Donnons du sang : vite !

Saleté de crabe…

Vous êtes une jeune maman de deux ravissantes filles de 3 et 6 ans, vous décidez avec votre chéri de mettre en  route le troisième,  la grossesse est un peu compliquée, il faut gérer les grandes,  le bébé grandit vite, descend vite aussi mais vous assurez.

Vous ne fumez pas, vous ne buvez pas, vous êtes toujours là pour donner un coup de main, organiser le marché de printemps de l’école maternelle, dépanner une copine avec ses monstroux. Vous profitez de votre grossesse pour repeindre votre maison, faire de superbes cadres avec vos filles, vous avez toujours un mot gentil pour tout  le monde, toujours la pêche malgré ce gros bidon qui vous tord le dos…

Et puis un jour, vous allez faire une prise de sang banale, le contrôle normal de fin de grossesse pour préparer l’éventuelle péridurale dont vous ne voulez pas, mais bon, bonne fille, vous faites malgré tout la prise de sang…

On vous rappelle deux heures après, y’a un truc louche avec vos résultats, on vous repique, et repique encore  et la nouvelle tombe : le crabe est là, bien installé, vous détruisant de l’intérieur  sans que vous ne sentiez rien !

C’est  le choc ! Les sentiments se bousculent dans votre tête, mais il faut agir vite, sortir le bébé et commencer une chimiothérapie lourde…

Accouchement provoqué, deux jours seulement avec votre nouveau né qui est absolument parfait mais qui ne peut rester avec vous dans votre chambre stérile et doit repartir avec son  papa et ses deux sœurs à 80 km de vous.

Et puis commencent les traitements : chimio et transfusions de sang et de plaquettes dont vous avez absolument besoin pour tenir le coup, pour laisser aux médicaments une chance de dégager cette saloperie de crabe.

Vos enfants vous manquent, le traitement vous épuise, vous pensez à ce  nouveau-né que vous n’allaiterez pas, à la rentrée des filles pour laquelle vous espérez une «  permission »,  et vous vous battez pour guérir , guérir vite, guérir complètement !

Seulement voilà, ce matin l’infirmière vous a dit d’un air dépité : « on n’a plus qu’une poche de transfusion et trois patients qui en ont besoin, on ne sait pas quoi faire… »

« C’est toujours comme ça l’été a-t-elle ajouté, les donneurs réguliers sont en vacances, les autres n’y pensent pas.»

On vous avait dit de garder le moral, que la lutte contre le cancer passe par un bon « mental » mais comment ne pas craquer lorsque vous ne savez pas combien de temps vous serez soutenue par des transfusions …

Cette histoire est malheureusement celle d’une amie à moi, mais des tas de malades attendent des transfusions chaque jour et l’été est une période creuse pour les banques de sang alors aujourd’hui je fais appel à vous, tous ceux qui me liront mais aussi tous ceux qui voudront bien transmettre mon message : prenez un peu de votre temps pour donner votre sang.

Si vous avez une heure de libre vous pouvez faire un don sanguin, si vous avez trois heures c’est encore mieux, vous pouvez donnez vos plaquettes  (même procédure indolore que le sang).

Alors pour Céline, mais aussi pour tous les malades qui attendent, regardez sur ce site où vous pouvez faire un don : http://www.dondusang.net/rewrite/site/37/etablissement-francais-du-sang.htm?idRubrique=756

Et surtout faites passer, partagez ce message afin que la météo du sang ne soit plus «  fragile » mais au beau fixe, et que l’on puisse aidez tous les malades dont la survie en dépend…

Merci…

Be Sociable, Share!

40 réflexions sur « Donnons du sang : vite ! »

  1. je partage aussi…. et chez moi, SuperHomme et moi-même sommes donneurs de sang (malheureusement en ce qui me concerne, ce n’est plus le cas du fait d’une autre a=maladie à ne pas transmettre).

  2. On en parlait il y a peu avec chéri-chéri et justement je trouvais bien con de ne pas faire un don presque obligatoire, ça ne coûte rien, c’est indolore et personne n’y pense jamais sans être contre pour autant. On aurait moyen de sauver du monde comme ça… je fais passer et je vais tâcher de m’en occuper aussi c’est trop con !

  3. Terrible cette histoire. Et on en connais tous d’autres aussi horribles. Malheureusement, tout le monde ne peut pas donner son sang. Je l’ai fait des années avant de m’entendre dire que je ne pouvais plus à cause de mes traitements. Cela réduit d’autant le nombre de donneurs.

  4. Quand on connaît le nombre de poches de sang qu’on sort de stock dans les hôpitaux pour une opération « en cas de besoin », et qui partent ensuite directo à l’incinérateur (« heureusement pas eu besoin ! ») parce que ce qui est sorti de stock n’y retourne jamais, ça calme énormément toute envie de donner son sang.

    1. Le jour où tu devras subir une opération peut-être seras tu contente que l’on puisse te transfuser en cas de besoin plutôt qu’on te laisse crever sur la table parce qu’on n’aura pas décongelé assez de poches…

  5. Oui c’est désolant de constater à quel point les gens sont à la fois frileux pour donner (leur sang de leur vivant ou leurs organes après leur décès) et systématiquement incrédules quand ils sont confrontés à la pénurie (pour leurs transfusions et/ou leurs greffes)… Il y a pourtant un rapport logique et direct de cause à effet.

  6. Merci béa pour ton mail. Pour ma part j’ai longtemps donne mais malheureusement pour des raisons médicales je ne peux plus. Mon mari lui le fait tous les ans. Compte sur moi pour relayer le message et motiver du monde si c’est le seul moyen d’aider Celine il faut se bouger la vie est trop injuste. Elle a tout pour elle la gentillesse la générosité et une famille merveilleuse alors merci le crabe tu as pointe ton nez mais maintenant tu vas voir ailleurs et tu lui fou la paix elle a un petit Arthur deux belles filles et un mari qui dégustent assez. Biz a toutes et a tous et motiver vos troupes pour prendre un peu de temps pour tous les malades mais surtout notre Celine a+ ssndrine

  7. Quel témoignage ! Si après ça les dons ne recommencent pas…
    Je fais tourner.
    Mais hélas je ne peux donner mon sang. Je fais paraît-il partie d’une population à risque. Mais bon, c’est un autre débat.

    Courage à ton amie !

  8. L’histoire de ton amie est poignante et tellement injuste.
    J’espère de tout mon coeur qu’elle s’en sortira rapidement.

    J’ai donné mon sang il y a qq semaines (pas assez pour pouvoir redonner). Je donne dès que je peux, j’ai fait un article récemment là dessus.
    Je savais que c’était un geste important, mais je n’en mesurais pas les conséquences comme je le fais après la lecture de ton article.

    J’étais décidée à donner mes plaquettes et mon plasma mais on me l’a déconseillé, je suis 0 négatif, mon sang est précieux pour les urgences (car universel).
    Mais j’essaye de motiver les gens à le faire. C’est important.

  9. J’ai donné longtemps, hélas maintenant j’suis trop agée… mais j’aimerais qu’autour de moi certains y pensent, car c’est souvent , pas par mauvaise volonté, plus par oubli … la vie est tellement prenante !

  10. Au début j’ai cru que tu parlais de moi (2 fillettes 3 et 6ans, et attendant le 3ème….), et puis j’ai vite compris que j’avais beaucoup + de chance que ta cops Céline, et moi qui ne suis pas donneuse de sang j’ai été très touchée par ce qui lui arrive, maheureusement je ne peux être utile ; mais j’èspère très sincèrement qu’elle va sans sortir au + vite pour rentrer à sa maison auprès des siens.
    Courage !!

  11. Courage à Céline. Paul a fait des dons il y a quelques années, hélas il ne peut plus, maintenant c’est Fabrice qui donne tous les 3 mois.
    C’est certain qu’il n’y a pas assez de donneurs, et je pense qi’il faudrait que les médiais se mobilisent un peu plus, sur ce sujet.
    Bises

  12. je vais partager cet article en espérant que certains se sentent concernés
    pour ma part, je ne peux actuellement pas donné mon sang
    en effet durant ma grossesse j’ai fait des infections du rein et depuis j’en fait régulièrement; du coup, je me suis renseignée auprès de l’efs et pour le moment je ne peux rien donner
    à mon grand regret
    tout plein de courage à cette maman, si on peut aussi faire autre chose…. je suis là :))

  13. Pendant un moment je ne pouvais plus donner mon sang à cause de la prise de médicaments et maintenant c’est bon du coup j’y retourne avec plaisir, c’est un petit geste pour le donneur mais un grand pour le receveur alors il ne faut pas hésiter une seconde!
    Bon courage pour ton amie, je lui souhaite des jours meilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *