J’aime pas tes potes, encore moins leurs parents !

Grand Monstrou a plein de copains : c’est chouette (contrairement à son vieux père, il est sociable !). C’est important d’avoir des amis, une vie sociale et bien entendu ça me rassure de savoir qu’il est apprécié et pas tout seul, abandonné au fond de la cour, comme un pauvre malheureux.

C’est d’autant plus rassurant que Grand Monstrou a eu des débuts difficiles  en petite section.

Lorsque nous sommes rentrés des USA pour nous installer en France, il avait deux ans et à tout perdu d’un seul coup, sa maison, ses « copains » et «  copines » de la gym et de chez la nounou (si toutefois on peut parler de « copains »  à cet âge-là), et surtout ses repères.

Nous avons également perdu au change au niveau du climat, en Californie nous sortions jouer dans le jardin tous les jours à quelques exceptions près, nous sommes arrivés en France fin Décembre, par moins 11 degrés et les deux monstroux ont immédiatement goûtés aux joies des bronchiolites, angines, rhinopharyngites etc. donc nous ne sortions affronter le terrible hiver français que contraints et forcés. Ce n’est qu’avec l’apparition des beaux jours que Grand Monstrou a pu «  resocialiser » un peu et se faire des ptits copains avec qui jouer au square où nous allions l’après-midi.

Malheureusement ( et heureusement), notre maison était enfin libre et nous avons quitté le petit appartement de région parisienne ET le square pour nous installer dans notre chez nous.

Entre le déménagement, les visites chez les Grands parents et l’arrivée dans un nouveau village en plein Juillet, Grand Monstrou n’a pas vu beaucoup d’enfants durant l’été et nous ne nous sommes pas rendus compte tout de suite qu’après avoir souffert du changement de pays, il souffrait d’avoir perdu ses tous nouveaux copains.

Les premiers mois en Petite Section il frappait tout le monde, j’en étais malade avant d’aller le chercher, qu’allait m’annoncer la maitresse cette fois-ci ? C’était sa manière à lui de nous dire « chaque fois que je m’attache à quelqu’un on s’en va, maintenant je n’aime plus personne ».

Cette période m’a parue bien longue mais elle n’a pas duré tant que ça et Grand Monstrou s’est fait plein de copains…

Et c’est là que mes problèmes commencent : je n’aime pas ses copains, encore moins leurs parents.

Petit  1 : le copain « chiant »

Ce n’est pas moi qui le dit c’est la propre mère du fameux copain qui lui répète sans cesse quand elle ne lui pince pas les joues pour le faire obéir. Comme le garçon en question est un très bon copain de Grand Monstrou, nous l’avons eu à la maison, nous sommes allés chez lui, ou bien nous allions au parc ensemble et, systématiquement, il y avait des remarques du genre «  merde alors qu’est-ce que t’es chiant aujourd’hui »…

Entendons nous bien, mes monstroux aussi sont «  chiants » mais je ne leur dit pas, je leur dit qu’ils sont pénibles, usants, fatigants mais pas « chiants » parce que, puisque je ne veux pas qu’ils disent des «  gros mots », je commence par ne pas en utiliser moi-même… J’ai remplacé le fameux «  Putain » du Sud-Ouest par «  Punaise » ou « Purée » qui finalement manifeste aussi bien mon mécontentement tout en restant dans un vocabulaire correct.

Je sais fort bien qu’une des premières choses que les enfants partagent à l’école (après les microbes) ce sont les gros mots, savoureux parce que « interdits », «  gros », «  vilains » et attrayants aussi parce que «  rares » et inusités à la maison.

UNE FOIS, alors qu’ils avaient transformé (encore une fois) la salle de bain en piscine municipale, j’ai explosé et je leur ai crié qu’ils étaient « vraiment chiants » à me faire le même coup tous les soirs etc… Et là, j’ai vu leurs yeux ronds fixés sur moi, mes enfants étrangement silencieux, estomaqués, jusqu’à ce que je réalise ce que j’avais dit ! J’en ai entendu parler pendant des semaines, toute la famille l’a su (tu parles ! Le raconter permettait de réutiliser  mot interdit sans être puni puisque c’est la vilaine Maman qui l’avait dit). Mais ça les a marqués parce que c’était totalement inhabituel !

Est-ce que j’ai tort d’être choquée par le nombre inquiétant de mamans qui usent et abusent du mot « chiant » ( pour ne citer que celui là) à la sortie de l’école ? Est-ce que « chiant » serait  passé dans la catégorie des adjectifs appropriés pendant que j’étais aux Etats-Unis ?

Est-ce que c’est de l’élitisme que de ne pas souhaiter que mes fils aillent jouer dans des familles ou la vulgarité est quotidienne ?

En même temps, ça leur montre que toutes les familles ne fonctionnent pas de la même façon, que tout le monde n’a pas les même règles… et si j’écris ça montre que « tout le monde n’a pas les mêmes valeurs » est-ce que je suis en train de virer «  bourgeoise » ?

Je me doute bien que dans quelques années, quand ils auront mué et qu’ils auront trois poils sous  menton, ils me diront de leur voix éraillée «  pffff t’es chiante M’man, je l’ai rangée le mois dernier a chaaaaammbre »…

Mais pour le moment,  à 4 ans et demi et 6 ans je préfère épargner encore un peu leurs oreilles et laisser aux « gros mots » leur statut «  exceptionnel », le genre de mot qu’on lâche quand on a vraiment un pépin, ou qu’on dit tout bas à Maman le soir quand on «  vide sa collection de gros mots entendus dans la cour ».

Et vous ? Ca vous choque ces mamans qui traitent leurs enfants de « chiants » ou bien vous en faites partie ?

(Les petits 2 et 3 suivront….)

Be Sociable, Share!

56 réflexions sur « J’aime pas tes potes, encore moins leurs parents ! »

  1. Non, pas tellement en fait. Sans être mère moi-même, je vois à quel point il faut se contenir à tout bout de champ, je ne suis pas certaine qu’utiliser ce genre de mots soit une bonne chose MAIS je me dis que c’est leur manière à elles de manifester leur lassitude. Ce serait peut-être à leur entourage en revanche de se poser des questions et de se demander si ce n’est pas un appel à un peu d’aide ?
    Pour ma part, en tant que grande soeur et prof, le vocabulaire familier est une soupape de sécurité : je préfère dire « chiant » que mettre une claque… 🙂

    1. mon problème c’est que c’est souvent les Mamans qui ont ce genre de vocabulaire qui balancent des baffes ensuite…
      et puis comme je le raconterai au petit 2 il y a des mots qui font plus de mal qu’une fessée…

  2. et bien moi qui suit maman, je vais également passer pour une bourgeoise car je n’utilise pas ce vocabulaire pour qualifier mes deux loulouttes …
    et pourtant à l’occasion, elles le mériteraient ce titre sans problème.

    parfois un mer… m’échappe et là aussi il y en a une pour me reprendre ou dire je vais le dire à papa ou mamie, donc je fais attention mais suis faillible !!! comme toi ma béa

    et pas besoin de les frapper, ni d’avoir un vocabulaire grossier pour se faire respecter et faire passer ses valeurs …
    certes la patience, l’attention, la compréhension ( parfois la carotte ) prennent du temps, mais cela paie pour le moment donc je persiste dans cette voie

    en tant que maman de copines de tes enfants, tu m’aimes encore ??????

  3. Euh, alors j’avoue, le « chiant », je l’utilise , trop souvent…j’assume, pourtant j’essaie de plutôt dire « pénible », mais c’est vrai que « chiant » aujourd’hui est devenu tellement courant que je l’utilise…
    Non, je ne suis pas fière de moi, car je sais que c’est dévalorisant, du coup, je compense généralement en rajoutant que la plupart du tant il est adorable et serviable (ce qui est vrai, en plus) mais que vraiment des fois il est plus qu’insupportable (il peut aller 3 fois au coin en 30mn, alors qu’il s’était comporté comme un ange pendant les heures précédentes), à croire qu’il cherche la punition.
    Par contre, je ne suis pas certaine que cela est une quelconque relation avec le fait de frapper, en tout cas ce n’est pas mon cas.
    « Chiant », c’est vraiment le seul gros mot que j’utilise, j’ai choisi les mêmes mots de remplacement que toi, plus le ZUT pour le Cambronne, mais de toute façon je ne l’utilise pas beaucoup. Les rares fois, où ça m’échappe, c’est souvent en voiture, et là c’est direct « Oh, maman, c’est pas bien »…
    PS : Il a un peu plus de 3ans1/2

    1. Si ton fils te fait remarquer que ce n’est pas bien c’est qu’il fait encore la différence entre certains mots… ce que ne feront pas les enfants qui sont constamment étiquetés « chiants » par leurs parents.
      Et puis, à force de se faire appeler  » chiant » on n’a plus vraiment de raison de ne pas l’être puisqu’on en a déjà l’étiquette.. Ceci dit, c’est la même chose pour  » pénible », je réalise, là que si ça se trouve mes enfants sont pénibles à cause de moi !
      Arghh Béa culpa … again !

  4. j’imagine béatrice que ma réponse ne sera pas surprenante.
    Je Dé-Tes-Te les grossièretés et je fais un lot pour toutes les grossièretés. Que certaines deviennent tellement courantes que de nombreuses personnes n’y font plus attention me choque.
    Et lorsqu’un de mes 30 petits les utilise ensuite comme si c’était normal, mes cheveux se hérissent!! (voilà enfin l’explication attendue de ma super coiffure!!)

    1. en effet ça ne me surprend pas, par contre ils doivent être sacrément polis tes petits parce que je ne t’ai encore jamais croisée, totalement hérissée.. ( mais rien que l’image mentale me réjouis :twisted:)

  5. C’est vrai, que c’est mon (enfin un de mes) grand(s) stress : qu’il se dévalorise à cause de la mauvaise image de lui qu’il peut avoir par MA faute…
    C’est pour ça, que les pros de la petite enfance, disent tous que lorsqu’ils font des bêtises plutôt que de leur dire qu’ils sont « chiants  » ou même « pénibles », il faut plutôt leur dire qu’ils peuvent être si gentils/attentionnés/etc….Mais bon, quand tous les jours, il faut se battre pour les mêmes choses (se laver les dents, mettre ses chaussures, etc.) c’est pas toujours évident de mettre en avant le positif…
    Allez, ma bonne résolution de l’année (avant l’heure), c’est d’éviter tous les mots (polis ou non) dévalorisants

    1. je vois très bien ce que tu veux dire, même problème à la maison et nous ne sommes pas des robots … souvent je râle un bon coup, parfois aussi je donne une fessée ( et j’assume)…
      Je crois qu’il n’y a pas de  » super maman », juste des personnes qui font de leur mieux selon leurs possibilités.

  6. eh bien en fait je pense que tout est une question de « ton » et dépend de l’intention qu’on y met… et bien souvent les mères qui utilisent ce genre de mots le font de façon un peu méprisante, vexante, voire méchante.
    Moi il m’arrivait d’en dire (par nature, je dis beaucoup de gros mots donc ne pas en dire était à peu près mission impossible) mais assez rarement aux gosses directement. Je parle au passé parce que franchement, maintenant qu’ils sont grands, ça m’arrive de dire un truc du style « vous êtes vraiment chiants, hein, à ne jamais me prévenir lorsque vous ne mangez pas là ». Mais ce n’est jamais violent, en fait.
    Je suis pas sûre de bien me faire comprendre…

    Et puis je pense qu’il est au moins aussi destructeur de dire à un gamin « qu’il fait toujours tout de travers ! » ou « qu’il finira balayeur », par exemple, et pourtant il n’y a pas de gros mot dans cette phrase.

    1. enièrement d’accord avec toi, le ton peut-être destructeur aussi, reviens pour le second épisode, je pense que tes cheveux se dresseront sur ta tête !

  7. Parler proprement avec et devant des enfants, je trouve que c’est une base. Et je fais toujours un effort devant les petits des autres. Oui, il y a des mots échappés, mais une injure doit rester à sa place : le mot qui sort quand on est à cours d’arguments. Mais toujours pareil, on verra comment je me débrouille si… etc etc.

    Juste, je voudrais corriger un point : il n’y a pas que des putains dans le Sud Ouest ! 😀

  8. aïe ! dur dur de ne pas en laisser échapper un en cas de coup dur !
    Ici, les Lu se sont bien appliqués à me montrer qu’ils en connaissaient, des gros mots, jusque vers leur 7 ans environ chacun : mon grand Lu a utilisé des mots « mauvais » avec ses pôtes, lors de son anniv, dans le jardin, et là, c’est moi qui ai été choquée !
    Ma Miss Lu, elle, utilise le « chiant » assez facilement à mon grand désespoir !
    Et le pire, c’est que je n’ai pas l’impression de le dire souvent, mais il faut bien qu’ils l’aient entendu quelque part….

    1. Mais justement, un gros mot qu’on ne dit pas souvent c’est forcément plaisant de le répéter à Maman pour dire qu’on le connait 😀
      Et puis je ne me fais pas d’illusion, ce n’est pas parce que je fais l’effort de ne pas (trop) en utiliser qu’ils ne seront pas grossiers un jour où l’autre avec leurs copains…Mais ça risque d’arriver plus vite que prévu si les mamans sont grossières en permanence et ça me navre…

  9. J’évite vraiment le « TU » accusateur quand je m’adresse à eux, ça demande pas mal d’efforts (surtout quand on est vraiment en colère) mais j’essaye au maximum de parler de mon ressenti  » je suis fatiguée, fâchée, … par vos bêtises », … et j’évite de leur parler avec des gros mots, oh bien sûr je m’énerve avec des « putain, merde,… » mais ce n’est pas lié directement à eux, c’est quand je suis en voiture, quand je laisse tomber quelque chose, quand je ne trouve pas ce je cherche, … et évidemment ces gros mots sont répétés souvent dans le cadre d’un jeu… par exemple, quand ils n’arrivent pas à mettre un bonhomme dans un camion, ils laissent échapper un « putain » ou un « merde » et tout à l’heure j’ai fait la remarque à Victor qui m’a répondu « oui, amis c’est un jeu, je ne parle pas à quelqu’un! », j’ai eu le bec cloué ;-)!!

    1. Ah oui ça ils sont tous très forts pour trouver des arguments « chocs » !
      Je n’ai pas dit que je ne disais jamais de gros mots non plus hein ! Mais je ne leur dis pas à eux, contrairement à beaucoup de Mamans de mon village qui en usent et en abusent.

    1. Bienvenue par ici Aude 😀

      Mais dire  » chiant » devant son enfant n’est pas la même chose que de lui dire à lui qu’il EST chiant..

  10. Ca peut arriver à tout le monde de dire que son enfant est chiant surtout quand on est excédé donc difficile de juger. J’évite le mot chiant, je préfère ‘TU me SAOULES ‘………….

    1. Bien sur que ça arrive à tout le monde, ce qui me choque c’est lorsque c’est quotidien 🙂
      Avant je disais souvent à l’un ou l’autres des monstroux  » tu me saoules » et puis quand je les ai entendu le dire à leur tour, sans arrêt, j’ai décidé d’éviter… Mais c’est dur parce que là par exemple ils chantent  » zéro plus zéro égal la tête d’asticot », ça fait environ 27 fois qu’ils le répètent et ça me saoule carrément 😈

    1. Bienvenue Bloody Mary 😀

      Ah mais je confirme, je ne leur dis jamais, mais qu’est-ce qu’ils peuvent être  » chiants » quand ils s’y mettent !

  11. Gloups oui j’avoue que ça sort assez facilement ce mot là… mais il est tellement chiant aussi parfois, quand je lui répète 100 fois de ranger sa chambre ou de se dépêcher pour partir, pas plus tard que tout à l’heure encore … mais je crois qu’il ne le prend pas mal juste comme un t’es fatiguant bouge toi ! Et il sait très bien que ce n’est pas un mot à répéter il sait que maman dit des mots pas jolis que lui ne doit pas utiliser, il me fait parfois la remarque d’ailleurs « t’as dit un gros mot mam ». Bref je t’assure que je ne suis pas violente pour autant, j’vous jure madame !

    1. LOL voilà qu’elle se justifie maintenant !
      Si ça peut te rassurer, mon second n’a toujours pas compris pourquoi c’était « toujours à lui de s’habiller tout seul » donc c’est la guerre matin et soir après le bain et je lui dis bien trop souvent qu’il est pénible avec ça …

      1. BEn oui je me justifie parce que quand je lis les comm je me dis que personne ne dit ça à ses enfants sauf moi, quelle grosse vilaine ! ALors j’ai un peu honte … mais j’aime mes enfants et je ne les frappe pas hein !!!!

    2. l’essentiel maman@home, ce sont « les valeurs » comme dirait béatrice, car même si vous utilisez le mot il semble que votre enfant sache bien que ce n’est pas un mot courant comme tous les autres et ça c’est déjà bien… évidemment nul(le) n’est infaillible!

  12. Je dis beaucoup de gros mots. Mais ma fille n’en a pas dit jusqu’à un âge assez avance, même si je savais qu’à l’école…
    En tous les cas, je suis sidérée d’entendre les parents insulter leurs gamins.
    J’avoue quand même lui avoir dit plusieurs fois qu’elle était chiante mais c’était plutôt lorsqu’elle me réveillait la nuit très souvent

    1. C’est bien ce qui m’embête c’est que pour certains parents c’est tous les jours !
      Sinon depuis son opération des amygdales, petit monstrou me réveille toutes les nuits, plusieurs fois par nuit et souvent il m’engueule quand j’arrive ( il est trop dans son cauchemar, on ne peut rien dire, pas le toucher…), là j’avoue, à 4h57 du matin ça me soulagerait de le lui dire 😈

  13. Ouf !! Je ne suis pas encore maman mais j’avoue que des fois je suis horrifiée de la façon dont les mamans parlent à leurs enfants: (je ne fais pas de généralités, soit dit en passant) mais justement hier soir, entendu à Carref… « tu me fais chier, putain, dégages de là tu me gènes » à une toute mignonne petite fille de 4 ans environ. Et là, j’ai eu envie de la baffer… Ca m’a vraiment fait mal au cœur.

  14. ouille, moi je le dis parfois. enfin trop souvent quand meme.
    Avant d’etre maman, je disais un autre mot qui commence par « pu » et fini par « tain ». je l’ai rayé de ma liste, je dis punaise.
    mais le mot chiant, je le dis, j’essaie de me retenir, mais comme a dit maman@home, il est tellement chiant parfois…

    1. Bienvenue Chouquette 😀

      Parfois ça sort tout seul, quand on exténuée, quand ils nous poussent à bout.. le tout c’est qu’ils sâchent que ce n’est pas un mot  » courant » et que ça ne deviennent pas leur seul qualificatif 🙂 Après, comme je le disais, nous ne sommes pas des robots !

  15. Je n’utilise pas le mot « chiant » pour désigné mon fils. Je trouve ce mot dénigrant et humiliant pour l’enfant.
    Je suis comme toi je change les gros mots pour des « cacahouète » « bébitte » lorsque je suis trop fâcher… sinon c’est rare!
    Ma belle-soeur était un peu comme ça… et ça m’irritait énormément… elle était comme ça avec ses enfants mais aussi avec le mien!!

    1. généralement les personnes qui utilisent souvent des grossièretés avec leurs propres enfants ne se gènent pas avec ceux des autres. C’est aussi cela qui me génait dans la fréquentation assidue du copain de Grand Monstrou au parc , c’est que sa Maman parlait à mes enfants comme elle parlait aux siens…Parce que ça ne la choquait pas !

  16. Moi je n’ai pas d’enfants, enfin pas à moi, mais j’en ai 160 à l’école. Je bosse sur toutes les classes et on peut qualifier le milieu des gosses à monstrueux. On est loin de la belle campagne du sud, mais proche des belles tours d’immeubles du nord. Passons, les gamins que j’encadre ne connaissent pas d’autres vocabulaire que celui du registre familier et celui du vulgaire. A 8h, certains parents arrivent avec 3 grammes dans chaque œil. …
    En début d’année, j’ai dit à un gosse qu’il était pénible. Il ne connaissait pas ce mot! Et c’est là qu’un de ses camardes à dit: « Ça veut dire que t’es chiant! »…

    (J’ai dit mon premier gros mot vers l’âge de 11 ans)

    1. Bienvenue Ju 😀

      Ouchh ! alors voilà exactement l’exemple qui fait mal, avec des enfants qui connaissent mieux les grossièretés que le vocabulaire usuel… Quand aux parents qui arrivent avec 3 grammes dans chaque oeil dès le matin, on en a quelques uns par ici aussi… ça fait mal !

  17. Et bien moi j’aspire à avoir des enfants et leur éducation me fait vraiment peur, je peux donc te dire que tu es un modèle de maman pour moi…
    Ni bourgeoise, ni ringarde, juste éduquée et généreuse…
    Parce que l’analyse du comportement de ses propres enfants est d’une difficulté absolue et que le fait de vouloir leur bonheur et de faire en sorte qu’au quotidien ils s’arment pour leur vie future en est la plus belle preuve…
    Bref j’adore ton blog et te suis toujours d’un oeil au moins!
    Des BizoOo!

  18. Wouahhh bienvenue Kanel 😀

    Dis, je peux encadrer ton commentaire pour les jours de gros doutes ? parce que tu verras, même si on essaie très fort de faire  » bien », quand on est une maman on fait toujours des boulettes et on a toujours quelque chose à se reprocher !

    En tout cas reviens vite, j’adore ce genre de commentaires !

  19. J’avoue tout… Je l’ai déjà dit à TiBiscuit… Il me poussait à bout, je n’en pouvais plus.
    Quand je dis des mots que je ne devrais pas leur dire (rarement quand même), je leur explique aussitôt après pourquoi je l’ai dit et pourquoi je n’aurai pas du.

    Après « chiant » n’est pas le mot qui me choque le plus dans la bouche d’une mère. Il y a aussi des tons différents sur lequel il peut être dit.

    Mais une chose est claire et je pense que le message est bien passé côté doudoux, je n’apprécierai pas qu’ils aient des copains vulgaires ou ayant des parents vulgaires.

    D’ailleurs c’était notre sujet de conversation ce soir car un garçon de CE1 embête TiBiscuit et la mère de ce garçon est vraiment super vulgaire dans sa façon de parler.
    Le fils a donc la même façon d’agir que sa mère, de façon agressive, violente et grossière.

    1. Bienvenue MissBrownie 😀

      Voilà c’est exactement mon problème, c’est que les enfants reproduisent les attitudes de leurs parents…
      Il ne sert à rien de leur dire  » ne fais pas ce que je fait/dis… »
      Bon courage à Tibiscuit pour ses soucis avec le garçon vulgaire et agressif !

  20. J’aime lire ces déboires (et ces interrogations de parent), non que je sois sadique (encore que…) mais parce que 1: ça me distrait 2: chaque fois je me dis, ah chouette, j’ai pas d’enfants, chouette, et j’en veux pas
    c’est peut-être caricatural mais c’est mon avis et je le partage
    les enfants, c’est quand même chiant, non ?

    1. Petit provocateur va 😈 ! En fait,ce sont généralement les enfants DES AUTRES qui sont chiants 😀
      les miens sont des anges c’est bien connu ! Oupsss mais pourquoi est-ce que je les appelle les  » monstroux » alors ? 😈

  21. Je suis coutumière du fait, j’écris des gros mot dans mon blog, ça m’amuse…mais quand je m’adresse à mes enfants…hummm j’évite au max. Leur dire qu’ils st chiants…ça a bien du m’échapper quelques fois, mais je suis plutôt dans les phrases à la Audiard que dans les gros mots avec eux et comme je ne supporterai pas une demi seconde que l’un de mes enfants me parle mal..j’essaie d’être cohérente avec ce que j’exige d’eux…J’ai une de mes amies ses enfants la vouvoient…moi j’ai vouvoyé ma mère donc…mais son fils lui dit..mère vous êtes chiante et ça, ça m’a vraiment vraiment hallucinée…

  22. Ma pauvre dame, j’ai même vécu une situation où un papa ( d’élève) criait à qui voulait l’entendre avant notre rendez-vous que ces  » connards de fonctionnaires » avaient vraiment des horaires privilégiés ( il essayait de joindre une administration au téléphone); Il était 18h et le rendez-vous s’est terminé à 19h car les dames de ménages avaient mis l’alarme! j’étais en retard pour aller chercher mes enfants à la garderie après l’école et j’ai eu le droit à des mots comme : chiant, emmerdeur… L’enfant ne comprend pas quand je le reprends pour des mots « déplacés »…. C’est notre combat quotidien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *