Mon amie Procrastination !

Depuis le mois d’Octobre, je suis inscrite à un stage d’écriture par mail. La personne m’envoie des instructions, un sujet, des contraintes à respecter et j’ai dix jours pour rendre mon « œuvre ».

C’est très intéressant, très stimulant, mais ça demande de trouver du temps, et ce n’est pas toujours facile d’en dégager entre les enfants, les devoirs, les activités sportives et musicales, le blog, la vie associative… Bref la vie quoi !

Et puis, souvent, au pied du mur, généralement lorsqu’il faut que je renvoie mon texte le lendemain ou le soir même, je bloque une journée et je me dis que je ne fais que ça… que je ne bougerai pas de mon ordi tant que je n’aurai pas « pondu » mon texte.

Je dépose les enfants à l’école, je débranche internet et me voilà devant ma page blanche. Je relis les instructions, je commence et tout d’un coup, mon amie Procrastination débarque !

Ce n’est tout de même pas possible qu’il y ait tant de poussière sur cette commode… Mais enfin Béatrice, tu n’as pas honte ?

Je quitte mon texte, me lève, et récure ladite commode.

Je reprends mon texte, j’écris quelques lignes et d’un coup, la petit voix de Procrastination me susurre :

«  Dis donc, tu ne devais pas trier tous les médicaments ? Tu attends quoi ? Qu’ils soient tous périmés ? Qu’un des Monstroux soit vraiment malade et que tu ne retrouves plus rien? »

Bon, sur le coup elle a raison, ça fait des mois que c’est le bazar, que rien n’est rangé dans les boites prévues à cet effet et qu’on ne retrouve plus rien. J’étale tout sur la table, je refais les boîtes : « rhumes » « maux de ventre » « crêmes en tout genre » etc.

Et une bonne heure plus tard je reprends mon écriture, je n’ai absolument pas avancé, mais pendant mon rangement, j’ai réfléchi, et surtout je suis ravie d’avoir enfin trié tous les médocs.

Je trouve même que j’avance mieux depuis cette « pause rangement ». J’écris, j’efface, je reprends, je corrige et puis … merde alors qu’est-ce qui va bien pouvoir se passer ensuite dans mon texte ? Je suis bloquée !

Mais heureusement Procrastination n’est pas loin :

« Si tu n’étends pas ta machine rapidement, tout le linge va être froissé et tu vas le regretter, en plus si tu fais une petite pause, tu reprendras de plus belle ensuite ».

Je sauvegarde mon texte et je vais étendre le linge. Procrastination me félicite !

Parfois aussi on se dispute… Lorsque dans l’après-midi, alors que je suis inspirée et que j’avance plutôt bien elle me souffle :

«  dis donc, tu n’avais pas dit que tu ferais des madeleines pour les monstroux » ?

Là je m’énerve un peu

«  Tais-toi Procra ! (oui je lui ai donné un ptit nom) Ils ont eu un gâteau maison hier, aujourd’hui je ne cuisine rien, j’écris »

« Tu veux dire que tu vas leur donner des gâteaux industriels, pleins de cochonneries ? »

«  Mais tu m’emm… Procra, arrête un peu de me faire culpabiliser, oui ils vont avoir des gâteaux industriels parce que aujourd’hui j’ai dit que j’écrivais et tu ne cesses de m’interrompre, donc là maintenant tu te TAIS !

Mais même quand je la dispute, mon amie procrastination ne s’arrête pas, c’est une grande bavarde, elle me fait remarquer la poussière sur le piano, le bazar de l’entrée, les factures à payer…

Elle m’a même forcée à ranger mon armoire, chose que je repoussais depuis des mois, trop occupée à gérer les habits trop petits des monstroux.

Pulls2

Et bien sûr, à 16h30 lorsqu’il est l’heure d’aller chercher les monstroux et que je ne pourrais plus écrire deux mots avant qu’ils ne soient couchés, mon texte n’est pas terminé, mais par contre ma maison est beaucoup plus propre, beaucoup mieux rangée !

La semaine prochaine je vais recevoir un nouvel exercice d’écriture et j’ai très peur que Procrastination ne me force à faire les vitres ( chose que je déteste par dessus-tout)…

 Est-ce que quelqu’un voudrait bien héberger mon amie Procra pour la semaine ?

Be Sociable, Share!

8 réflexions sur « Mon amie Procrastination ! »

  1. Duronchon : mais les retraités ont tout leur temps n’est-ce pas ?
    Flo : oui c’est le quotidien de toutes les femmes je crois

    Céline : Meuhhh non toi t’es hyperactive d’habitude, là t’es un peu au ralenti mais en temps normal tu gères super bien 🙂
    Amy : je pense qu’il ne faut jamais séparer les jumelles, je t’envoie mon amie Procra par chronopost :-p

  2. Je connais très bien cette saleté. Enfin presque : ce doit être une parente de la mienne laquelle susurre « où ça du ménage à faire, t’as pas vu que t’avais récupéré toutes tes vies à Candy Crush ? » ou encore « tu sais que c’est pas raisonnable de faire attendre les gens à Ruzzle, avoue, toi-même tu trouves ça pénible »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *