Devoir conjugal

Lorsqu’on se marrie, notre mère ou nos amies, nous préviennent de certains devoirs conjugaux qu’on devra forcément effectuer, vous savez ces trucs en relation avec la mise en circulation des liquidités, je crois que Rachida Dati appelle ça l’inflation…

Mais personne ne m’avait annoncé que j’allais devoir subir, que dis-je, survivre à : la recherche d’un nouveau costume pour le Poux !

Je suis punie, j’ai du être très très vilaine dans une ancienne vie, non seulement j’ai été emmenée à mon corps défendant dans le grand nord où vit la belle-famille, j’ai été sélectionnée d’office pour arpenter les boutiques avec mon Poux à la quête de THE costume.

Pour rappel,  j’ai HORREUR de faire les boutiques, j’ignore tout de la mode et je m’en moque complètement et là, « Môssieur » ne peut pas y aller tout seul !

J’ai bien tenté un «  vas-y avec ta Maman mon chéri, ça lui fera tellement plaisir » (elle le connait et redoute elle aussi ce genre de séance de « magasinage » avec son fils).

NAN ! Il doit m’en vouloir pour un truc et il a TENU à ce que ça soit moi ! C’est donc la mort dans l’âme que je l’accompagne au « degriff center » où l’on va trouver (ou pas) un grand choix de costumes de marque à des tarifs abordables.

Constatation numéro 1 : il n’y a rien qui ressemble plus à un costume qu’un autre costume… Nous sommes tombés sur un nid : il y en a partout, au point de me donner le tourni !

Nous en sélectionnons quelques uns et commençons la looonngue série d’essayages. Je ne dirai rien sur le fait qu’il a fallu que j’aille chercher la taille supérieure car lorsque j’ai innocemment fait remarquer au Poux qu’il avait repris une petite bedaine, celui-ci m’a affirmé que c’était de la faute des fêtes passées avec mes parents ! ( concours de mauvaise foi : ON )

Brioche ou pas, il est vachement beau en costume mon Poux mais je me demande encore pourquoi il m’impose ça alors qu’à la maison nous avons la version «  pas rasé/jogging pourri/chaussettes radioactives ».

Constatation n°2 : on ne peut même pas reluquer le popotin du Poux, la veste du costume cache tout.

Les deux vendeuses font leur pause café juste à côté de moi et me regardent avec pitié, elles savent quel martyr j’endure, elles ont l’habitude, et si ça se trouve, elles ont déjà du ranimer une ou deux épouses mortes d’ennui pendant  les essayages de leurs maris.

Mais non je suis sauvée, nous sommes tombés d’accord sur LE costume ! Ouf, nous allons partir d’ici, je vais retrouver la saine lumière du jour et non les néons abrutissants du magasin, je vais reprendre le cours de ma vie, faire plein de choses mais… ARGHH

« Tiens, si on en profitait pour chercher un pantalon, ma veste marron est encore tout à faire correcte mais pas le pantalon »

Dépitée, je pique une chaise dans une cabine d’essayage et j’attends patiemment qu’on me montre la sélection des fameux pantalons. D’ailleurs je décide de jouer à « Pretty Husband », je lui fais de petits signes pour qu’il tourne sur lui-même, je hoche la tête où fais la grimace, je suis prête à signer mon chèque «  Richard Gere » quand le Poux me porte le coup de grâce !

Il y a une promotion «  un article acheté, le second à moitié prix », il veut donc choisir un second costume parce que « vraiment ça vaut le coup ». Quand elles ont vu ma tête, les vendeuses ont sorti leur matériel de premiers secours ET de réanimation, mais Mr Poux imperturbable a voulu que je l’aide à choisir une seconde fois.

Retour à la case départ ! Je n’ai pas proposé qu’on prenne deux fois le même, mais j’y ai pensé très fort…

Parce que si je dis que je n’aime pas un modèle qui lui plait ça ne va pas, si je ne dis rien ça ne lui convient pas non plus. Je note mentalement de chercher sur internet, le pourcentage de décisions de divorcer qui ont été prises dans ce genre de magasin.

J’étais en train de me consoler, en me disant que l’avantage de prendre deux costumes tout de suite c’est qu’on serait tranquilles pour au moins un an quand mon Poux a regretté qu’ils n’aient que des costumes d’hiver. Ca revient à dire qu’il lui en faudra un « mi-saison » pour le printemps (ce qui me laisse 4 mois pour trouver une excuse bidon pour NE PAS participer à la recherche du « mi-saison »).

Quand enfin nous avons trouvé les DEUX costumes, je me suis précipitée pour ranger ma chaise et évacuer les lieux mais mon Pretty husband me dit «  il me faudrait aussi des chemises ».

« NAAAAAAAANNN et d’abord elles sont moches ici les chemises » (regard outrés des vendeuses), et puis la mode maintenant c’est nu sous sa veste ! (enfin pour ça va falloir perdre la brioche prise « à cause » de mes parents !).

Be Sociable, Share!

33 réflexions sur « Devoir conjugal »

    1. Bienvenue par ici Monsieur Poireau 🙂
      oui c’est vrai, les rôles sont inversés, mais je ne traine JAMAIS mon Poux dans les boutiques donc pourquoi est-ce que ça tombe sur moi ?
      Et malgré les fêtes, je vais garder mon 36 plutôt que du 42 si ça ne vous dérange pas 😈

  1. ahem… on fait jamais les boutiques ensemble. Ou alors c’est très rare. La derniere fois ça devait etre y’a un an et demi, après la naissance des jumeaux. Mais moi ça me dérange pas de faire ça…. Parce qu’au moins je sais avec quoi il rentre…. parce que ses dernieres chaussures… pouahhh quelles sont moches

  2. Bizarre, ça me rappelle des trucs. Surtout que j’ai la version « très indécis ». L’autre jour, j’ai cru mourir d’ennui dans un magasin de chaussures. Je m’en suis voulu d’avoir eu l’inconscience de lui proposer de l’accompagner.

  3. Ouh! La! La! quelle aventure! Et quelle patience…! Pour ça, on est bien d’accord avec mon homme: On a une sainte horreur des magasins de fringues! Alors moins de temps on y reste, mieux c’est! Si on dépasse la 1/2 heure, on devient cinglés!

  4. Quand chacun se prend en charge, c’est bien aussi ! Et puis, ça crée un effet de surprise en arrivant à la maison, lors des essayages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *