Ce n’est pas de ta faute…

 

Le verdict est tombé, tel un couperet, la guillotine a frappé l’avenir de mon fils, il a trop déconné, trop manqué de respect, il ne sera pas repris en section sportive.

On s’en doutait un peu, des mois qu’on lui remonte les bretelles tous les week-end, qu’on lui fait la morale et qu’il dit “ oui oui, je vais me calmer”.

Depuis qu’on me l’a annoncé au téléphone tout le monde me dit “ce n’est pas de ta faute” et moi je ne peux m’empêcher de me demander ce que j’ai raté avec ce gosse. Bordel il est intelligent (et ce n’est même pas la fierté maternelle qui parle), comment se fait-il qu’il n’ait pas réussi à se canaliser, à se calmer, se conformer ?

Bon ok ça n’a rien à voir avec l’intelligence, mais je voulais dire par là, que je pense sincèrement qu’il comprenait ce qu’on lui disait ,qu’il comprenait qu’il fallait se calmer.

Il n’a pas réussi, bien évidemment maintenant il est choqué, jusqu’au dernier moment il s’est bercé de l’illusion qu’ils allaient le garder quand même. Il a été soutenu, encouragé mais IL n’a pas fait assez d’efforts, il s’est laissé emporter, il s’est mal comporté…

Ce n’est pas de ta faute me répète-t-on … mais si en fait… j’aurais du râler plus, le priver des choses qu’il aime, me fâcher encore plus… le “recadrer”…

Si je suis incapable de recadrer un gamin de douze ans qui fait le con en cours qu’est-ce que je vais faire de lui a quinze ans ?

Je suis « la mère de » celui qui fait les conneries, on connaît mon nom dans l’établissement, je tremble quand le collège téléphone, et j’envie tellement les mamans des enfants qui ne se font pas remarquer… qu’est-ce que j’ai foiré dans son éducation ? Est-ce que j’ai foiré aussi celle du second ?

Là tout de suite j’ai juste envie de partir dans le Larzac élever des chèvres, seule dans la nature, loin de tout cela, mais à tous les coups je planterais aussi le dressage des chèvres, y’a qu’à regarder le boxerfou …

« C’est lui qui a foiré, pas toi » me dit-on, mais si j’avais … et si j’avais… ou si … Ça tourne en boucle dans ma tête… je ne pense plus qu’à ça !

Je ne suis pas assez stricte, pas assez sévère, et puis je les aime trop aussi … Quand le judokado rentrait, bien sûr on lui faisait la morale, systématiquement sur le chemin du retour de la gare le vendredi il avait sa ptite piqûre de rappel mais ensuite j’avais juste envie de lui faire ses plats préférés, de le serrer dans mes bras pour rattraper toute cette semaine d’absence… On l’a menacé, engueulé, il a, lui même, écrit un contrat de « comportement », un très beau texte qu’il a du appliquer environ 48 heures…

Alors oui on peut dire qu’on a fait ce qu’on a pu, mais visiblement ce n’était pas assez..

Je râle souvent qu’ils ne participent pas suffisamment mais d’un autre côté je me dit qu’ils sont encore un peu dans l’enfance et que des corvées, des responsabilités ils en auront bien assez lorsqu’ils seront adultes…

Pourtant dès le début de l’année il était ravi, c’était son truc la « section », malgré les longues semaines, malgré l’internat, il aimait ça.

Est-ce qu’au moins ça va lui servir de leçon, ou est-ce que les choses vont empirer avec moi comme spectatrice incapable de le protéger de lui même, de le remettre dans le droit chemin.

Il va retourner dans un collège où il est déjà fiché comme « agitateur » mais ou surtout il n’y a pas que de belles personnes …

Comment je fais moi pour l’empêcher de fréquenter les « mauvaises »?

Le priver de sortie jusqu’à ses 25 ans est très tentant je vous avoue …

Cet échec, c’est le sien, mais c’est aussi le mien… arrêtez de me dire que ce n’est pas de ma faute (même si c’est gentil), par contre si vous avez des idées pour lui apprendre que les profs ne sont pas ses ennemis et qu’il leur doit le respect vous êtes les bienvenus, parce que là c’est mal parti …

Bon je reviens je vais acheter des poissons rouges … au moins eux ils ne feront pas de vagues … (on me dit que si).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Be Sociable, Share!

18 réflexions au sujet de « Ce n’est pas de ta faute… »

  1. Ils le reprendront peut etre dans un an s’il se comporte bien l’annee prochaine?…
    C’est une bonne leçon. Les enfants pensent toujours que nous rigolons lorque nous les mettons en garde! Tout ne leur est pas du. Si tu ne comportes pas bien pour rester et fais pas des efforts, et bien tu en payes les pots casses. Pour ma premiere, je lui ai dit plusieurs fois de reviser serieusement pour ses « finals ». Elle m’a soutenu qu’elle etait prete! Je n’ai pas insiste cette fois-ci (j’en ai marre de raler). Et bien voila, les resultats tombent et c’est tres tres juste. Ce n’est que le college, mais l’annee prochaine les « finals » seront tres importantes au lycee pour valider leur module. Il faut bien qu’ils apprennent maintenant car ce n’est pas encore trop tard… Courage Bea! Ce n’est pas pour autant qu’il ne pourra pas faire du Judo et continuer a grimper sur les podiums. Bises.

  2. Ouch que dire … comment se projeter à ta place et comprendre… je ne sais pas ce que je ferais. Peut être qu’après un petit temps de digestion je lui demanderais ce qu’il retire de cette expérience ,où il situe les responsabilités. ce qu’il compte faire /veut faire de son avenir à court terme et comment il envisage d’y parvenir ainsi que le retour au collège. Peut être que j’essayerais de le faire se « projeter dans quelque chose d’actif et de positif tout en l’amenant à reconnaître sa/ses responsabilités  » mais tout ça ce sont de jolis mots. En attendant je t’envoie toutes mes bonnes ondes et mon soutien virtuel

  3. « Je ne suis pas assez stricte, pas assez sévère, et puis je les aime trop aussi … »
    bordel t’as vu où qu’on pouvait trop les aimer ?

    Non ce n’est pas de ta faute. Et tu le sais quelque part. Il fait son entrée dans la vie d’adulte (même si je le concède, 12 ans, c’est tôt), parce que quelqu’un d’autre que toi vient de lui dire que ça n’était pas possible. Et je crois – même si sans aucun doute je serais dans le même état que toi si ça arrivait à l’un des miens – c’est peut-être une grande leçon pour lui. Il le prend comment d’ailleurs ?

    Bises ma pestouille !

  4. et zut !!!!
    pourtant, il était prévenu comme tu dis….
    mais à lui maintenant de comprendre que les avertissements étaient pour son bien (et non pas pour le « plaisir » de se faire fâcher), et les regrets qu’il nourrira l’an prochain pourront peut-être le faire grandir et le responsabiliser un peu plus.

    En attendant, je note que tu as des projets sous le coude : éleveuse de chèvres dans le Larzac… ça pourrait me faire une destination de vacances pour le week-end, non ? :p

    courage et plein de bisous à tous les 4.

  5. Hello! C’est un coup dur mais peut être aussi un mal pour un bien. Tu parles aussi beaucoup de toi, mais le papa a de l’autorité aussi?
    Sinon, pour l’année à venir, tu l’auras beaucoup plus sous les yeux, ce sera surement plus simple pour le recadrer. Et puis tu n’auras plus cette envie de le chouchouter que le week-end, ce sera l’occasion d’être hyper ferme sur les fréquentations. 12 ans c’est encore jeune, tu peux le gérer.
    Maintenant, tu peux aussi l’axer sur le positif, le judo et autres choses qu’il aime.
    Concernant le respect, je crois que c’est le mal du siècle pour nos enfants. On a ce mot à la bouche sans arrêt…
    C’est dur d’avoir un enfant qui ne rentre pas dans le moule, mais c’est aussi une force pour lui plus tard, tu sais qu’il se débrouillera.
    En amont, tu peux peut être prendre rendez-vous avec le collège de la rentrée et mettre au point une stratégie de bon comportement, un cadre strict.
    Des bises! Et relativise cet échec, il apprend.
    Marion

  6. Tu ne peux pas aller en classe à sa place. A un moment, comprednre qu’on leur a donné le meilleur et que c’est à eux de faire ce qu’ils ont à faire, c’est vital…Quant à punir, priver, remonter les bretelles…si ca fonctionnait il n’y aurai plus d’exclusions, plus d’heures de colle, plus de prisons non plus…

  7. Je suis comme toi, j’ai énormément de mal à punir par privation … aussi parce que je ne suis pas certaine que ce soit une méthode qui fonctionne.
    J’ai de la chance, mes ados sont des élèves agréables par contre mon 13 ans ne bosse quasiment pas et arrive à avoir une très bonne moyenne. Et quand on lui dit qu’il pourrait avoir beaucoup mieux, il nous répond qu’on a de la chance qu’il travaille un minimum parce que ça pourrait être pire, parce que franchement, il s’en fout de l’école.
    Plus je lis les parents, plus je me demande si l’école est adaptée à nos enfants. Je pense qu’il y a de gros gros changements à envisager pour que les élèves s’y intéressent. Ils ne sont pas comme nous, ils ne grandissent pas dans le même univers.

    Enfin, je te souhaite bon courage pour la prochaine rentrée. je doute que ce sera simple pour toi … Chaudoudoux

    1. oupss je n’avais pas vu ton commentaire, merci ma belle ( je pense que petit monstrou ne se fatiguera pas trop non plus)
      Je te confirme que l’école et le collège ne sont pas du tout adaptés aux enfants de maintenant et leurs pauvres profs n’y peuvent rien …

  8. Coucou béa, j’ai mis un peu de temps a répondre car ta question est un peu compliqué. Je dirais que la vie dans laquelle nous vivons n’aident pas nos enfants à grandir. Avant si on était dans la rue avec les copains et qu’on faisait une « petite » bêtise, le voisin avait vite fait de nous disputer gentillement. L’éducation était l’affaire de tous, et tant que nous n’aurons pas pris conscience de cela, et bien nos enfants nous prendrons pour des « vieux chnoque « . Et puis notre système éducatif est lamentable, plus de devoirs en primaire, plus d’autorité des professeurs, de peur de se faire taper dessus…. Voilà le problème de la société c’est la peur de l’autre. On met plein de choses en place pour soi disant aider nos enfants face à leurs difficultés. Mais redonnons l’autorité aux institutions et aux parents et notre monde n’en vivra que mieux. Courage béa nous avons tous des choses a nous reprocher, il faut juste avancer ensemble et quelque fois trouver un autre référent qui aura une bonne influence dans leur vie.

    1. Bonjour, je viens de lire votre commentaire et je ne suis absolument pas d’accord avec vous.
      Déjà, le voisin qui  » avait vite fait de nous disputer gentiment », à moins que le voisin soit tonton Alphonse, et qu’on le connaisse depuis super longtemps (et même encore là…!), jamais je ne laisserai un voisin faire quelque réflexion ou remontrance que ce soit à mon enfant. D’abord parce qu’il n’en a pas du tout le droit, et ensuite parce qu’il n’a pas forcément les même opinions que moi concernant l’éducation…gentiment pour lui, c’est peut-être une claque, un coup de pied aux fesses ; et pour quel motif ? quelle « petite » bêtise aurait-il le droit de sanctionner ? Non, pour moi, le voisin doit venir me voir, m’informer, et ensuite, JE gère le problème.
      Ensuite, « plus de devoirs en primaire », c’est absolument nor-mal ! Tout d’abord, les devoirs à la maison marquent bien trop la différence entre les enfants suivis et les autres (un gamin à qui les parents ne font pas attention oubliera souvent de les faire et sera puni, un enfant dont les parents sont illettrés ne pourra pas être aidé s’il a des difficultés, et vous avez déjà essayé d’être à l’aise devant un môme qui vous montre un travail constellé d’erreurs en vous disant « c’est bien, hein, ma maman elle a tout regardé et elle a dit qu’y avait pas de fautes ! »). Ensuite, les enfants passent déjà TOUTE leur journée à travailler, car à cet âge, tout est un travail, même le dessin, même la chanson. Mais si vous observer les petits animaux dans la nature, vous verrez…c’est en jouant qu’ils apprennent ! Il faut laisser du temps aux enfants pour jouer. C’est essentiel. Au lieu de se battre jusqu’au dîner pour un devoir qu’il ne veut pas faire. Déjà que certains sont en difficultés à l’école, qu’on leur met la pression à cause de ça…ramener de la souffrance supplémentaire à la maison n’aidera pas !
      Enfin, « plus d’autorité des professeurs, de peur de se faire taper dessus », alors là, je ne fais même pas un mètre soixante, j’ai des élèves, déjà en 5e qui sont plus grands que moi (et en 3e, j’en parle même pas 😀 !) ça ne m’a jamais empêché de me faire respecter ! Y en a pas un qui moufte quand je pique une gueulante. Par contre, travailler par projet, les laisser bosser à leur rythme, à plusieurs, leur montrer que plusieurs matières se rejoignent pour un même thème, laisser en effet un léger bruit de fond s’installer parfois (mais pas pendant que j’explique, hein !), c’est salutaire. Parce qu’on n’apprend jamais quand on a peur, quand on est mal à l’aise, quand on est en compétition avec les autres. C’est le collège à l’ancienne qui n’est plus approprié aux enfants d’aujourd’hui, pas l’inverse.
      Ce sont les brimades, punitions excessives, humiliations qui sont à l’origine des problèmes de nombreux adultes.
      Cet enfant a été viré de sa section, bon. Je ne connais pas la situation…a-t-il été si désagréable ? a-t-il voulu jouer un rôle devant les autres, ou face à un prof avec qui ça n’allait pas ? Je n’en sais rien. Mais je ne me permettrai pas de juger, ni dans un sens ni dans l’autre, mettant la « faute » sur le dos qui de l’enfant, qui de l’institution, qui des parents. Chaque situation est différente, chaque enfant est unique. Ne généralisons pas à l’emporte-pièce s’il vous plaît.

  9. Bien sûr que c’est aussi de la faute des parents. Un gamin de 12 ans ne peut pas assumer seul ce qu’il advient de lui, c’est d’ailleurs la définition même d’être mineur.

    Après, rien n’est une fatalité. Il suffit de corriger le tir (et ça évite de recommencer avec la fratrie par exemple).

    Le plus important je pense, c’est déjà de s’en rendre compte.

    Après, dans les « recettes » (qui ne sont pas miracles), il y a notamment de tenir ce qu’on dit.
    Et de ne pas punir n’importe comment aussi. La sanction doit toujours avoir un rapport avec la faute, et ne peut jamais se passer d’une explication (qui ne prenne pas la forme d’un serment).

    Et, oui, les enfants en veulent à leur parents quand ces derniers les sanctionnent. Mais si on ne supporte pas de se fâcher avec eux, alors c’est peine perdue pour espérer avoir une quelconque influence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *