Dur à aimer… dur à cuire ?

C’est mon premier bébé, il est né hier, et pourtant il a déjà 7 ans !

J’écris «  déjà » parce que  c’est passé vite mais en ce moment je lui dis souvent ( trop souvent) qu’il a « seulement »7 ans.

Je lui dis que non, à 7 ans tout n’est pas négociable, non à 7 ans on ne répond pas ainsi à sa mère ( à 14 non plus d’ailleurs mais à chaque jour suffit sa peine hein…) NON NON et NON à 7 ans on ne trépigne pas, on ne jure pas, on ne tape pas du poing sur la table ( et puis quoi alors ! A 14 ans il va nous renverser la table parce qu’on l’a contrarié?).

J’ai mis mes « non » et mes négations en gras, parce que c’est tout ce qu’il entend, tout ce qu’il voit.
Grand Monstrou, à l’écouter, est la victime de parents despotes qui ne font que le contrarier exprès ! J’en rirais presque en lui disant que OUI on a fait un enfant ( puis deux) juste pour les faire Ch… et leur pourrir la vie parce qu’on s’ennuyait avec son père.

Mais tout est tellement dur en ce moment que je n’ai même plus envie d’en rire. Tout est dur !
Faire un jeu de société devient un cauchemar parce que comme j’explique à Petit Monstrou de nouvelles stratégies pour ne pas perdre, je l’ai «  favorisé » déclenchant ainsi un flot interminable de jérémiades et de reproches de la part de son frère qui finira par nous gâcher le jeu.

Sortir jouer dans la neige se termine en punition car dans son mode « je sais mieux que mes parents »,Grand Monstrou désobéit,se fait prendre et donc punir… retour à la case victime: hyper malheureuse et persécutée ( en même temps, s’il n’a pas de boulot il pourra être acteur).

Tout est dur et pourtant chaque matin depuis le 3 Août, je me dis que c’est toujours une journée de plus de gagnée auprès de mes monstroux… et chaque soir en me couchant je m’en veux parce qu’on s’est tellement disputés avec Grand Monstrou que j’ai fini par crier comme une mégère… Sur l’un, sur l’autre parce que (merde) j’ai 39 ans et je n’ai absolument pas l’intention de me laisser marcher sur les pieds par deux petits mâles ( otrus ?).

Ça ne pouvait plus durer, je l’ai emmené chez une pédo-psychiatre…

Même pendant le trajet, tous les deux en amoureux, sans le petit  frère qui a soi-disant, gâché sa vie ( mais dont il ne peut se passer), nous nous sommes disputés.  Le truc con, il veut un chewing-gum, je refuse puisqu’il va chez un docteur pour parler, je pense que la discussion est terminée mais non… il va « chouiner » et argumenter pendant tout le trajet…je me retrouve en train de hurler au feu rouge :

« rhaaaa mais enfin j’ai dit NON, NON, NOOOOOOOOOOOON c’est donc la fin de la discussion »
« Oui… mais…. »

Je vous jure, je vais finir par lui faire tatouer « oui mais »sur le front à ce gosse !!

La pédo-psychiatre a trouvé «  qu’il avait toujours quelque chose d’intéressant à raconter » (mon dieu, qu’est-ce qu’il a encore affabulé, promis Madame, je ne le drogue pas aux psychotropes, il est né comme ça).
Elle lui a dit «  Grand Monstrou, c’est TOI qui compliques tes relations avec les adultes »…

Malheureusement elle ne lui a pas encore appris comment ne plus compliquer ses relations… Pour ça il va falloir plus de séances, plus de chèques de Maman à qui on ne dit rien ou pas grand chose : secret professionnel oblige.

Je crois que le pire c’est quand il nous dit « oui d’accord » et qu’il s’en va tranquille, faire totalement autre chose que ce qu’on vient de lui demander !

On ne se laisse pas faire, les punitions pleuvent et donc.. Grand Monstrou est malheureux…il pense qu’on s’acharne sur lui.
Ce n’est bien sûr pas le cas, mais le disputer chaque jour use notre patience et j’avoue que je me fâche plus vite, plus fort, plus souvent…

L’autre jour, alors qu’il était encore dans la provocation, je lui ai dit qu’il était «  dur à aimer », il a pleuré… et moi je n’ai trouvé le sommeil que très tard dans la nuit ( culpabilité quand tu nous tiens).

Parce que c’est exactement ça, même si je l’aime très fort, en ce moment c’est souvent dur de m’en souvenir, lorsqu’il me répond, me provoque, se plaint…

A l’école ce n’est guère mieux, Monsieur n’a aucun problème d’apprentissage, il faut juste lui répéter un certain nombre de fois pour qu’il se mette au travail… Sincèrement je plains son enseignante et je la crois sans problème, lorsqu’elle me raconte que souvent il faut qu’elle se déplace jusqu’à son bureau pour lui dire à lui, les yeux dans les yeux, de sortir tel ou tel cahier, de se mettre au travail… ( bientôt il va lui falloir un faire-part pour commencer sa fiche de Français).

Résistance passive ? Recherche d’attention ?

Hier soir alors qu’il venait de faire exactement le contraire de ce que je lui avais demandé je lui ai posé la question… est-ce qu’il cherche à se faire disputer parce qu’ainsi il a plus d’attention de ma part ? Pour rappel, je suis à la maison donc je lui donne beaucoup de temps mais jamais assez à son goût, et il est très jaloux de son petit frère…

Il n’a pas répondu…

J’en viens à redouter les mercredis que j’attendais tant… j’en perds le sommeil… et j’en perds mon latin !

Si quelqu’un avait la notice, le guide des gosses de 7 ans des années 2000 ça m’aiderait beaucoup, parce que là je suis au bord du « rendage de tablier et bigoudis » de la femme au foyer !

Be Sociable, Share!

25 réflexions sur « Dur à aimer… dur à cuire ? »

  1. parce tu parles latin et que tu portes un tablier & des bigoudis ????

    non, sans rire, malheureusement je ne saurais pas t’aider plus que le pro (qui garde le secret médical à propos de ton enfant…… grrrr ! moi aussi j’ai connu ça !).
    dsl

  2. J’ai eu l’impression de retourner 2 ans en arrière dans ma vie de maman soit aux 7 ans de mon fils aussi. Je passai mon temps à crier, le disputer, le punir c’était l’enfer, pour les devoirs, pour les jeux pour tout comme toi. Je culpabilisais et j’étais maheureuse ça me rendait malade jusqu’à ce que je l’emmène voir un neurologue, la suite tu la connais il a des troubles de l’attention avec une légère hyperactivité. Depuis tout est rentré dans l’ordre. Alors je ne suis pas entrain de dire que Grand Monstroux a la même chose mais juste que je compatis parce que passer son temps à disputer c’est triste. Que répond il quand tu lui demandes pourquoi il se comporte ainsi ?

  3. Bon je re commence. Je ne connais que trop tout ce que tu décris, ça me ramène à il y a deux ans, quand Petit Chou avait 7 ans lui aussi. Je ne cessais de crier, le disputer, le punir ça me rendait malade et je culpabilisais pas mal. Jusqu’au jour où on l’a amené chez un neurologue, la suite tu la connais : trouble de l’attention avec légère hyperactivité, depuis tout est rentré dans l’ordre, je prépare d’ailleurs un article là dessus de nouveau. Je ne dis pas que ton fils a le même problème mais je compatis réellement, lui as tu demandé pourquoi il réagissait ainsi ? S’il n’en avait pas assez de se faire houspiller ? Que répond il ?

  4. De ma petite expérience, ça ressemble en effet à une recherche d’attentions.. même si tu lui en donnes autant que tu peux, peut être juge-t-il que c’est insuffisant.
    Ceci dit, ce n’est pas tant la quantité qui compte, mais la qualité de ce temps.
    Et le problème de la jalousie avec le petit.. étant une aînée, j’ai bien connu. Je me sentais délaissée et mise de côté (à tort, avec le recul, évidemment, mais sur le moment, c’est comme ça que je le vivais).. faites-vous souvent des trucs rien que tous les deux? Autre que d’aller chez le psy, qui est sans doute déjà pour lui un contexte « conflictuel » puisqu’il va y parler de ses problèmes et de ses rapports tendus en famille.
    Les punitions semblent ne servir à rien, et donc aggravent peut-être encore les choses sans effets bénéfiques.. mais là, je n’ai pas d’alternative à proposer.. si ce n’est la discussion, mais je sais ô combien qu’elle a ses limites, elle aussi.

    1. En effet, là en ce moment les punitions ne servent pas à grand chose si ce n’est à arrêter les négociations sans fin et confirmer notre autorité qu’il remet en cause constamment en répondant ou désobéissant…

      Mais tu sais quoi, à côté de ça, c’est un gamin qui ferais n’importe quoi pour me faire plaisir, pour rendre service etc… c’est pour ça que je n’y comprends rien 🙁

  5. J’ai lu attentivement ton billet car je retrouve pas mal TiBiscuit dedans, sauf pour l’école et à la différence que je ne me résouds toujours pas à l’emmener chez un pédopsy, pensant peut-être naïvement que j’ai la solution en moi.

    Comme Grand Monstrou, TiBiscuit a aussi du partager ses parents très jeune (18 mois) et pour moi, c’est là que les ennuis ont débuté. Sa soeur lui gâche la vie. Par contre, son petit frère né 7 ans après, pas du tout.

    Bref, avec TiBiscuit, ça marche par vague.
    Parfois tout se passe bien et parfois on est constamment dans le conflit.

    Bizarrement, depuis que son papa est à la maison à cause de la rupture de son tendon d’Achille (déjà 1 mois 1/2), TiBiscuit est moins contrariant. Sauf parfois pour faire ses devoirs.

    Plus on s’occupe de lui et plus il est adorable.
    Il a besoin de se sentir aimer je crois.
    Malheureusement, parfois comme Grand Monstrou il cherche le conflit et donc un moyen de se sentir mal aimé par ses parents.

    Quand il me dit qu’il ne m’aime pas, je lui réponds que ce n’est pas grave que moi je l’aime quand même.

    Je pense qu’ils ont surtout besoin de se rassurer sur l’amour qu’on leur porte.

  6. Oh que je te comprends, et c est vrai qu on se dit comment ça va être la crise d ado, mon dieu! Oui on ne devrait pas crier,trop de punition tue la punition. En ce moment Émilien quoi que je fasse pour lui n est jamais suffisant….. Et quand on le dispute et qu il sait qu il a tord, il dit qu il ne veut plus en parler ça lui donne mal à la tête et c est notre faute, sans oublier que quand il sera grand au moins il pourra partir de la maison……je crois malheureusement que de trop le choyer ils sont devenus des éternels insatisfaits….

  7. Je ne vais malheureusement pas être très originale ma belle! Parce que si j’avais LA solution je la partagerais avec toutes nos « consoeurs »! Et je suis ds le même état, à culpabiliser parce que je crie, je punis, je crie… et comme toi…ça m’épuise…et plus je suis épuisée plus je crie facilement…et je re-culpabilise! Et comme toi, je me dis qu’il faut que je reprenne le boulot au plus vite…seulement je culpabilise encore plus de penser ça…
    Alors je « repense » à ce que m’a dit la psychologue de Gabin…
    « Même si c’est très difficile, il faut essayer de se contrôler et de dire les choses sans crier…fermement mais sans crier… ». Le pire c’ets que ça marche super bien…mais ce n’ets aps tjs évident à appliquer! PLEIN DE BIZ ET COURAGE!!!

  8. Je n’ai pas de solution mais je comprends tout à fait ton désarroi… j’espère que le pédospy continuera à porter ses fruits et surtout malgré tout ce que tu subis, fais attention aux mots, ça marque les enfants plus que des punitions…
    Tu dois être contente quand tu entends « 7 ans l’age de raison » 😉

  9. Les enfants sont de plus en plus comme ça. J’en ai un (grand) à la maison qui était comme ça, sauf que maintenant ça démarre nettement plus tôt (j’ai des neveux de l’âge des tiens, et c’est idem). Alors je vais jouer ma vieille rombière, mais je pense que c’est notre faute. A tous. A la société. A l’école. A la télé. On les couve bien trop, on leur fait faire trop de trucs extraordinaires, ils ont trop d’objets, on leur fait croire qu’eux seuls sont importants etc… je parle « en général ». On ne leur donne absolument pas le goût de l’effort, ils ne souffrent de rien. Tout leur est dû.
    Je vais prendre un exemple très bête : lorsque j’étais gosse, on n’allait jamais boire un coup au café avec nos parents. Ca n’existait pas ou alors vraiment dans les grandes occasions. Et bien je te garantis qu’une menthe à l’eau avec une paille dans un café, c’était juste le bonheur car c’était rare. Maintenant, emmène un gosse dans un café. Il gigote. Il râle que c’est long. Et si par hasard tout va bien, de toute façon pour lui c’est juste « normal ».
    Autrefois on considérait que l’âge donnait des prérogatives. Maintenant c’est l’inverse. Les enfants sont les rois et nous, adultes, devons nous adapter à eux.
    Je vais vite valider ce commentaire car sinon je pourrais être tentée de le supprimer pour ne pas passer pour un vieux machin qui n’aime pas les gosses. Cela n’a rien à voir. J’en ai et moi aussi je dors souvent mal car je m’inquiète pour eux, je me ruine les nerfs et je me plie en 4 pour eux tous les jours (parce que lorsqu’ils sont grands, ce n’est pas plus simple, crois-moi). Simplement je les trouve globalement capricieux et égoïstes, et honnêtement, dans le magasin j’en vois tous les jours, je te garantis que c’est la très très large majorité.
    Pas très optimiste, comme tu peux le constater…

  10. Je n’avais volontairement pas lu les autres comm’. Alors je voudrais ajouter un truc. Effectivement idéalement il ne faudrait pas s’énerver. Et puis punir ne sert à rien. Sauf qu’il faut tout de même que les enfants comprennent que leurs parents ne sont pas des robots, que parfois ils sont fatigués, que lorsqu’on leur dit des méchancetés ça leur fait de la peine etc… notre société, avec notre approbation, à nous, les parents, fabrique chaque jour des petits tyrans.

  11. nan, je squatte pas, mais je profite de mon passage dans le coin pour te remercier de toujours passer me voir sur mon blog alors que je ne suis pas assidue sur la blogosphère – des bises, ma belle !

  12. Bonjour Madame la peste,
    Ton article j’aurai pu l’écrire tellement je vis la même chose sauf que mon petit pirate n’a que 4 ans et demi ! Ca promet !
    Après avoir passé tout un week-end à crier, punir et faire la police entre les pirates (2 1/2 et 4 1/2) j’étais complètement déprimée. Super culpabilisée en me disant que je ne voulais pas communiquer avec des cris. C’est à celui qui criera le plus fort. Avec le papa on en peut plus parfois. Alors un beau lundi je suis partie à la F… pour voir quel bouquin traitait du sujet. Et bien au moins c’est rassurant car au vu du nombre d’ouvrages, ça ne doit pas être un cas à part. Je me suis laissée tenter par « Elever son enfant sans crier ». J’en suis au début. Dès que j’ai fini j’en fais un article. Y’a tant à dire sur la question que je vais m’arrêter là. Sinon c’est toujours la guerre à la maison, un peu moins quelques fois… Courage. Tu n’es pas toute seule !

  13. bonjour Mesdames,

    peut-être oubliée-vous que vous êtes la Maman!
    alors : de l’amour!
    peut-être oubliée-vous que vous êtes l’autorité!
    alors : fermeté!
    peut-être oubliée-vous que vous êtes le législatif!
    alors ; des règles et des lois!
    peut-être oubliée-vous que vous êtes l’exécutif!
    alors : disciple empreinte d’amour!
    peut-être oubliée-vous que vous êtes humaine!
    alors : imposez votre paix des braves!
    peut-être oubliée-vous que vous êtes partie adverse!
    alors : pas de compromis!
    peut-être oubliée-vous que vous avez été avant que lui ne soit venu dans le monde!
    alors : c’est dès le commencement que s’applique ce qui est écrit au-dessus!

    Mr Marcel, alias plumedefou – 70 ans – 4 enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *