Mon ami Hémoclar ( article PAS ENCORE sponsorisé !)

Je vous l’ai déjà expliqué, le surnom de Petit Monstrou à la maison c’est «  Pierre Richard ». Ce gamin a une capacité à inventer des chutes, des collisions, des accidents que même une mère « surprotectrice » comme moi (voilà c’est dit !), n’aurait pas envisagé.

Mais même avec un enfant un peu moins… heu… distrait ? maladroit ? malchanceux ? Blond avec une chaussure noire ?  Donc, même avec un enfant qui ne serait pas un savant mélange de Gaston Lagaffe et de Pierre Richard, Hémoclar est l’ami de toutes les mamans !

En grande mathématicienne que je suis (vous pouvez pouffer, même moi je n’y crois pas), j’ai constaté que la consommation d’Hémoclar est inversement proportionnelle au nombre d’enfants dans la maison. (en fait c’est pas inversement mais je trouvais que ça faisais plus « théorie » genre Thalès et son autre comparse dont j’ai bouffé le nom, très certainement parce qu’il m’en a fait voir de toutes les couleurs !).

Depuis des années donc, en bonne Maman, pas encore indigne, j’ai de l’Hémoclar à tous les étages pour soigner les divers(e)s bosses, œufs, contusions de ces messieurs les Monstroux. C’est un peu pour  ça que je trouve que cet article devrait être sponsorisé parce que, sincèrement, avec la consommation abusive que nous faisons de ce produit, je trouve que le labo aurait pu m’envoyer quelques échantillons pour me récompenser de ma fidélité !

En même temps il est presque trop tard pour me faire sponsoriser car, j’ai encore franchi une étape pour devenir une vraie mère indigne : je refuse de soigner les bobos ! Je fais GREVE !

Puisqu’il ne me sert à rien de descendre dans la rue pour défendre une retraite que je n’aurais jamais, je participe à ma façon aux mouvements sociaux et comme je suis mère au foyer, et bien je fais grève dans mon foyer  !

En plus j’ai déclaré une grève illimitée, c’est un des rares avantages de ne pas avoir de salaire : je ne verrai pas la différence à la fin du mois !

Attention, je ne suis pas complètement indigne,  je soigne encore les bosses, les écorchures et autres bobos accidentels. Ce que je refuse catégoriquement de soigner ce sont les bobos des grosses «  bastons » qui ont lieu ces derniers temps : dans le jardin, sur le canapé, dans le salon et jusque dans la baignoire !

Parce que jusqu’à présent, il y avait eu pas mal de coups donnés, surtout par Grand Monstrou qui ne s’est toujours pas remis que je l’ai «  trompé » avec un autre enfant ( il va falloir t’y faire mon gars, Petit Monstrou est trop grand pour que je le ramène à la maternité, on va donc le garder ). Après environ deux ans à se faire taper dessus sans réagir, Petit Monstrou a développé un crochet du gauche absolument dévastateur, mais jusqu’ici les « accrochages » étaient encore gérables.

Depuis quelques jours, mes Monstroux ne se supportent plus !  Je ne compte plus les prises de becs verbales (on dirait un vieux couple qui se dispute «  j’en ai marre, tu fais toujours ci ou ça ») qu’on me demande d’arbitrer pour ensuite me reprocher d’avoir pris  le parti de l’un ou de l’autre.

Et mon problème c’est que maintenant ça se termine systématiquement par un crêpage de chignon en règle ! Et puis attention, ce ne sont pas des mauviettes mes petits machos ! on y va à coups de poings de pieds, de baffes… tout y passe et forcément ça fait MAL !

Hier j’ai (encore) du passer pour une mégère dans mon quartier parce que je leur criais d’arrêter de se battre mais les ptits coqs étaient bien trop occupés à se fritter pour obéir et j’ai du les séparer !

Bien sûr les deux ont immédiatement fondu en larmes en reprochant à l’autre de l’avoir grièvement blessé… ( c’est limite si Grand Monstrou ne réclamait pas une civière),  je vous épargne les « c’est pas moi qui ai commencé », les comparaisons de marques rouges sur le corps, le visage etc.

Mes deux enfants se haïssaient cordialement jusqu’au moment ou Petit Monstrou m’a réclamé de la crème pour son genou… « nan mais tu rêves !!! » ai-je pensé très fort en souriant, presque sadiquement !

–          «  je ne soigne pas les blessures de bagarre,  vous vous étripez si vous voulez,  mais je ne veux pas en entendre parler : aller souffrir ailleurs et  en silence !»

En moins de deux secondes ils sont redevenus complices pour me reprocher ma décision, argumenter, négocier etc… J’étais redevenue l’ennemi publique numéro  1, ils étaient soudés contre moi la » mauvaise mère » qui faisait de la rétention d’hémoclar, de pansements et de câlins guérisseurs.

Et toc, problème réglé, ils ont passé le reste de la soirée à fomenter des plans de vengeance contre moi (note personnelle : penser à fermer ma porte de chambre à clé dorénavant).

Mais je ne suis pas sortie d’affaire pour autant et je m’inquiète !! J’appelle au secours toutes les mamans de garçons : comment faites- vous pour éviter qu’ils ne se castagnent constamment ?

AU SECOURS !  HELP !

Be Sociable, Share!

26 réflexions sur « Mon ami Hémoclar ( article PAS ENCORE sponsorisé !) »

  1. J’ai pas fait le deuxième 😉 et je suis une maman de fille. oui je sais ça ne t’aide pas du tout!
    Par contre jamais utilisé Hémoclar, je ne connais pas ses vertus…

    1. Quel dommage !! Toutes ces bonnes gènes perdues.. Est-ce que tu te rends compte que des gens comme Mario ( private joke) vont se reproduire sans réfléchir alors que tu passes ton tour ?

      Fais un don, partage tes ptites graines ! Zut alors ! 😀

      1. mais connais-tu tous mes vices, mes travers, mes horribles vicissitudes que je transmettrais à un pauvre nourrisson, toutes choses inutiles qu’il se trimballerait toute sa vie sans bien comprendre pourquoi il a un pet de travers

  2. Les suggestions cyniques qui me viennent ne sont absolument pas appropriées, j’avoue que je n’y connais rien dans ce domaine.
    A part punir la violence en séparant les participants, et en les envoyant méditer leurs actes chacun dans une pièce où il n’y a que les devoirs pour s’occuper, je n’ai pas d’idée. (oui je suis vilaine et j’ai une conception ringarde de l’éducation :-))

      1. (tu veux vraiment que je te conseille de les laisser se frapper jusqu’à ce qu’ils comprennent que la violence ça fait mal ? de leur apprendre à se désinfecter tous seuls ? tss… :-D)

  3. Et beh ! Pas de mystère ! Moi j’ai deux filles, adorables au demeurant mais de vraies mégères quand elles se frittent !!
    Ca se griffe, se tire les cheveux (quand elles ne se les coupent pas !) et surtout…qu’est-ce que ça crie ! OU je devrais plutôt écrire qu’elles hurlent…
    Souvent dans ces cas là , je prends un air amusée de supporter de combat de coq et prends les paris et clamant haut et fort qu’elles peuvent s’entretuer si elles veulent, que je ne garderai que la meilleure des deux et que cela fera des économies de crème dessert au chocolat !!!
    j’en rajoute une couche en réclamant « du sang ! du sang !  » Bref je tourne à la dérision totale et vexées comme des poux elles s’allient également contre moi la vilaine môman qui se moque d’elles, pauvres victimes qu’elles sont ! (Un comble ! ce serait plutôt moi la victime !!!!)

    Sophie
    ( http://www.et-si-on-changeait-le-monde.blogspot.com )

    1. Ahhh enfin tu me laisses ton lien !! je croyais que tu n’avais pas de blog !

      bon apparemment les filles ne sont pas plus calmes, j’aime beaucoup ta technique mais j’ai un peu peur que mon Grand ne me prenne au sérieux et qu’il ne mette son frère en sang ( ils ont 7 kilos et une dizaine de cm d’écart quand même).

    1. vous aimez le risque !! Allez donc voir le blog de Maman@home vous pourrez constater que c’est important d’avoir un tube  » Okazou » !

  4. Tu viens de me rappeler de vieux souvenirs, j’ai bien rigolé. Je ne sais pas si ton ami « hémoclar » existait à cette époque lointaine, si nous y avons eu droit, mais une chose est sure contre « les gènes », il n’y a pas de médicaments .
    Bises

  5. j’adore tout cela j’avais l’habitude de dire d’un ton gras VOUS AVEZ LE CUL QUI SENT LA SEMELLE et bien souvent ca marche sachant que nous avons plus le droit a la fessé amicalement john

    1. Quelle formule ! Je reconnais bien là ton côté poéte 😈 !
      Quand à la fessée, heureusement on peut encore en donner de temps en temps sans être dénoncé aux services sociaux par ses voisins ! ( contrairement aux USA !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *