Les petits plaisirs du retour chez soi.

Aller, j’avoue ce billet est une sorte de méthode Coué parce qu’en fait, je n’avais pas du tout envie de rentrer. Donc parce qu’il y en a quand même un certain nombre, et parce que j’ai parfois besoin de regarder du côté plein du verre, voici mes petits plaisirs en rentrant chez moi.

Systématiquement, pendant les trente derniers kilomètres j’imagine le pire : terrorisme local,cambrioleurs, squatteurs, ou tout simplement une de ces fameuses tempêtes que la France connait depuis quelques années.

Bon d’accord, si ma ville avait été saccagée par des terroristes ou une tempête je serai forcément au courant. D’abord, grande nouvelle : la maison est toujours là ! Premier petit plaisir : je pénètre à l’intérieur et retrouve mes objets, mon « chez moi ». Les monstroux redécouvrent également à grands cris leurs joujoux. Mr Poux, quand à lui, a le grand bonheur de décharger la voiture !

Ça sent un peu le renfermé, presque trois semaines que nous sommes partis, et puis mes plantes ne sont pas là, elles aussi ont pris des vacances : chez les voisins.

Mais je continue l’exploration et je constate que les araignées ont pris possession des lieux rien n’a été déplacé. Je retrouve le bouquin que je n’avais pas emmené parce qu’il était trop lourd pour l’avion, le « chouchou » que j’avais sorti pour le trajet en voiture et qui est resté sagement sur la table…

J’aime aussi trier le courrier qui s’est accumulé, même si trop souvent il s’agit de factures. Il y a parfois des cartes postales, de bonnes nouvelles et toujours le fameux relevé « vierge » de ma banquière !

Généralement le premier dîner n’est pas une corvée car chacun choisit ce qu’il veut manger. Bien que les monstroux aient mangé des pâtes pendant une semaine en Tunisie (fallait éviter la tourista) pour le premier soir, ils y ont droit. Si on rentre de camping, retrouver un lave-vaisselle est une joie aussi ! Sauf que le mien est caractériel, à chaque fois que nous partons il me fait une crise. L’an dernier il n’a rien trouvé de mieux que de décéder le surlendemain de notre retour alors qu’il était archi plein ( sinon c’est pas drôle). Cet été la veille du départ il m’a fait une blague et a fait rouiller l’intégralité des couverts qu’il contenait (et comment je les récupère maintenant hein ?).

Une fois les monstroux chacun dans son lit « bien à lui », il y a le plaisir de poser son délicat postérieur (qui a pouffé ?) dans « son » canapé et de se faire une cure d’internet en « écoutant » la télé. C’est Monsieur Poux qui dit toujours que je
confonds la télé et la radio ! Mais, vu la programmation estivale (bien pire que l’hivernale), je préfère visiter des blogs et échanger des nouvelles avec les copines en écoutant d’une oreille distraite, la série américaine que j’ai déjà du « entendre » il y a quelques mois à peine.

Et ENFIN, il y a les retrouvailles avec mon lit et MES OREILLERS !!! J’ai été très malheureuse en Tunisie de n’avoir qu’un petit oreiller tout raplapla .

Je m’allonge avec bonheur sur mon matelas, ni trop ferme ni trop mou, j’installe mes trois oreillers ( si si trois !) et c’est le PIIIIIIED !

Bon c’est pas tout ça, il est temps de dormir car demain sera le jour des retrouvailles avec la machine à laver, l’aspirateur, la serpillère et toutes les petites choses qui étonnamment ne m’avaient pas du tout du tout manqué en vacances !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *