Et la prise en charge de la douleur alors ?

Mercredi alors qu’il était gardé par une amie, Petit Monstrou a reçu un coup de pioche sur la tête. Le but de ce billet n’est pas de revenir la dessus, c’est un accident « à la con », je me réjouis juste que ce soit le côté plat de la pioche qui ait frappé…

Je suis très contrariée par l’absence de prise en charge, voire même en considération de la douleur des patients aux urgences… Je me réjouis que mon amie ait donné à Petit Monstrou du paracétamol avant que nous ne partions aux urgences car là bas ( une fois de plus) personne n’a compati à sa douleur, personne n’a essayé de le soulager.

Ce n’est pas la première fois que je fais cette constatation, si vous me suivez sur facebook, vous savez que j’ai un abonnement aux urgences entre mes deux monstroux et mon Poux.

Mais mercredi soir, nous avons attribué la palme de l’urgentiste sadique et indifférent. Je vous remets dans le contexte, un coup de pioche sur cuir chevelu ça fait mal… Un cuir chevelu ouvert ça fait très mal. Et dans la voiture Petit Monstrou alternait entre la douleur à la tête et la peur d’être recousu.

Grand naïve que je suis, j’ai tenté de le rassurer :

-« Ne t’inquiète pas mon chéri, s’ils te recousent ils te donneront du gaz hilarant avant »

– « Ah oui j’aime bien le gaz hilarant parce que ça te fais comme si tu rêvais, et tu ne penses plus à la douleur, même que la dernière fois je voyais toutes les fibres de ton corps » ( ah ouais .. quand même)

Je passerai sur l’attente interminable rien que pour être pris en charge, le service public est à l’agonie c’est bien connu.

Je passerai sur le fait qu’on nous a annoncé environ 3heures d’attentes… Sachant qu’après 6h00 on ne peut plus recoudre car la plaie est souillée, on était dans les temps …

Je ne passe pas sur le fait que rien n’ait été fait pour savoir s’il souffrait beaucoup, et que donc rien n’ait été fait pour le soulager.

Je comprends tout à fait que l’infirmière d’accueil ne puisse rien faire ni prescrire mais quand tu arrives avec un gamin qui pisse le sang et qui souffre visiblement, j’aimerais que si l’on n’a pas le temps de le soigner immédiament (ce qui est systématiquement le cas) on prenne au moins en charge sa douleur.

Je suis écoeurée de constater que le personnel des urgences voit tellement d’horreur à longueur de journée qu’il est devenu totalement hermétique à un ptit bonhomme qui souffre.

Et alors le top de notre soirée c’est la consultation avec le «docteur». Comme très souvent dans ce service, c’est un monsieur qui arrive d’ailleurs, comme ça il est sous-payé et fais des horaires hallucinants.

Et surtout les jeunes français ne voient pas l’intérêt de bosser 50 heures voire plus par semaine alors que tous les autres sont aux 35 heures. ( C’est pour cela que nous n’aurons bientôt plus de généralistes, mais c’est un autre débat… service public… agonie.. voilà).

Petit Monstrou a été super bien accueilli par le jeune infirmier stagiaire qui l’a détendu mais lorsque le docteur est arrivé, le stress est revenu. Quoi de plus normal, me direz-vous, personne n’aime se faire recoudre la tête.

Ce dernier a regardé mon fils 15 secondes et il a dit : «  il faut une agrafe »

Ce à quoi j’ai immédiatement répondu «  donc vous allez lui donner un peu de gaz hilarant ? »

« Non, ça ne fais pas mal ».
Et là il s’est tourné et CLAC a agrafé la tête de mon fils qui a hurlé de peur et de douleur !

Pendant la seconde où il faisait cela, une infirmière était en train de tenter de le convaincre de donner un peu de gaz hilarant. Le jeune infirmer, l’infirmière et moi même n’avons rien vu venir.

Que dire de Petit Monstrou qui n’a pas eu le temps de m’attraper la main, qui a eu très mal et surtout très peur…

Je comprends la démarche, c’est une douleur vive mais fugace, mais mon fils était inconsolable et je pense vraiment qu’après ses émotions de l’après-midi il aurait pu faire un effort de compassion et l’aider à moins sentir le coup d’agrafeuse..

Je suis ressortie de là furax et pourtant je sais que j’y retournerai car lorsqu’un accident se produit sur l’un de nos enfants, on va au plus près pour le faire soigner.

Pour rappel, il y a quelques années, j’ai failli mourir parce que l’hôpital où j’étais n’a pas voulu faire de scanner pour vérifier que l’hémorragie était effectivement stoppée et parce que en soins intensifs, alors que je souffrais terriblement, l’infirmière de nuit a refusé de réveiller le docteur de peur de se faire engueuler…

Sur ce coup, là, la sécu a économisé un scanner et a ensuite payé un chirurgien spécialisé qui m’a opérée pendant 4h30 …

Je vous le dis, le service public va mal, et on a tout intérêt à rester en bonne santé …

Par contre, je peux vous garantir qu’au prochain pépin de l’un de mes garçons, je vais faire ma sorcière et faire barrage tant qu’on ne s’occupe pas convenablement d’eux !

k7390884

PS : je vais donc me lancer dans le trafic de gaz hilarant pour en avoir toujours avec moi !

Be Sociable, Share!

16 réflexions sur « Et la prise en charge de la douleur alors ? »

  1. je suis effarée de lire ce billet 🙁 quelle horreur ce traitement (enfin, non-traitement) de la douleur ! c’est absolument degueulasse !

    j’ai toujours eu « de la chance » quand mes nains se sont (gravement parfois) blessés, même avec une file interminable, ils etaient conduit en « urgences pedia » avec une infirmière en continue, un doliprane dans les 5 minutes et des jouets, et le medecin intervenait dans les 30min maxi. Je me souviens qu’ils ont toujours pris le temps de rassurer, d’expliquer (même sur un tout petit) chaque geste. Et même avoir pu tenir mon fils dans mes bras pendant une « couture ».
    Je me considère comme chanceuse d’etre toujours tombée sur des « bons » quand je vois autour de moi le florilège de billets, de coups de gueule, et la negation de toute compassion 🙁

    courage et bisoux !

  2. Oh mon Dieu ! J’ai sursauté et poussé un cri derrière mon écran au passage où le doc se retourne et « clac ». Ah ! J’ai du mal à m’en remettre ! Quelle horreur ! Pauvre loulou ! (et pauvre maman aussi, parce que c’est sacrément dur de les voir comme ça 😉 )
    La dernière fois où un de mes fils a eu besoin d’être recousu, la prise en charge a été merveilleuse (faut dire qu’il est arrivé en grande pompe avec les pompiers, la sirène et tout le tralala – il était tombé pendant une sortie scolaire). Même ma douleur de maman a été prise en compte c’est dire (grâce au réconfort et aux bras d’une infirmière compatissante <3). Bref, je me projette forcément dans cette mésaventure et piouf ça me brasse ! 2 minutes de gaz hilarant et trois paroles de réconfort pour le rassurer, ça aurait été trop long, trop dur ?! Ça craint !

    1. Peut-être que le gaz hilarant est retenu sur le salaire du docteur sadique …
      Et en effet, en cas de pépin mieux vaut arriver avec les pompiers car on est pris en charge tout de suite.. encore faut-il qu’ils acceptent de venir te chercher mais ça c’est une autre histoire (vécue).
      Et bienvenue par ici 🙂

  3. Oh purée… justement on en parlait récemment avec des amis, pas mal d’exemples ici aussi…. entre moi qui ai faillit juste mourir, mon mari qu’ils ont fait attendre 6 heures alors qu’il avait un ulcère perforé, les petits on va même pas en parler… je comprends qu’ils sont en sous nombre-débordés-épuisés, mais merde, je ne sais pas, un ordre quant aux réelles urgences ? Une prise en charge pour les petits au moins pour calmer la douleur en attendant ? …
    Et la prise en charge de la douleur des enfants en général en fait, même post-opératoire c’est dérisoire, mes chats sont parfois mieux pris en charge chez mon véto que mon fils pour ses opérations… bref je compatis, j’espère que ça se passera mieux pour la prochaine cascade de petit Monstrou, en attendant des bisous guérisseurs !!!

  4. Mais, il est malade ce médecin. J’aurai surement fait un scandale. Je suis un peu intolérante à la douleur, ne serait ce que pour me faire retirer un pansement je hurle, alors un petit bonhomme… Il y a des limites à la connerie que ce médecin à du dépassé depuis bien longtemps. C’est triste, vraiment triste.

  5. 12 heures d’attente aux urgences du CHU de La Réunion sans manger ni boire après 4 jours de souffrance pour une otite purulente,interdiction de sortir pour cause de cyclone, et s’entendre dire :prenez du doliprane et allez voir un médecin demain, comme si on les avait attendu pour prendre du doliprane .
    Le service public est foutu

  6. Déjà il y a 5 ans pour la pneumopathie, cela avait n avait pas été simple. Ils lui mettaient un patch pour lui faire des prises de sang mais ils le piquaient avant que cela fasse effet ou carrément longtemps après, depuis les piqûres c est cata, en plus arrive au moment de changement de service donc pas agréablement reçu….. On a pas dit à mon mari de quoi il retournait, juste on vois pas sur les radio on fait une irm, en attendant même si mon médecin traitant avait donné un traitement, ils on arrêtes et traite juste la fièvre…. Et en paritaire le personnel était sympa mais comme j étais la ils ne faisaient que le strict nécessaire et ne me rassurait pas forcément ( 3 jours pour que les antibio fassent effets) et pas de reponsent à nos question. Comment rassure un enfant quand nous même on ne sait pas? Enfin bon, on va pas se plaindre chez nous, on est pas allés souvent aux urgences mais le peu de fois cela nous a suffit

  7. la lecture de ton billet est hallucinante, on a envie de s’arrêter à la fin de chaque phrase, mais non, il y a une suite pour continuer dans le « c’est pas possible ! ».
    N’est-il pas possible de faire une lettre de « réclamation » au service de l’hôpital pour que ces pratiques soient connues de la direction ?
    Je te soutiens dans ton « projet » de faire barrage la prochaine fois (le moins de fois possible d’ailleurs !)
    En tout cas, j’ose supposer que la tête de ton Monstrou va mieux….. bisous

  8. Quelle tête de pioche de doc 😉
    c’est un coup à traumatiser un enfant ça purée, j’imagine la mienne qui recule déjà à la moindre vue d’un médoc ou si je veux lui toucher un bobo, là mais plus jamais elle ne se laisserait approcher par un médecin, il a été courageux ton fils…

  9. Quelle histoire hallucinante aucun de mes enfants n’a encore eu à se faire recoudre mais si un jour ça arrive le médecin à pas intérêt à se conduire comme ça s’il veut pas se prendre une bonne gueulante.
    Par contre pour le retrait ne t’inquiète pas moi qui suis douillette j’ai rien senti quand on m’a retiré les 15 agrafes de ma césarienne.

    1. Je ne me souviens pas de celles de mes césarienne, par contre, j’en ai eu en travers du ventre et j’ai morflé pour les faire retirer alors je n’ose pas imaginer sur la tête …
      Mais bon je vais lui dire que tu as dit que ça ne faisais pas mal 🙂 Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *