le retour de l’homme

Dimanche dernier l’homme nous quittait pour une semaine, il partait en  voyage d’affaires aux Etats-Unis.  Les monstroux étaient tristes dès le samedi matin à l’idée de son départ, et  dans  la voiture, Grand Monstrou expliquait à son frère qu’aujourd’hui il faudrait  être très gentil avec Papa qui partait demain.

Vainement,  j’ai essayé de glisser qu’il vaudrait mieux être «  extra- gentil » avec moi puisque c’était moi qui restais, j’avais oublié que j’étais acquise, toujours là, et qu’il était normal que je subvienne aux besoins de mes deux ingrats de première classe adorables enfants !

Peine perdue donc, on ne va pas se fatiguer à être gentil avec quelqu’un qui est toujours sur place ! D’ailleurs Grand Monstrou m’a rétorqué «  De toute façon, toi, Papa il ne va même pas te manquer ».

crédit photo : http://www.actu-toi.com/2009/03/20/les-ronflements/

Bon d’accord il n’a pas complètement tort, de toute façon depuis la rentrée, Mr Poux est reparti dans un rythme de dingue, il rentre après que les monstroux soient couchés, dîne vite fait sur un coin de table et repart à ses mails/démos sur son ordi qu’il tripote également à longueur de week-end ( des fois je rêve que je suis un clavier pour susciter autant d’intérêt que l’ordi de mon mari, malheureusement je n’ai pas la wifi !).

En plus, Mamina et Papounet venaient nous rendre visite et  j’avais prévu plein de choses pour cette semaine (aménagement de mon bureau, journée à Paris), donc en effet, Mr Poux n’aurait surement pas le temps de me manquer.

Mais ça ne se fait pas de dire à ses enfants, «  ben nan, ton père ne va pas me manquer, c’est à peine si je vais me rendre compte qu’il n’est pas là ! » donc  POUR LEUR BIEN j’ai menti ! (Je précise parce que je vous connais, vous pourriez critiquer et affirmer que VOUS  ne mentez jamais à vos enfants !)

-«  Mais bien sûr que si, Papa va me manquer ! »

-«  Je vais être triste le soir toute seule dans mon lit » (à moi l’intégralité de la couette, les nuits sans ronflements, personne pour râler parce que je bouquine et que la lumière gène).

-«  Et puis  nos longues discussions philosophiques du soir vont me manquer »  («  t’as une connexion toi ? » « demain j’aurai besoin de la grosse voiture, y’a de l’essence dedans ? », et le top du romantisme :  «  la chasse d’eau est encore détraquée il faut que tu y regardes »)

-«  Et puis le matin aussi il me manquera » («  Chéri, c’est ton tour de brosser les dents des monstroux, je le fais tous les soirs ! » «  Dis, faut pas que tu ailles au bureau là ? Il est tard ! » -Mr Poux bosse en « horaires décalés » pour éviter les bouchons mais du coup, le matin, quand je veux commencer à bosser,  il est souvent « dans mes pattes »-)

Mais je dois avouer que malgré une semaine de folie, à réinstaller la maison avec Mamina et Papounet, faire des traductions pour Laurent, jongler avec les emplois du temps des monstroux et le mien, il m’a manqué mon Poux !

Après quelques nuits  passées à inonder mes mouchoirs en papier, inconsolable de son départ à profiter de notre grand lit en long et en large sans personne pour m’empêcher de gigoter à mon aise, j’ai fini par le trouver trop grand ce lit ! Je devais me rendre à l’évidence, mon Poux me manquait !

Et puis vendredi, je suis partie avant le réveil des monstroux ce qui est très très rare et ils m’ont manqué. Leur douce voix au réveil  ( j’ai faaaaaaaaaaiiimmmm, j’ai froiiiiiiiiid , cacaaaaaaaaaaaaaa), leurs câlins ( et hop  un peu de confiture sur le joli pull de maman), le rituel du matin ( prenez une inspiration et répétez entre 3 et 25 fois qu’il est temps de mettre les chaussures, je sais,  il est très mal  vu d’essayer de leur faire avaler lesdites chaussures en cas de non réaction à la 26ème injonction mais j’avoue, c’est tentant !).

Bref, vous l’aurez compris et peut-être même faites-vous pareil, lorsque quelqu’un me manque, mon cœur d’artichaut ne voit plus que les bons côtés, les doux moments. L’être absent n’a plus que des qualités, des bons côtés, le manque vous pousse à l’idéaliser.

Comme j’ai retrouvé les monstroux moins de  huit heures après les avoir quittés, j’ai reporté tout mon blues sur l’absence de Mr Poux qui s’est bien sûr dans la foulée transformé en demi-dieu.

Et puis, samedi soir,  il est enfin  rentré !

–          Bonsoir mon chéri, ah qu’il est bon de te revoir ( hum cette bonne odeur de quelqu’un qui a mariné pendant 12 heures dans un avion)

–          Et hop il traverse tous le salon avec ses chaussures mouillées ( je ravale le commentaire désobligeant qui squattait le bout de mes lèvres, il m’a manqué, il est là, je pardonne donc cette erreur -qui pourtant se produit bien souvent- )

–          Les enfants l’ont bien évidemment accueillis  tel le messie, avec de grands cris de joie (le mur du son s’est écroulé), ( est-ce que le Messie avait lui aussi des chaussures boueuses ?)

–          L’excitation est à son comble, les monstroux sont accrochés à lui comme des sangues,  lorsqu’il annonce qu’il va prendre une douche ( Hein ??? et tu me laisses avec des monstroux directement branchés sur les lignes à haute-tension ? Bon en même temps, un bonne douche s’impose…)

La soirée est plutôt bonne, l’homme est fatigué mais flatté de voir que nous sommes tous ravis de le retrouver et nous fêtons son retour avec Mamina et Papounet ainsi qu’un bon repas bien arrosé : FATAL ERROR !

L’homme déjà épuisé par son long voyage et par le décalage horaire n’en ronflera que plus fort à la seconde même où il posera la tête sur l’oreiller ( range ta lingerie fine ma belle) !  S’en suivra une nuit où exceptionnellement je ne le frapperai pas pour cause de ronflements abusifs, mais où je finirai complètement frigorifiée après un arrachage en règle de la couette (qui hier soir encore était MA couette).

L’homme est de retour, à moi  les courtes nuits pour cause de galipettes, ronflements tonitruants, piquage de couette et invasion du territoire de la conjointe !

-« Dis mon chéri, c’est quand déjà ton prochain voyage ? Parce que j’aime bien quand tu me manques un peu ! »

Et chez vous c’est comment les retours de voyage ?

Be Sociable, Share!

37 réflexions sur « le retour de l’homme »

  1. Si mes souvenirs des Monty Python sont bons, le messie (ou était-ce Brian?) avait des sandales crades. Pour ça non plus il ne te viendra pas en aide 🙂
    Chacun ses soucis, moi j’aimerais bien qu’on me fauche la couette et qu’on me ronfle dans le nez. Enfin non, mais si, on se comprend quoi. Ce récit me plute, je lui mets un plus !

  2. Le mien peut s’absenter jusqu’à 5 jours.
    Milieu du lit, toute la couette, à moi la belle vie dans mon lit.
    J’apprécie ces moments il faut bien le dire mais quand il doit rentrer je compte les heures

  3. Le mien est militaire, donc (très) souvent absent. Au début c’est marrant, je mange quand je veux, ce que je veux, je m’amuse dans la salle de bain, je dors en travers du lit… Puis à la longue ça devient stressant. Il peut partir de 1 semaine à 6 mois, il peut mourir aussi mais j’évite d’y penser 🙂

    1. Ah non une seule soirée c’est cool !! généralement j’en profite pour faire des trucs au fromage qui sentent bien fort ( raclette, tartiflette) puisque mon Poux n’aime pas ça …

  4. les retours de voyage, c’est toutes les semaines, puisqu’on vit à 150 kms l’un de l’ autre 🙁 Du coup, le manque fait parti du quotidien. Mais je comprends ton sentiment, j’aime bien parfois avoir un week end pour moi toute seule, où je peux finalement faire ce qui n’est pas possible en semaine! Courage pour les ronflements! 🙂

  5. c’que j’aimerais bien qu’il parte, ne serait ce qu’une soirée… un we même… mais il part jamais, pas de déplacements avec son job et monsieur est un solitaire donc aucune nécessité de se retrouver entre potes un soir de temps en temps…. allez si uen fois tous les 3 mois…. il n’a donc pa sle temps de me manquer … dommage lol

  6. J’ai à peu près le même à la maison, parti environ 1 semaine par mois, et parfois 2 semaine d’affilées…Là, le plus dur c’est le week-end, avec 2 enfants, dont un trop petit pour réclamer Papa (14 mois), mais l’autre bien assez grand (3 ans 1/2) pour avoir compris que le refrain « Je veux Papa », est un bon Leitmotiv dès qu’on se fâche un peu, qu’on veut lui laver les dents, qu’on refuse un énième épisode de « Nicolas », etc…Mais évidemment, on ne peut pas nier que Papa lui manque, et à moi particulièrement aussi dans ces cas là.
    Sans parler, des week-ends seuls avec 2 enfants qui collectionnent les bêtises (à se demander avant l’arrivée des nouvelles technologies : TV LCD, Portable, Ordi, télécommandes; ce qui pouvait bien attirer les gosses), et si on va chez des amis, ce sont autant de bons moments qu’il râte.
    Oui, quand il part, il me manque, et ça m’énerve aussi que Monsieur soit dans des hotels 5 étoiles, plus romantiques les uns que les autres SANS MOI…

  7. C’est tout à fait ça !
    Mon mari n’a même pas besoin de partir en voyage pour être adulé, mon aîné (j’ai deux monstrosaures) me demande tout le temps quand son père va rentrer du boulot (moi, je bosse chez moi, autant dire aucune reconnaissance). Oui, la mère est acquise. Et même si ton texte fait sourire, eh bien ça fait mal.

    PS : Pour la couette, j’ai résolu le problème : nous en avons chacun une, et c’est extra.

    1. Bienvenue Livvy 😀

      C’est très frustrant ce côté adulé des papas alors qu’on en fait bien plus pour eux !

      Bonne idée pour la couette, mais impossible chez moi car j’aime aussi avoir un drap ( qu’on me pique régulièrement !)

  8. Pareil, il ne part pas aussi souvent que le tien mais une fois de temps en temps j’aime bien avoir mes soirées… et tu as raison le manque nous fait idéaliser 😉 bon j’ai de la chance, il ne ronfle pas!

  9. Moi je ne vois qu’une solution pour éviter les ronflements: faire chambre à part. La solution adoptée par une majorité de couples mais tue parce que tabou. Comment je sais alors que je suis célibataire ? Mon petit doigt m’a dit.

    Oh ben j’avions point vu le lien. Merci. Je n’ai pas droit à un surnom, moi ? Genre Chef, ou Sous-chef, ou un truc dans le genre. Laurent, c’est pas très romanesque.

    T’es vraiment fâchée avec les accents, toi !

    Ok, je sors.

      1. j’avais bien compris M’sieur ! Me prendrais-tu pour une neuneu ???
        D’autant que mes parents ont toujours fait chambre à part, petite, je m’amusais de la tête choquée de ma copine quand en leur faisant visiter la maison en disant voilà la chambre de mon père, celle de ma mère…

    1. Qu’est-ce qu’ils ont encore mes accents ? tu sais j’ai passé 7 ans à écrire presque sans aucun accent parce qu’il n’y en avait pas sur mon clavier donc maintenant je m’y remets mais il m’arrive de les zapper…

    2. En fait, déjà avoir deux matelas séparés mais avec une tirette au milieu, et des couettes/couvertures séparées, cela fait beaucoup.
      Je ne suis plus réveillée par les mouvements de mon mari ou parce que je me retrouve à l’air et donc ses ronflements (il respire d’une façon atroce) ne m’empêchent pas de me rendormir vu que je ne suis pas réveillée… 😉
      Sinon, s’endormir avant lui, ça marche aussi (donc prévoir une heure au lit avant qu’il ne s’y allonge). 🙂

  10. Ahhh là là !!!! Et le mien qui est en pré-retraite depuis 15 jours, t’imagines ce qu’il faut que je subisse, moi qui avait mes « petites habitudes », le matin toute seule à la maison !…
    J’espère qu’il va bientôt aller faire un séjour chez sa mère !…

  11. Il ne part pas assez longtemps pour que le manque se fasse ressentir …
    Par contre, quand il part, je récupère la gamine dans mon lit donc j’apprécie le retour : il tient beaucoup moins de place et bouge nettement moins que le monstre de 2 ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *