Complainte

Dés mon entrée dans la maison , elle a dit que j’étais beau, mais qu’il allait falloir me couvrir car j’étais beaucoup trop clair.

Mon dieu, étais-je tombé dans une famille raciste ?

Finalement après quelques semaines à peine, j’ai vu arriver un tout petit bonhomme d’à peine deux kilos et là j’étais heureux car toutes les deux heures je les retrouvais pour la tétée.

J’ai assisté avec beaucoup d’émotion à ses premiers pas, à ses tentatives pour grimper sur moi, puis avec tout de suite moins d’émotions, enfin pas les mêmes, à son premier vomi sur moi. J’ai enfin compris pourquoi on avait recouvert mon beau tissus de nubuck jaune d’une immonde housse de couette bleue ( la déco c’était pas leur truc).

J’ai aussi rencontré la belle-mère de la famille, une personne très drôle, 45 kilos toute mouillée mais persuadée d’être énorme. Du coup, lorsqu’elle dormait sur moi la nuit, je faisais grincer mes ressorts que je lui plantais savamment dans les côtes pour la convaincre qu’en effet, elle était très lourde.

Quelques mois plus tard , on m’a transporté la tête en bas, les ressorts à l’air, vers une autre demeure et là j’ai souvent hébergé la mère de famille qui était étrangement devenue une grosse baleine.

Puis, est arrivé un second petit bout, toujours d’à peine deux kilos, mais celui-là était si souvent au sein de sa mère qu’elle ne venait pas forcément sur moi pour l’allaiter, elle faisait tout d’une main, son fils accroché au sein.

Le premier avait bien grandi et me sautait allègrement dessus avec ses chaussons et ça faisait crier tout le monde (surtout mes ressorts en fait).

Et une terrible aventure m’est arrivée, j’ai voyagé pendant près de trois mois dans un bateau et laissez-moi vous annoncer que même les plus beaux canapés dans mon genres souffrent du mal de mer ! En plus, croyez-vous qu’ils m’auraient payé une cabine ? Même pas, trois mois au fond de la cale aux côtés de monsieur Lit ce crâneur qui me disait tout le temps que c’était lui le préféré de la famille.

J’ai envisagé de moisir sur place pour manifester mon mécontentement, mais je ne me suis pas résolu à l’autodestruction, j’étais bien trop malade de toute façon.

Arrivé sur terre, bien mal en point, mes ressorts prêts à rouiller de tant d’humidité dans la cale, j’ai cru que mon malheur allait enfin s’arrêter, mais pensez-vous, les monstres avait bien grandi pendant mon absence et leur principal jeu était de me sauter dessus.

Le petit était le plus démoniaque car en plus, il s’oubliait régulièrement sur moi, et je ne compte pas les crottes de nez, collées par les deux compères, discrètement sur mon dossier.

Je me suis bien vengé de temps en temps en les assommant grâce à mes durs accoudoirs mais ils reviennent constamment à la charge.

Je ne veux plus rester ici, les enfants sont maintenant de grands gaillards qui ne savent pas s’asseoir correctement, me montent dessus, me secouent les coussins, me torturent les ressorts.

Le père n’est pas beaucoup mieux à vrai dire, il me remet régulièrement ma couverture en lâchant des jurons contre ses lardons, mais au moment de s’asseoir il laisse violemment tomber son postérieur sur mon pauvre coussin droit et croyez moi, il s’est sacrément enrobé depuis que je l’ai rencontré.

La mère est la plus douce avec moi, elle est divinement légère, ne me pète quasiment jamais dessus contrairement aux autres et lorsque ça lui arrive, cela sent évidemment la rose ou le mimosa.

Elle a tout de même une fâcheuse tendance à dire que je suis sale ( la faute à ses mioches hein!) et que je lui casse le cou, mais c’est parce que dès qu’elle s’installe sur moi elle s’endort profondément, la tête tordue sur mon accoudoir.

Mais même si c’est ma préférée de la famille, je veux partir !

Ça va faire neuf ans que je suis dans cette famille et je lance un SOS, s’il y a une association de défense des canapés, pitié contactez là je veux partir !

Je suis sûr que je ferais très plaisir à un petit couple de retraités ( étanches, merci d’avance).

S’il vous plait, aidez-moi !

( Un canapé fatigué)

 

k6068004

 

Be Sociable, Share!

2 réflexions sur « Complainte »

  1. à mon avis, lui, il a droit à une réduction de sont temps à travailler du fait d’une pénibilité au travail importante !
    Allez zou !moi, je lui accorde le droit d’aller en maison de retraite pour canapé !!!

  2. super argumentaire mais pas certaine que cela soit suffisant pour persuader Mr Poux d’investir dans un nouveau canapé assorti à ton salon et tes futurs nouveaux meubles, rideaux, encadrements, … !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *