quelques amies que j’y ai laissées.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Je voudrais enseigner une dernière fois, retrouver une classe de petits aux neurones tous neufs et aux yeux plein d’étoiles dès qu’on leur lit une belle histoire.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– J’enregistrerais plein de cassettes d’histoires pour mes monstroux, parce qu’ils adorent ça mais aussi, égoïstement pour qu’ils ne m’oublient pas.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Bien entendu je voudrais aussi faire l’amour une dernière fois, de préférence avec Mr Poux, mais si Rupert Everett et Anthony Delon du film Chronique d’une mort annoncée se portaient volontaires je ne ferais pas la difficile…

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Je voudrais relire tous les bouquins de Dorin, Boissard, Buron et tous les autres auteurs que j’adore.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Je voudrai revoir le Grand Canyon, Brice Canyon , la vallée de la mort et faire fondre une dernière fois ma carte bleue ( ou plutôt celle de Mr Poux c’est mieux ) au Target de woodland Hills. (bon forcément là c’est plus compliqué, puisque c’est à 9000 km). En même temps que peut-on bien acheter lorsqu’on sait qu’on va disparaitre à la fin de la journée ? Et bien je ferais comme d’habitude, j’achèterais plein de choses pour mes monstroux.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Je voudrais apprendre à écrire le Kanji, même si 24 heures me paraissent un peu courts pour maitriser cet art graphique.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Je voudrais retourner à Hawaï , en Jamaïque, au Mexique et à Tahiti avec Mr Poux.

– Je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

– Et à la fin de ces dernières 24 heures j’organiserais une grande fête avec tous mes amis et je me ferai une orgie de trucs pleins de gluten dont je suis privée depuis 11 ans : un sandwich jambon beurre avec une VRAIE baguette bien fraiche, une pizza à la Tartiflette achetée à La Ravoire (73), une forêt noire, des chocolatines ( pains au chocolat pour les Parisiens), les multiples tablettes de chocolat auxquelles je n’ai plus droit, des pâtisseries, des plats cuisinés, des toasts, des petits fours …Si je dois mourir ce sera d’une explosion de mes papilles de tous ces gouts enfin retrouvés.

– mais en tout dernier, je couvrirais mes monstroux de câlins de bisous de papouilles et de chatouilles jusqu’à ce qu’ils me demandent d’arrêter parce que je les étouffe.

Parce que vous l’aurez compris, je ne PEUX pas partir comme ça, en 24 heures, j’ai encore un stock trop important de… câlins, bisous, papouilles et chatouilles à donner à mes Monstroux d’amour ! Il me reste même certainement quelques fessées à distribuer ( avant que ça ne soit interdit ) quelques pestouilleries à faire et puis tant de choses à lire, voir, faire, découvrir, aimer…

Nan c’est décidé, si on me livrait l’IKIGAMI je n’ouvrirai pas la porte ! Et vous ? Que feriez-vous ?


Voter !
Be Sociable, Share!

8 réflexions sur « Si je n’avais plus que 24 heures… Chronique d’une mort annoncée »

  1. eh bien moi non plus je n'ai plus rien à dire , d'autant plus que dans un moment comme ça, on doit vouloir faire tant de choses, que finalement on ne fait rien , si ce n'est "calins , bisous et …… " Alors mieux vaut ne rien savoir !

  2. ben dis donc, tu y as sacrément réfléchis !
    Et en plus, je suis dans la liste !!!!

    Mais le mieux, comme tu l'écris, c'est de ne pas ouvrir la porte pour ne pas recevoir l'IKIGAMI !
    Allez, tu restes encore, hein !

    signé : SuperCopine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *