Le Louvre ce labyrinthe

En décembre j’ai eu l’immense bonheur de gagner la carte famille du Louvre chez Maman on bouge, mais entre les fêtes, le mauvais temps et les diverses occupations familiales, nous avons attendu mi-janvier pour y aller .

Par un samedi après-midi glacial mais ensoleillé, nous avions profité de la voiture de Mr Poux qui se rendait dans Paris pour nous faire déposer au Louvre et activer notre carte famille. Nous avions décidé d’un commun accord ( sous ma forte influence quand même) que nous visiterions d’abord la section Egypte et ses merveilleux trésors.

Les Monstroux ont tout de suite été séduits car avec la carte Louvre on nous offre une mallette de bienvenue contenant plein de jolies choses aussi utiles qu’agréables. Ensuite, arrivés à l’entrée de la partie Egypte, ils ont été équipés d’une console nintendo et d’un casque, la console étant programmée pour faire audio et vidéo guide.

Les deux Monstroux étaient au bord de l’orgasme et Grand Monstrou à commencé à se la jouer « pré-ado » : je suis grand je suis indépendant, je fais MA visite avec MON guide perso !

Bien évidement j’ai demandé si je ne pouvais pas avoir moi aussi mon audio-vidéo guide mais c’était réservé aux enfants ce que je trouve particulièrement injuste puisque à la sortie ils en savent beaucoup plus que nous, pauvres adultes qui devons nous contenter de regarder les œuvres et de lire en diagonale deux ou trois explications.

Nous avons donc commencé le parcours tel qu’indiqué par les consoles qui affichaient le chemin en 3D, puis les œuvres… les Monstroux étaient captivés et je ne perdais pas une miette de ces trésors du passé Égyptien que je n’avais pas vus depuis plus de 10 ans.

Grand Monstrou avait une fâcheuse tendance à partir devant, sans nous attendre et je lui ai fait remarquer que ce n’était pas super gentil puisque nous étions venus à trois, en famille.

« Ah mais j’écoute mon guide, je le suis »… me dit-il hautain, imbu de lui même, crâneur, bref, le jeune pré-ado que tu as juste envie de baffer surtout s’il s’agit du tien !

«  Ne t’éloigne pas trop quand même » ai-je dit tout en m’occupant de Petit Monstrou qui avait quelques difficultés avec sa console.

Je le surveillais du coin de l’œil, toujours un peu en avance sur nous… je le voyais toujours… jusqu’au moment où … je ne le voyais plus !

Je n’ai pas paniqué tout de suite, j’ai pressé Petit Monstrou pensant que son frère était déjà passé dans la salle suivante.

Mais il n’y avait aucune trace de mon Grand Monstrou dans la salle suivante, ni dans celle d’après…

Impossible qu’il soit allé aussi vite, puisqu’il écoute son guide me dis-je, nous avons donc rebroussé chemin, mais là, toujours pas de Grand Monstrou.

Mon cœur battait la chamade, Petit Monstrou répétait en boucle «  je veux qu’on retrouve Grand Monstrou » et moi, j’essayais juste de ne pas céder à la panique.

Revenus dans la salle où nous l’avions vu pour la dernière fois nous avons de nouveau constaté qu’il n’y était plus, nous avons donc recommencé à le chercher dans les salles suivantes.. en vain.

Le temps passait, les minutes semblaient durer des heures et pourtant elles défilaient bien trop vite en même temps, et bien évidement en ce samedi après-midi le Louvre était plein d’une foule avide de culture et de dépaysement.

Mais où était donc passé mon Grand Monstrou ? Que lui était-il arrivé ? Comment avais-je pu le perdre de vue ?

Nous arpentions les salles sans même jeter un œil aux œuvres, aux vestiges exposés, nous ne cherchions plus que la veste verte de Grand Monstrou.

J’ai eu l’impression de faire des kilomètres dans cette galerie, en long, en large et en travers sans jamais apercevoir la chevelure châtain et destructurée de mon fils. Le temps passait et je me refusais à imaginer le pire, même si j’y pensais bien évidemment.

Y-a-t-il des kidnappeurs d’enfants qui se promènent au Louvre ? Je me rassurais en regardant autour de moi, beaucoup de familles, de couples, que des gens auxquels Grand Monstrou aurait pu demander de l’aide.

Sauf que… on ne sait jamais !

Petit Monstrou avait mal aux pieds, envie d’aller aux toilettes et il était fatigué par notre cadence effrénée mais après un rapide passage aux toilettes, nous avons repris notre course dans les salles, absolument pas réconfortés par la beauté de ce qui nous entourait…

Quand enfin, mon téléphone a retentit : «  bonjour je suis de la sécurité du Louvre, votre fils est avec moi et nous sommes… » Clic plus de réseau.

Je vous jure que j’ai senti mon cœur tomber au niveau de mes pieds ! Nous ne savions pas encore où il était mais Grand Monstrou était en sécurité et il avait pensé à donner mon numéro de téléphone.

Nous n’avons pas ralenti pour autant, il fallait trouver un endroit où mon téléphone capterait quelque chose afin de rappeler cette merveilleuse personne qui avait retrouvé mon fils, mon bébé.

Quand finalement j’ai réussi à la joindre, elle nous donna rendez-vous à la sortie de la galerie Egypte que nous avons donc retraversé à grande vitesse, sillonnant entre les visiteurs puisque nous étions dans le mauvais sens, Petit Monstrou toujours bloqué sur sa phrase «  je veux retrouver Grand Monstrou ».

Quand nous sommes arrivés à la sortie, Grand Monstrou se tenait là, penaud, à côté de l’agent(e ?) de sécurité et alors que mon cœur s’était remis à battre la chamade je lui ai passé un savon !

Oui vous avez bien lu, je l’ai engueulé parce qu’à jouer les grands avec son audio-guide, il s’était éloigné puis perdu et ma terreur venait de se transformer en colère.

Dans la version de Grand Monstrou je l’ai «  engueulé comme du poisson pourri » ( ce qui est absolument faux puisque je ne parle pas aux poissons en général, encore moins s’ils sont pourris).

La femme qui l’avait retrouvée est intervenue : «  je crois qu’il a plutôt besoin d’être rassuré » et là j’ai bien cru que j’allais la mordre ! Je me suis retenue de lui dire qu’on en reparlerait quand elle aurait des enfants et j’ai continué à sermonner mon Grand Monstrou avant de le serrer fort dans mes bras pour le consoler en retenant mes larmes.

Nous sommes sortis nous remettre de nos émotions et prendre un petit goûter bien mérité, puis nous avons décidé que nous visiterions la section Égypte une autre fois.

Nous sommes allés voir les peintures mais cette fois sans but, sans préparation et surtout sans audio-guide, tous les trois ensemble.

Là nous sommes tombés sur une série de toiles avec Jésus sur sa croix ce qui a beaucoup inquiété Petit Monstrou d’autant que certaines toiles étaient particulièrement impressionnantes.

– «  mais pourquoi ils l’ont accroché sur une croix ? »

«  il est mort ? »

«  Si, il est mort regarde il saigne »

Comme je ne suis pas très douée pour expliquer la religion et tous les événements liés au Christ, à la vierge Marie et toute leur clique, je suis à la recherche d’un documentaire qui explique tout cela aux enfants sans les endoctriner… Si vous avez des idées je suis preneuse !

Cette mésaventure nous a donné bien des sueurs froides mais elle ne nous empêchera pas de retourner régulièrement au Louvre, profiter de notre carte famille et des superbes expositions.

IMG_1784

Et comme on n’est pas rancuniers, la prochaine fois, on se fera vraiment la partie Egypte, en long en large et en travers mais cette fois en regardant tout ce qu’il y a à voir !

Be Sociable, Share!

7 réflexions sur « Le Louvre ce labyrinthe »

  1. je n’ai jamais visité le Louvre…. à faire la prochaine que je viens !

    Quant à « perdre » son enfant : j’ai eu « le bonheur » de tester moi aussi 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *