Oisiveté

Il faut quand même le dire, c’est terrible d’avoir enfin du temps pour soi, le temps de ne rien faire.

Les enfants adorent le mini-club ( alléluia) et nous nous retrouvons donc seuls, tranquilles de 10heures de matin à 16h30 voire 17heures le soir.

Croyez-moi si vous le voulez, tout ce temps libre d’un coup c’est grisant au point qu’on ne sait plus par quoi commencer.

Bien entendu on arrose toujours notre « liberté » avec un café que l’on boit tranquille au bar sans cris et sans jérémiades. Sans devoir se relever parce que la crêpe de l’un est tombée par terre ou parce que le lait de l’autre est trop chaud…

C’est ensuite que les choses se gâtent et si vous me lisez depuis votre bureau je tiens à vous signaler que les prochaines lignes risquent de vous faire souffrir !

Aprés le café de la liberté se pose le cruel dilemme du choix de la première activité : Ping-pong, piscine, bouquin ?

Trois autres choix s’offrent à moi :

– Griffonner sur mon carnet de notes, par exemple pour vous décrire la vingtaine de  » dinde » en train de se secouer les bourrelets dans l’eau pendant la séance d’aquagym.

– Ecrire les cartes postales que j’ai bêtement promis à trop de monde dans l’euphorie du départ ( oups j’ai oublié mon carnet d’adresse, quel dommage !).

– Me faire les ongles, chose que je ne fais jamais plus depuis que je n’ai plus entre 1h00 et 1H30 de bouchons californiens à subir chaque jour. Et oui ! Il y a des FAF qui font autre chose que leurs ongles dans la journée, n’en déplaise aux tenaces préjugés de certains. En plus franchement je me vois très mal vous faire un billet entier sur où j’achète mon vernis et pourquoi et comment et gna gna gna, je laisse ça au  » modeuses » !

Bref, vers 10H15 nous sommes plongés dans une intense hésitation quand à notre prochaine activité oisive et je dois dire que trop de choix tue le choix ! C’est l’inconvénient de vivre toute l’année au rythme des monstroux, lo

crédit photo : cote-aperitif.com

rsqu’ils ne

sont plus là pour nous imposer des activités, on se retrouve comme deux invertébrés scotchés à nos fauteuils, dodelinant de la tête tentant vainement de prendre une décision pour savoir par quoi commencer.

Résultat, nous voici déjà en fin de matinée et on ne sait pas où celle-ci est passée… on ne s’est baigné qu’une fois, on n’a fait qu’un seul ping-pong et on est même en retard sur notre quota de cocktails…

Non vraiment l’oisiveté c’est épuisant !

Heureusement l’aprés-midi c’est plus simple, il fait trop chaud pour faire quoi que ce soit donc après nous être empiffrés au buffet nous allons faire une bonne et longue sieste

digestive, histoire de récupérer des forces pour emmener les monstroux se baigner après leur club.

Trop trop dur !

Be Sociable, Share!

5 réflexions sur « Oisiveté »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *