Désolée d’être une femme !

Personnellement je ne suis absolument pas désolée d’être une femme et j’en suis même plutôt fière. Une qui  par contre doit se mordre les doigts d’être née femme c’est Sakineh Mohammadi Ashtiani .

D’ailleurs cette pauvre femme cumule les erreurs puisque non seulement elle n’est pas née avec le bon sexe, mais en plus, elle est née dans le mauvais pays (et quand je dis mauvais je pèse mes mots !).

C’est en effet une bien grave erreur que de naître en Iran de nos jours, car dans cette dictature même pas dissimulée, les libertés individuelles sont constamment bafouées et parce qu’une ignoble barbarie  y reste perpétrée : la lapidation.

Pour la petite histoire, Sakineh est accusée d’avoir trompé son mari avant et après sa mort ( je ne savais pas qu’il était possible de tromper un mort… en Iran SI !). Point besoin de preuve de ce crime « horrible » d’adultère puisqu’on lui a arraché des aveux sous la torture.

D’abord condamnée à 99 coups de fouets (mais que fait Edwige Antier ?) il a été décidé que cette sentence n’était pas suffisante et elle a passée quatre longues années en prison à attendre d’être lapidée jusqu’à ce que mort s’en suive.
L’histoire ne dit pas ce que subirait un homme accusé d’adultère…

Avouez tout de même que c’est un peu ballot qu’elle n’ait pas été une célèbre actrice américaine dont les affres sentimentaux auraient simplement alimenté les tabloïds plutôt que de lui valoir une condamnation à mort.

Grace à la mobilisation internationale, on a renoncé à l’enterrer jusqu’au torse dans le sable et à lui jeter des pierres sur le crâne jusqu’à ce qu’elle décède, mais il est toujours prévu d’appliquer sa condamnation à mort, cette fois-ci par pendaison.

C’est une méthode certes moins barbare mais tout aussi disproportionnée par rapport à un « crime » dont on n’est même pas sûr qu’elle soit coupable . (Lors de son «procès » 3 juges sur 5 ont fortement douté qu’elle ait effectivement trompé son mari).

Aux dernières nouvelles elle serait maintenant accusée d’avoir tué son mari avec la complicité de son amant…très certainement une invention de la milice police Iranienne pour justifier la peine capitale…

Enfin je dis ça mais je ne suis qu’une femme et donc un être sans aucune valeur au pays du Shah où de nombreuses autres femmes attendent dans le couloir de la mort de payer leur soi-disant adultère.

Parce qu’en fait, en Iran, pour se débarrasser d’une femme dont il ne veut plus un époux n’a qu’à l’accuser d’adultère et hop…il y a de fortes chances pour que, sans aucune preuve à l’appui,  il soit définitivement libéré de son épouse : merci la justice !

Continuons à protester contre ces condamnations abusives et unissons nos voix pour faire libérer  Sakineh : www.freesakineh.org

Et quand je pense à l’Iran je pense à mon amie Yasmina,  une Iranienne qui a eu la bonne idée de faire sa vie aux États-Unis mais qui, lorsqu’elle doit renouveler son passeport ( iranien), doit fournir une lettre  de son époux l’autorisant à quitter le territoire sans lui ! Bien entendu le contraire n’est pas vrai… en Iran ils ne sont toujours pas au courant que les hommes et les femmes sont égaux ( avec même une légère supériorité pour les dernières !).

Be Sociable, Share!

19 réflexions sur « Désolée d’être une femme ! »

  1. Tous les châtiments sont inhumains me direz-vous, mais celui-là l’est particulièrement lorsque l’on considère le « crime » en question ! Pour inhumain qu’il soit, il fut pourtant bien un jour conçu dans le tête d’un homme, un semblable. Un semblable ? Ah, non, je réfute, je refuse, je ne fais pas partie de cette engeance-là. Un p’tit booling avant l’apéritif ? Ah, non, c’est vrai, là-bas on ne boit pas. Merci Béa pour le relais, on n’est jamais assez !

  2. La religion, les croyances ont bon dos pour légitimer ce genre d’actes dans certains pays. Ces hommes, qui s’estiment si haut dans la chaine de l’évolution humaine n’ont pas le courage d’assumer des pulsions que même un animal ne pourrait se résoudre à avoir : d’où le recours à une loi venue d’on ne sait où : religieuse ? morale ? Peu importe, mais surtout pas leur faute à eux. Se substituer à un dieu pour punir un être humain est un acte qui manque terriblement d’humilité. Ces hommes si imbus de leur testostérones sauraient-ils rendre la vie à un de leurs saints ? Non… Alors pourquoi s’arrogent-ils le droit divin de donner la mort et la souffrance ? Honte à eux.

  3. Mais quelle horreur… il y a vraiment des endroits du monde où il ne fait pas bon vivre lorsqu’on est une femme. Et peut-être que ce qui me chagrine le plus, c’est que je ne vois pas bien comment cette façon de voir les choses pourrait s’arrêter puisque les garçons sont élevés dans cette optique dès leur plus jeune âge. Ils ne connaissent que ça, ils sont bercés à la violence voire la barbarie, c’est dramatique.

  4. Toutes ces histoires de femmes martyrisées ou tuées sous prétexte de religion me rendent malade en Iran ou ailleurs… je n’aurais aucune pitié pour ces soi disant hommes si j’avais un quelconque pouvoir… aucune pitié…
    malheureusement ce n’est pas demain que tout ça va s’arrêter… misère humaine…

  5. Comme c’est la toute première fois que je viens « chez toi » je ne vais pas trop « crier », ça fait mauvais genre, mais c’est complètement le type de situation, mentalité, « procès » qui me révolte … besoin de ton mari pour t’autoriser à voyager, tromper son mari après la mort… ça me met très en colère, très très en colère… Sinon enchantée… j’arrive de chez bbflo…

    1. Bienvenue par ici maman@home 😀 ( et merci Bbflo de m’envoyer du beau monde)

      Ici tu peux crier tant que tu veux surtout pour une telle abomination.

  6. un autre pays…. carrément un autre monde !
    avec ses « habitudes » révoltantes !
    Alors si nos voix peuvent aider au changement, ce serait une petite aide…..

  7. Je suis un homme, sans pour autant être désolé d’en être un. D’ailleurs, avec les « avantages » que ce sexe me procure, je serais mal placé pour gémir. Homme et citoyen d’un pays démocratique où les droits de l’homme sont acquis, ou plutôt préservés ou, pour être plus proche de la réalité, bafoués un peu plus chaque jour. Par des hommes, mais aussi et hélas ! par des femmes. Concernant celles-ci je pense, par exemple, à ces mères qui font appliquer et endurer l’excision. Chez nous. Exemple de cruauté, hélas pas le seul.
    Les « droits de l’homme » sont une chose. Les textes les concernant ont été rédigés par des hommes qui, sciemment ou pas, par un jeu sémantique à la con (nuance entre « je suis homme » (donc être humain) et « je suis un homme » (un mâle) ont exclu les femmes (ces êtres secondaires qui ont attendu des siècles avant que leur soit « concédé » le fait qu’elles ont une âme) des droits qu’ils se sont eux-mêmes attribués, pour leur propre intérêt.
    Ce n’est qu’une idée, pas une leçon (n’ayant pas de leçon à donner à celles qui portent et donnent la vie, contrairement aux hommes qui la prennent et la suppriment), mais peut-être serait-il temps de repenser ce terme « droits de l’homme » et de le repabtiser « droits des êtres humains », et tant qu’à faire, « droits des êtres vivants ».
    Ceci dit, ce qui se passe en Iran, mais aussi dans d’autres pays de monde, je parle de l’atteinte à l’intégrité des êtres humains et plus particulièrement des femmes, est insupportable. Pourtant les politiques le supportent, voire pire, marchés et real politic faisant loi. Individuellement, sinon dénoncer ces agissements barbares, nous n’y pouvons pas grand chose. Ce qui n’est pas le cas en ce qui concerne ce qui se passe à notre porte devant laquelle nous pouvons balayer. S’exprimer comme vous le faites dans ce blog est déjà un premier pas, louable. Rester en éveil et réagir à toute forme d’injustice est un deuxième pas que nous devrions tous faire, et les événements qui se déroulent ici même sont la garantie que nous allons bigrement marcher.
    Merci pour votre blog.

    1. Merci pour votre visite 🙂

      Je doute que l’on voit apparaitre un jour des  » droits des êtres humains » puisque l’objectif à peine dissimulé dans bien des pays dits  » riches » est d’appauvrir suffisamment la  » masse populaire » de façon à ce qu’elle soit si obnubilée par sa  » survie » qu’elle ne se rende pas compte à quel point la démocratie recule…

      Si seulement le fait de grogner de temps en temps sur les blogs pouvait y changer quelque chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *