MANGA : my first one

Vu l’engouement actuel pour ces BD un peu particulières il y a de fortes chances que mes Monstroux y goûtent un jour.  Comme je suis très curieuse, j’ai voulu voir ce que c’était, pour ma culture générale qui se détériore jour après jour parce que je regarde plus volontiers les experts que Arte (jetez moi la pierre tiens, je sais que vous faites pareil).Mais aussi pour savoir si comme pour la console DS il faudrait que je freine des quatre fers lorsque les Monstroux  voudront  lire des mangas plutôt que les contes du Père Castor. 
Je n’ai pas eu envie de commencer par la série des Dragon Ball Z, mais comme mon neveu préféré (et unique) a toute la collection j’y jetterai  prochainement un œil.
Sur les conseils de ma super bibliothécaire j’ai donc  commencé par ça : 

Première constatation  rassurante : il y a beaucoup de texte.  Si  plus tard mes monstroux décrètent qu’ils n’aiment pas lire (et que je ne les ai pas reniés juste pour ça),  qu’ils préfèrent les mangas, ils auront tout de même pas mal de choses à lire, ce qui est mieux que rien. Reste à vérifier selon les mangas choisis qu’il ne s’agit pas de trop d’onomatopées de « gueguerre » entre  supers-héros à la coupe de cheveux  aéro-dynamique.
Sinon pour ce manga en particulier, c’est l’histoire d’un cadre d’une quarantaine d’années ( ou trentaine je sais plus… un vieux quoi  ) qui se trompe de train en rentrant du travail, arrive dans son quartier d’enfance et reprend  sa taille d’adolescent, ses études et  sa vie  d’antan tout en conservant son cerveau d’adulte.
Là on effleure le côté philosophique puisque bien souvent il se demande s’il  ne va pas  changer tout le cours de sa vie en agissant sur son passé, puisqu’il est le même mais plus vraiment  le même. Il va même essayer de changer certains événements qui l’ont fait souffrir.
On sourit aussi lorsque, complètement abasourdi de se retrouver dans un corps d’adolescent avec son esprit adulte, il a besoin d’un petit remontant et qu’il se prend une cuite phénoménale parce qu’il a oublié qu’il n’avait pas exactement la même masse corporelle.
Bref, ça se lit vite, ça se dévore même pour connaitre le mot de la fin, mais on reste un peu sur notre faim … Ce n’est pas clair ! Est-ce qu’il a rêvé ? Est-ce qu’il a été victime d’un phénomène surnaturel ?
Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous voulez le savoir !
Be Sociable, Share!

5 réflexions sur « MANGA : my first one »

  1. Mais la semaine prochaine vous pourrez regarder dans la bibliothèque de votre grand Petit Fils pour me dire s'il lit des mangas 🙂

  2. mon Lu a lu Dragon Ball Z… et pas moi ! Et je ne compte pas de le faire !
    En plus, lire une BD en commençant par la dernière page…. je ne vais pas y arriver !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *