Les vases communicants

En ce moment avec Grand Monstrou c’est un peu tendu…
Je récapitule pour ceux qui n’ont pas suivi, ce jeune homme nous fait une crise de pré-adolescence intense avec :
– Soupirs

– Yeux au ciel

– Ma mère ne sait rien (variante avec “mon père” possible, mais moins fréquente)

– Ma mère ne comprend rien (même variante que ci dessus)
Et la grande phrase du moment (qui je le sens va durer des années) : je suis fa-ti-gué (voix geignarde, pré-ado quasi mourant jusqu’à ce que le téléphone sonne et qu’un copain l’invite à faire du vélo).
Alors bien que je sache que tous ces tics, abus, comportements soient “normaux” pour son âge, ils n’en sont pas moins horripilants et bien que cela ne dure que depuis quelques mois j’en ai déjà ras le bol de son attitude de kéké ingrat jeune prépubère envahi d’hormones et de mauvaise foi.
Comme j’ai un tout petit peu de caractère, forcément, ça pète un peu souvent, un peu beaucoup et même parfois très fort, en ce moment à la maison. (Je vous ai parlé du très bon internat qui accueille les judokas dès la 5ème?).
Quand on s’engueule les échanges sont assez virulents et même si je ne lâche rien, le pré-ado ne doute de rien et remet tout en cause A CHAQUE FOIS (et là clairement s’il y a un paradis, j’ai ma place assurée avec Cabus, Camus, St Exupéry et tant d’autres).
Lors de ces joutes verbales, Petit Monstrou est très mal à l’aise, il déteste qu’on se dispute, il souffre de nous voir nous déchirer. Il n’intervient jamais mais peut venir me rassurer si l’échange à été trop dur, me câliner même s’il voit que Grand Monstrou m’a blessée (avec ses mots hein).
Du coup, côté Petit Monstrou, je souffle un peu et c’est ce que j’appelle les vases communicants, je me réjouis de ne pas avoir trop de difficultés avec lui pendant que je gère les frasques de mon Pré-ado qui pense que le collège est un club med super mal organisé parce qu’on s’y ennuie et qu’en plus il faut faire semblant de bosser. Et qui est fatigué tout le temps sauf pour aller traîner dans le village avec des «copains» que je n’inviterai jamais (de mon plein gré) à la maison.
Parce que bon, Petit Monstrou n’est pas un ange non plus, sa maîtresse de Petite Section avait pour habitude de dire «comment fait-il pour avoir un regard aussi noir avec ses grands yeux bleus ?».

C’est tout à fait ça, parfois quand il descend le matin il a ce regard dur, impassible et je SAIS que je vais morfler, je sais que TOUT va poser problème ce jour là sauf si j’ai assez d’énergie pour « théâtraliser » toutes les corvées quotidiennes de façon à le faire marrer et oublier qu’il s’est levé du mauvais pied.
Lui, du haut de ses dix ans, ne souffre pas encore d’attaque hormonale avec dégénérescence du bon sens et de la bonne foi, non, depuis tout petit il souffre d’une maladie peut-être curable (avec son mariage déjà, je serais bien aidée) : « La chiantitude de la précocitude ».
Les enfants souffrants de cette terrible différence ont en commun :
– un vocabulaire extrêmement développé, pas juste pour nous contredire mais souvent quand même,on se demande.

– Une aversion pour toutes les tâches quotidiennes (se laver les dents, s’habiller, faire le lit, les devoirs).

– Une hypersensibilité en promotion permanente.

– Un sens particulièrement aiguisé de l’injustice, du mauvais fonctionnement de notre monde avec les angoisses qui vont avec.

– Une capacité à te faire des bêtises dignes d’un enfant de 3 ans jusqu’à … Pitié dites moi que ça s’arrête à dix ans !
Bref, je râle souvent contre Grand Monstrou mais ce petit laïus vous montre également à quel point Petit Monstrou est parfois un peu compliqué à gérer.
Mais 2016 étant mon année «positive », je constate avec plaisir que plus je me fritte avec le grand, plus le petit est mignon avec moi. Ceci dit j’ai déjà précédemment noté le phénomène contraire, lorsque Petit Monstrou est en pleine crise, c’est Grand Monstrou qui se radoucit et m’aide énormément.
Est-ce que ça se passe ainsi chez vous aussi ?
Et du coup je m’inquiète un peu, que vais-je devenir si Petit Monstrou devient un Petit ado et qu’il cumule la « chiantitude de la précocitude » avec les symptômes actuels de son frère ?
Quelqu’un pour m’héberger pendant la semaine ? (promis je rentre le week-end faire les lessives et remplir le frigo).
Je précise que je me plains de mes Monstroux mais que je reste très très fière d’eux, je sais qu’ils sont méga-super-hyper beaux, méga-super-hyper intelligents, ils ont également chacun un fort caractère (et je ne vois pas du tout d’où ils tiennent ça), mais ça met du piquant dans nos vie.
Je précise aussi que je plaisante en parlant de «maladie » de la pré-adolescente ou de la précocité, je suis bien consciente que certaines Mamans doivent faire face à de vraies maladies, voire handicaps, je suis de tout cœur avec elles.

Aborder sur ce blog les soucis que j’ai actuellement ou que j’ai eu avec mes monstroux, a toujours été pour moi un exutoire et essayer de rire de certaines situations permet de les dédramatiser (en plus de garder de sérieux dossiers à ressortir pour leurs mariages ou pour qu’ils financent plus tard la retraite que je n’aurai pas).
Bref, courage à toutes les mamans, on ne lâche rien, ce sont nos enfants qui font de nous des parents, mais hors de question qu’ils nous fassent devenir chèvre !

k6451842

Be Sociable, Share!

3 réflexions sur « Les vases communicants »

  1. courage….
    ici, mes Lu & Lu sont tous les 2 en même temps souffrants de la « maladie » de l’adolescence. Je tiens le coup ! Grâce à l’amour que je leur porte…. et aux séjours qu’ils font hors de la maison (vacances chez les grands-parents, week-ends chez les copains,…)
    Toi aussi, tu vas y arriver ! 🙂

  2. Mon Grand a 9 ans et déjà, son caractère commence à bien s’affirmer. Clairement, je n’ai pas hâte d’arriver à la phase « adolescence ». Je te conseillerais bien de t’en foutre mais c’est plus facile à écrire qu’à faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *