Archives de catégorie : écologie

Pourquoi le plateau d’avron a-t-il été saccagé ?

Il y a des articles sponsorisés qu’on accepte sans grand enthousiasme parce que les épinards sans crème c’est moins bon… Il y en a d’autres qu’on accepte par conviction comme celui d’aujourd’hui !

Je suis révoltée qu’une fois de plus les gros sous l’emportent sur le bon sens, je ne suis pas étonnée, quand on vit dans une société où le profit est plus important que l’environnement et le tourisme plus important que le rythme des enfants, le saccage de la Forêt du Plateau d’Avron n’est qu’un massacre parmi tant d’autres…

Photo du saccage de la Forêt du Plateau d'Avron

Que s’est-il passé ? Dans l’indifférence quasi-générale des média traditionnels, une déforestation de près de 2 hectares a été orchestrée, touchant un Espace Boisé Classé (plus de 200 arbres) et laissant à sa place une plaie végétale béante qui défigure le Plateau d’Avron. Ce parc, qui était un véritable havre végétal pour Neuilly-Plaisance, s’en remettra probablement, mais dans combien de temps ?

Pourquoi ? Parce qu’un pylône de ligne haute tension a été sauvagement installé sans aucune autorisation sur une propriété privée. En 2007, le propriétaire du terrain obtient le retrait du pylône par Réseau de Transport d’Electricité (RTE), par décision de justice sous astreinte. La Ville de Neuilly-Plaisance, soucieuse d’éviter que ce retrait ne soit synonyme de mini-catastrophe écologique, propose des solutions respectueuses de l’environnement (enfouissement des lignes, déplacement, etc.). Elle n’est pas suivie, la solution imposée par ceux qui sont à l’origine du problème et avec l’aval de l’Etat est à la fois la plus dommageable pour le Plateau d’Avron et la plus coûteuse : près d’1M€ qui va être prélevé sur les factures EDF des consommateurs !

En avez-vous entendu parler dans la presse traditionnelle ? NON ! ( seul le Parisien a relayé l’information)

Et pourtant c’est une mini catastrophe écologique qui a eu lieu, pas une tempête, pas un tsunami, non une catastrophe due au manque de bon sens, aux gros sous et à l’entêtement de RTE ( réseau de Transport d ‘Electricité).

Le but de ce billet n’est pas de revenir sur ce qui s’est passé, les arbres rares sont morts, déracinés, on ne pourra plus rien faire pour eux…

Le but est d’informer au maximum le grand public afin qu’on ne laisse plus arriver ce genre de carnage…

Et j’ajouterais en mon nom que j’aimerais beaucoup que nos médias arrêtent de nous saouler avec les frasques de Depardieu et ses congénères ( enfin ex-congénères) et qu’ils nous informent vraiment… De ce qu’il se passe chez nous ( Plateau d’Avron) ou ailleurs ( qui a des nouvelles du Japon ? de l’Amazonie ?)

Béalapoizon… passablement écoeurée…

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon truc à moi c’est le ménage à 3 !

La semaine dernière, j’en avais marre que Mr Poux soit constamment en déplacement, j’ai signé pour un ménage à 3  avec Sweethome.

Non ménage à 3 n’est pas un site de rencontres pour femmes délaissées, esseulées, c’est la nouvelle marque de Sweethome pour les activités de ménage et repassage à domicile.

Crédit photo : Sweethome

Le principe est simple, il faut être 3 pour faire un bon ménage :

1. Vous expliquez à Sweet-home le ménage que vous souhaitez ( Client impliqué)

2. Sweet-home s’engage sur un service personnalisé ( Prestataire attentif)

3.  Les salariés de sweet-home assurent un ménage à votre image. ( Intervenant avisé)

 

Mardi dernier,toute l’équipe de Sweet-home nous a accueilli dans leur sweet-center qui est un appartement témoin mais aussi le lieu de formation des salariés ainsi que les bureaux de l’équipe et surtout un show-room qui permettra l’organisation d’ateliers de repassage et de création de produits ménager écologiques ouverts à tous ( enfin toutes, si j’en crois la proportion hommes/femmes de l’atelier de mardi dernier).

Tout a commencé par un message « Si vous êtes blogueuses, que vous ne savez pas repasser et que vous êtes intéressées par des produits d’entretien écologiques contactez… le Loup-Garou ( private joke).

Ce message portait mon nom !! Des années que je créée mon « pschiit magique » à base de vinaigre blanc, et des années aussi que je suis allergique au repassage !

Ça commence dès le dépliage de la table à torture à repasser qui me pince méchamment les doigts, puis je ne sais jamais par quelle main attraper mon fer, et enfin, les faux-plis m’adorent…

Donc j’ai ri, et j’ai dit que si chez Sweet-home ils étaient capables de m’apprendre à repasser une chemise correctement je signerais… j’ai signé !! ( en plus, dès le début ils m’ont appris à déplier la table sans me faire mal au dos ni y laisser trois doigts)

Le thème de l’atelier c’est de repasser une chemise sans plis en moins de 5 mn mais je partais de très loin, donc mon objectif perso était juste d’éviter mes amis les faux-plis ! ( Ne racontez surtout pas ça à Mr Poux, il repasse ses chemises tout seul comme un grand et j’ai bien l’intention que ça dure!).

N’empêche qu’on a assisté à un concours entre les deux sympathiques personnes qui nous ont expliqué toutes les astuces, on les a chronométrées, la première a rendu une chemise impeccable en 4minutes, la seconde en 4mn 20 !!!

L’atelier sur la conception de produits ménagers écologiques et économiques était super intéressant aussi, et pourtant je suis déjà bien calée sur la question. L’intervenante était au top, l’atelier s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur de créer notre propre réaction chimique en même temps que notre nettoyant salle de bain. ( des gosses en fait !! de vrais gosses).

 

La bonne nouvelle c’est que vous aussi vous pouvez participer à ces ateliers en vous inscrivant sur la page facebook de sweethome :

les prochains ateliers sont déjà programmés  au SweetCenter 16 rue de la Fontaine au roi, Paris 11éme ( oui malheureusement c’est juste pour les parisiennes… pour le moment !)

le 17 Juillet 2012 de 18h00 à 20h00

le 18 Septembre 2012 de 18h00 à 20h00

le 16 Octobre 2012 de 18h00 à 20h00

le 27 Novembre 2012 de 18h00 à 20h00

Franchement n’hésitez pas, la bonne ambiance et la bonne humeur sont assurées car toute l’équipe est absolument charmante !

Je profite de ce billet pour remercier toute l’équipe Sweethome pour son accueil  chaleureux (on vous attend dans le 28  et le 78 !).

Rendez-vous sur Hellocoton !

On mange quoi alors ?

Je n’aurais pas dû regarder l’émission notre poison quotidien (que vous pouvez revoir ici)

C’est le genre de programme qui me déprime pour des semaines entières, et que pourtant je piste et ne rate jamais, histoire de me tenir informée (enfin les rares fois où l’on daigne nous dire la vérité).

Comme prévu, dès les premières minutes  j’étais accablée parce que même si j’étais au courant de la dangerosité de la plupart des produits évoqués, je ne me rendais pas compte à quel point chaque jour j’offrais à mes enfants un cocktail de poisons.

Par exemple, bien que les soi-disant professionnels de la santé alimentaire l’aient toujours nié ( business et évaluations objectives ne sont pas copains) je savais depuis des années que  l’aspartam est un cancérigène mais je ne me sentais pas spécialement concernée.

Mais l’aspartam est partout ! Dans le fluimucil (expectorant en poudre) que j’ai donné à Petit Monstrou il y a deux semaines, et bien sûr dans le coca zéro dont Grand Monstrou raffole, à mon grand regret.

Du coup assez vite, j’ai posé le carnet que j’avais pris pour prendre des notes et ouvert mon ordi pour aller voir sur twitter si certains blogueurs étaient aussi affligés que moi. J’ai donc « live-twitté » le reportage de Marie-Monique Robin avec une poignée de blogueuses et blogueurs concernés, les autres ayant préféré s’abrutir les neurones devant X-Factor. ( Laurent vous explique ici ce qu’est le live-tweet)

Malgré le sérieux de l’émission, les questionnements et angoisses qu’elle générait un peu plus à chaque minute, nous avons essayé de prendre les choses avec humour.

Par exemple Shaya m’a fait mourir de rire lorsqu’elle à twitté « j’y crois pas, elle est allée demander  en Inde s’ils avaient des problèmes d’obésité » (véridique, la journaliste a réellement posé cette question dans un petit village d’Inde où  la préoccupation semble plus être « est-ce qu’il y aura à manger pour tout le monde? » plutôt que «  t’as les fiches du régime dukan ? »).

N’empêche qu’on riait quand même un peu jaune et que la question qui revenait sans cesse c’était

« Mais alors qu’est-ce qu’on peut manger ? »

Eric avait déjà la réponse : il suffit de manger bio !

Et là, tollé général dans la salle ( enfin parmi la dizaine de personnes qui avaient choisi Arte) : « Le bio c’est trop cher ».

Il a donc proposé qu’on fasse le test, qu’on passe au bio pour quelques temps et qu’on compare tous ensemble.

Bien entendu qu’après ce genre d’émission on a tous envie de passer au bio. Moi la première puisque j’avais déjà de fortes tendances, mais je n’ai  PAS le budget !

Eric me dit que si, « il suffit de bien s’y prendre », ils sont quatre, nous sommes quatre… faisons le test et comparons nos  budgets.

J’entame donc un test : mon budget survivra-t-il au retour au bio ?

Et vous ? vous en avez pensé quoi de cette emission ?

Et chez vous c’est bio  total ? bio partiel ou pas du tout bio ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Après lui, le déluge…

J’avais 11 ou 12 ans lorsque ma Grand-mère m’a envoyé une jolie carte avec cette phrase de Marc Aurèle : «  accomplis chaque geste de ta vie comme s’il devait être le dernier ».

Je suis certaine qu’elle ne s’attendait pas à l’effet bœuf que ça a produit sur moi à l’époque, parce que sincèrement qui a envie que son dernier geste soit un devoir de maths ?

Du coup j’ai commencé  glander très fort au niveau des devoirs parce qu’il était beaucoup plus important de terminer le roman en cours ou d’écouter en boucle le dernier hit en vogue ( au péril des oreilles de Mamina et Papounet).

A douze ans donc, je suis entrée dans la résistance. Résistance aux corvées et autres activités bien peu trépidantes qu’il faut faire mais dont on se passerait bien.

Ma pauvre Mamina répétait inlassablement «  range ta chambre » et moi je pensais : «  à quoi bon ? si je meurs demain je préfère faire quelque chose de plus intéressant ».

Pourtant déjà à l’époque, je me doutais bien que ce n’est pas exactement ce que Marc Aurèle voulait dire, je supposais qu’il évoquait plutôt un comportement bon et altruiste dans le respect de ses congénères  de la nature et gna gna gna…

Je crois bien que c’est ainsi que j’ai débuté ma carrière de piètre femme au foyer, sous le prétexte d’une certaine philosophie de vie du genre Carpe Diem.

Ce n’est certainement pas en récurant la cuvette des toilettes qu’on profite de l’instant présent…

En même temps si je meurs demain, il y aura surement plein de gens qui vont passer à la maison ( une grosse dizaine quoi…) et ça craint si les toilettes sont « cracras »… Ou PAS :  je ne serais plus là pour le voir.

Donc dans ma vie de tous les jours, j’alterne les moments où je m’acquitte des corvées sans rechigner et ceux où, en l’honneur de Marc Aurèle et en grande philosophe que je suis, je remets  à plus  tard ce qui ne me passionne pas.  Typiquement, lorsqu’il s’agit de repasser, je deviens immédiatement encore plus stoïcienne que le sieur Aurèle et je choisis de profiter de ma vie SANS fer à repasser au bout du bras.

Certains parleraient de fainéantise, je préfère appeler ça un laxisme raisonné.

Ceci dit, savoir que je suis mortelle et donc en « sursis » sur notre belle planète ne me donne pas l’excuse de faire n’importe quoi en pensant  «  après moi le déluge »

Et c’est là que le bas blesse, c’est que finalement on est encore trop peu à se rendre compte qu’on n’est pas tout seul, qu’après nous il y aura encore des générations et des générations ( enfin j’espère).

Eric soulignait très justement l’autre jour, dans un excellent billet, que dans un contexte où de plus en plus de gens et d’organismes  se rendent compte des dégâts  et des dangers provoqués par l’agriculture intensive à grands coups de pesticides et autres produits chimique l’UMP venait de supprimer toutes les subventions de l’agriculture biologique. ( après eux le déluge…)

Et le pire, (je ne décolère pas depuis que j’ai lu ça chez Bbflo) :  c’est DSK qui se vante à la télévision de défroisser ses costumes en laissant couler la douche pendant TRENTE MINUTES ! (là c’est : avec lui, le déluge).

C’est HONTEUX qu’avec les moyens de communication actuels, le président du FMI ne soit pas encore au courant que des millions de gens meurent de soif, que la sécheresse nous guette, que le désert avance…

Alors si contrairement à moi, t’es une pro du repassage, tu peux faire un geste pour la planète et offrir des cours gratuits à DSK ( le pauvre ne gagne que 30 000 euros  par mois).

Sinon, tu fais comme moi, tu rédiges un acte notarié pour que le dernier geste de ta vie soit de léguer ton cerveau à DSK parce que visiblement il n’en a pas !

C’est carrément la honte la France en ce moment non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Demain soir on regarde M6 !

Je sais, il est très inhabituel pour moi de vous envoyer devant la télé, parce que d’habitude, je ne suis  pas très fan, et en plus je préfère vous garder au chaud sur ce blogounet plutôt que de vous savoir totalement hébétés devant les émissions de télé-réalité.

Mais là, avis à la population il s’agit d’une émission d’utilité publique, « même que » je trouve qu’il devrait être obligatoire de la regarder mais comme nous sommes toujours (officiellement) en démocratie ça ne sera pas imposé, juste fortement recommandé.

Mais pourquoi cet engouement soudain pour le tube cathodique la télé HD, me demanderez-vous ?

Et bien parce que mercredi soir, sera diffusé sur M6 le second volet de l’émission Capital Terre ( la ptite sœur de capital), émission que j’ai vue en exclusivité lundi dernier en compagnie d’une poignée de blogueurs (ses) ( moi qui comptais me planquer dans la foule c’était raté) et de Guy  LagacheEmmanuel Leclerq et  Jean-Bernard Schmidt qui ont ensuite répondu à toutes nos questions.

Capital terre c’est quoi ?

« C’est une émission qui vous propose de voyager d’un bout à l’autre de la terre pour comprendre comment notre vie quotidienne a un impact sur notre environnement ».

Et là, j’en vois deux ou trois parmi vous ( oui vous deux là, au fond à droite) qui hochent la tête d’un air suspicieux. Il ne s’agit pas du tout d’une émission moralisatrice mais de plusieurs enquêtes sur certains produits très consommés actuellement ( vêtements, téléphones portables etc ). L’accent est mis sur leur impact écologique dans un monde ou règne la surconsommation mais également dans une société où l’on commence (enfin) à prendre conscience que nos ressources naturelles ne sont pas inépuisables.

Alors bien sûr, certains reportages ne vont pas faire plaisir à tout le monde, ( oui mesdames les « modeuses », avant  je vous trouvais  seulement superficielles, maintenant je vous trouve dangereuses, nocives…) mais le but de l’émission n’était pas de faire un constat dramatique supplémentaire  et l’on y découvre aussi de nouvelles techniques de recyclage, de transformation de déchets qui redonnent espoir.

Parce que les enjeux de l’écologie sont liés à ceux de l’économie il est évidemment hors de question qu’on arrête tous de consommer, du jour au lendemain, que l’on se transforme en militant extrémiste nu ( économiser le coton), dépourvu de téléphone portable (stopper la guerre de l’étain) et chassant de son alimentation tout produit contenant de l’huile de palme ( capital terre n°1)…

Mais peut-être qu’à l’issu du visionnage de cette émission nous agirons en consommateurs avertis, voire responsables…

Peut-être qu’on se dira avant d’acheter le dernière modèle d’I-phone : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Même chose pour ce joli tee-shirt bradé dans une grande enseigne alors que l’armoire déborde déjà…

Bien sûr qu’on ne ne va pas tout changer d’un coup, ni refaire le monde mais comme je le disais l’autre jour, chaque petit geste compte et le geste que je vous propose aujourd’hui, c’est  de vous  informer.

Vous  pouvez voir la bande annonce de l’émission en cliquant ici, mais le mieux c’est encore de regarder l’émission en entier et en direct sur M6, mercredi 16 à 20h45

Vous repassez par ici jeudi me dire ce que vous en avez pensé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un monde parfait…

Virginie a décidé de nous faire réfléchir… Elle nous demande  de lui décrire notre monde parfait. Parce qu’évidemment, et c’est là que le bas blesse, mon monde parfait n’a rien en commun avec celui de mon voisin, ni de mon frère, ni même de mes enfant… Et c’est en partie pour ça qu’on ne l’atteindra jamais notre monde parfait, c’est parce qu’il est différent pour chacun d’entre nous.

–          Le monde parfait d’un gros industriel c’est un monde où les matières premières affluent autant que les clients et peu importe l’emprunte carbone de sa production, dans son mode parfait, l’économie est florissante, l’écologie une mode dont il se passerait bien.

–          En parlant de mode, le monde parfait d’une « modeuse », d’une «  fashionista » est très certainement un monde de soldes et de promotions où elle pourrait assouvir en permanence ses besoins d’apparence de surconsommation. Là  encore, peu importe qu’il ait fallu 5000 litres d’eau pour produire son 47ème jean, peu importe que la coloration de ce même jean ait définitivement éradiqué les derniers poissons de la rivière de Xingtang (source Capital Terre, M6, à voir absolument le 16 février prochain).

–          Le monde parfait d’une grand-mère serait que ses petits enfants habitent plus près de chez elle… ( ou plus loin, c’est selon …).

–          Le monde parfait d’un chômeur de 50 ans serait qu’on ne jette plus les cadres de son âge, une fois  bien « pressés comme des citrons » parce qu’un jeune reviendrait moins cher, parce que c’est la crise etc.

–          Le monde parfait d’un chômeur de 25 ans serait que les employeurs cessent d’exiger trois à cinq ans d’expérience pour tout poste, ce qui revient à dire qu’avec un diplôme en poche, des année d’études derrière eux, il faut encore faire des années  de stage payés à coup de lance-pierre, pour acquérir  cette fameuse expérience.

On pourrait continuer ainsi longtemps, et comme je ne sais pas quel serait le monde parfait de ma voisine, je vais plutôt vous parler du mien.

Dans mon monde parfait

–           je pourrais offrir à mes monstroux tout ce dont ils ont envie sans avoir peur de les gâter.

–          Ils mangeraient de bon cœur (comme il y a à peine  6 mois) et sans rechigner, les fruits frais que je leur aurais préparé pour le ptit dèj, et je ne me demanderais pas combien de pesticides il y a dedans.

–          Ils iraient à l’école en chantant ( juste, évidement) parce qu’il n’y aurait que de bons élèves et de bons enseignants .

–          Je ne leur dirais plus de ne pas jouer avec l’eau parce qu’il y a des enfants qui en manquent, parce que plus personne ne manquerait de rien (et d’ailleurs, puisqu’ils seraient parfaits, ça ne leur viendrait pas à l’idée de jouer avec l’eau et d’inonder la salle de bain).

–          Mr Poux aurait le même boulot passionnant mais il rentrerait à temps pour dîner tous les soirs, et ne travaillerait jamais le week-end

–          Je saurais toujours quoi préparer pour le dîner, et du coup j’adorerais cuisiner de bons petits plats sans OGM (qui n’existeraient pas).

–          Je serais une blogueuse méga organisée avec toujours un ou deux billets d’avance que vous seriez des milliers à lire et à apprécier

–          Je n’aurais plus jamais besoin de râler, de m’offusquer, d’écrire des lettres enflammées puisque tout serait  PARFAIT….

ARGHHHHHHHHHHH !  Je suis à « Pleasantville 1» dans cette ville où tout est si parfait que les habitants sont de véritables robots-moutons, conditionnés à mort pour ne voir que ce qui va bien et qui finiront par tout bouleverser parce qu’ils s’ennuient à mourir !

Bon, mais alors, si mon monde parfait est  aussi irréaliste qu’ennuyeux, on fait quoi ?

On pourrait faire en sorte qu’autour de nous, le monde soit un peu «  moins pire », on donnerait  de notre temps, de nos sourires, de notre argent pour aider un peu. On partirait en croisade contre les choses qui nous agacent, quitte à passer pour la don quichotte de service.

Parce que, le monde parfait n’existe pas, mais que  le monde actuel a besoin de nous, chaque petit  geste compte, et même si  ça nous parait dérisoire, insuffisant, c’est l’association de tous ces petits gestes individuels et gratuits qui fera la différence…

Et comme un monde parfait ne pourra jamais exister sans une terre pour l’accueillir, j’ai envie de vous demander…

Et vous ? Qu’avez-vous fait pour la planète aujourd’hui ?

1 Pleasantville  est un excellent film de Gary Ross, sorti en 1998 que je vous recommande vivement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’eau c’est la vie !

Je le sais, vous le savez, même les enfants le savent mais malgré tout chaque jour nous gâchons !

Pour mon grand retour sur le net, je voudrais vous parler d’un sujet qui sera traité par 3 909 autres blogueurs de toutes nationalités : l’eau. Je m’associe donc à la grande discussion internationale de Blog Action Day qui chaque année choisit un thème, une cause, un problème, pour informer le plus de monde possible et propulser l’information, la réflexion par delà les frontières.

Tiens par exemple voici quelques chiffres sur l’eau :

Il y a dans ce monde dit « civilisé » 1 milliard de personnes qui n’ont toujours pas accès à l’eau potable.

38000 : c’est  nombre d’enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque semaine par manque d’eau. ( déshydratation, maladies dues à une eau non potable, problèmes d’hygiène).

40 milliard d’heures de marche par an : c’est la moyenne pour les femmes africaines qui ramènent des cruches d’eau jusqu’à leur foyer.

Le conflit du Darfour a très certainement débuté à cause de ce manque d’accès à l’eau…

Ça vous déprime tous ces chiffres ? Et bien moi aussi ! Et je me sens impuissante par rapport à ça puisque contrairement à Grand Monstrou, je sais qu’il ne suffit pas de « prendre l’avion pour l’Afrique avec plein de bouteilles d’eau  dans sa valise, pour régler le problème ! »

Parce que j’ai beau être une Peste, certains sujets me font mal au cœur !

Alors, à notre petit niveau de famille française de classe moyenne, nous faisons tout notre possible pour respecter cette eau qui n’est pas accessible à tous.

–          On préfère prendre des douches que des bains.

–          Dans la douche on arrête l’eau pour se savonner ( oui ça caille, mais c’est un minimum !)

–          Si on prend un bain on jette les DEUX monstroux en même temps dedans.

–          L’avantage c’est qu’à deux dedans, ils éclaboussent tellement qu’ensuite vous pouvez serpiller l’intégralité de la salle de bain (murs, sol et plafond). (attention, le shampoing projeté sur le sol, le nettoie très bien ( et démêle !), mais après vous avez l’option patinoire gratuite !)

–          Bien entendu quand on se lave les dents, on remplit d’abord son joli verre «  à dents » (j’adore l’expression, c’est surement un truc pour prévenir qu’on finira tous par ranger nos dents dans un verre le soir) et on ne laisse pas couler l’eau pendant les trois minutes du brossage.

–          Pareil pour la vaisselle : on ne laisse pas couler le robinet, on lave tout et on rince ensuite, c’est plus dur avec un seul bac, mais on y arrive !

–          Quand finalement on se décide  à changer cette chasse d’eau complètement caractérielle qui fonctionne seulement les jours impairs, on achète un système « à deux vitesses » (un peu comme ce qu’est en train de devenir le système français : une bonne rasade pour les grosses bouses et juste trois gouttes pour toutes les petites merdes !)

–          On ne lave pas sa voiture tous les dimanches (ça c’est réservé à l’américain moyen qui se fout royalement de l’eau gâchée, il n’y a qu’à le regarder arroser sa pelouse ET les trottoirs tous les jours). D’ailleurs, nous on ne lave quasiment jamais notre voiture, c’est même pas de la flemme, c’est de l’écologie !

–          Et enfin, on ne joue pas avec l’eau ! Je ne COMPRENDS pas que les grands distributeurs persistent à mettre en vente des pistolets à eau… Ca me dépasse ! Seraient-ils les seuls à ignorer qu’on manque d’eau un peu partout sur la planète et que la balancer sur le voisin juste pour rire est un acte d’une grave incivilité !?

Grand Monstrou a gagné son premier pistolet à eau au marché de Noël de l’école maternelle (cherchez l’erreur !), et si en plein mois de Décembre il m’a été facile d’interdire l’utilisation de l’objet (l’eau aurait gelé dedans de toute façon), en juillet, il m’a fallu trouver d’autres arguments !

Le premier été, j’ai «  accidentellement » marché sur l’objet du délit et « oh c’est trop bête », écrabouillé le réservoir. Le second été par contre, mes deux monstroux étaient équipés d’engins arroseurs, les températures étaient plutôt élevées : j’ai du trouver un compromis !

Ok pour jouer avec des pistolets à eau mais UNIQUEMENT avec l’eau du récupérateur d’eau de pluie !

Ok, elle ne sent pas très bon parce qu’elle stagne, il faut donc éviter de la boire, mais au moins on ne gaspille pas l’eau potable que nous avons la chance d’avoir à volonté.

Bien entendu ces petits gestes du quotidien ne vont pas régler le problème mondial de l’accès à l’eau. Je considère que c’est le minimum que chacun puisse faire par respect pour tous ces enfants (38000 souvenez-vous) qui meurent chaque semaine par manque d’eau potable.

Mais il y a peut-être enfin une solution (en plus c’est un français qui l’a trouvée)  et je ne comprends pas que les gouvernements du monde entier n’aient pas encore passé des dizaines de milliers de commandes , la solution c’est de produire de l’eau grâce aux éoliennes ( par condensation). Tout est expliqué sur ce site : http://www.eolewater.com/ à découvrir et à partager sans modération !

Grâce à ce site, je garde espoir, mais chaque jour je continue à faire attention à ma consommation d’eau.

Et vous ? Vous pensez à économiser l’eau ? Vous faites comment ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

My blog is carbon neutral

Je ne pouvais pas rater cette opération qui consiste à faire planter un arbre pour annuler les émissions de dioxide de carbone produites par mon blog !

Parce que  figurez vous que mon propre blog ne l’est pas tant que ça ! D’abord je consomme de l’électricité pour mettre les textes en ligne, je rejette énormément de dioxide de carbone lorsque je fais fumer mon unique neurone pour trouver des idées de billets plus époustouflants les uns que les autres ( mode autosatisfaction : on).

Bien souvent pour terminer un billet ou lorsque je galère avec la mise en page, je me ressers un ptit café : consommation d’électricité non compensée par le fait que je composte le marc. En plus je passe un temps certain, voire un certain temps à lire plein d’autres blogs, sites, articles en émettant plein d’ondes néfastes parce que j’utilise la connexion sans fil pour pouvoir lire dans n’importe quel endroit de la maison ( non je ne vais pas jusqu’à emmener mon ordi dans les toilettes mais je suis sure que certains le font !).

Bref, à « l’insu de mon plein gré », mon blog pollue et ça ne peut plus durer !

La société Arbor Day foundation va  donc se charger de planter un arbre pour mon blog, en échange de la présence du petit macaron que vous pouvez admirer sur la colonne de droite.

J’ai bien essayé de les convaincre de planter un cerisier et de m’envoyer des paniers de cerises chaque année mais apparemment ce n’est pas qu’une opération marketing, il s’agirait ici de reconstituer une partie de la forêt  » plumas » au nord de la Californie qui a brûlé en 2007 par hectares entiers.

Je ne peux que saluer l’initiative , je trouve très chouette que grâce à mon blog absolument pas influent, sérieux ou indispensable ( mode autosatisfaction : off) on puisse replanter un arbre !

Quel dommage qu’on ne fasse pas pareil en Amazonie …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mc Do écolo ? Laissez moi rire !

Parfois je lis des trucs  » sérieux », et la plupart du temps je fulmine devant mon ordi  quand je vois certains articles !

Celui-ci, trouvé sur le net il y a quelques jours m’a fait rire bien jaune : Article de capital .

Bon d’accord, il y a le devoir de neutralité du journaliste qui j’espère s’est bien mordu les lèvres pour pondre ça, mais plutôt que d’aller dans le sens purement marketing de Mc Do, je crois que je me serais abtenue de diffuser cette info. ( c’est peut-être pour ça que je ne suis PAS journaliste )

Petit résumé pour ceux qui auraient eu la flemme de cliquer sur le lien : l’entreprise florissante de malbouffe, inquiète pour son image a manipulé de pauvres communes signé un partenariat avec 212 communes de France pour régler le problème des déchets (qu’elle génère).

Alors, avant de leur casser du  ketchup sucre sur le dos, parlons de ce qui est «  mieux » : Mc do a décidé de réduire ses emballages et avec l’aide d’étudiants de trois grandes écoles ils ont limité le nombre de papier et carton qui emballent votre malheureux hamburger.  Parce qu’en général, manger Mc do c’est un peu comme manger un artichaut : à la fin, la poubelle est beaucoup plus pleine que votre estomac. Cet emballage moins lourd n’est pas encore présent dans tous les restaurants ( l’article ne dit pas pourquoi …) mais c’est déjà mieux (ça valait le coup de recruter trois grandes écoles non ?) !

L’autre truc « bien » c’est que  grâce au partenariat précédemment cité, dans certaines régions les restaurants fournissent un service de ramassage des déchets, notamment à Dijon, où une voiturette électrique ramasse les déchets autour du stade local et sur le chemin entre la fac et le restaurant.  L’article ne dit pas si les «  nettoyeurs » ne ramassent que les déchets Mc Do parce que c’est ça qui les embête vraiment chez MC do, c’est la contre-publicité que lui font les cartons de frites tamponnés du gros M jaune, sur le bord de la route.

Personnellement ça me désespère de lire que certaines communes en soient réduites à s’associer à l’enseigne pour financer des campagnes d’affichage «  aidez nous à garder nos rues propres ».  C’est tout bénéf’ pour la société Mac Donald qui en profite pour recaser son logo et c’est bien malheureux que les communes en arrivent à se prostituer avec l’antithèse de l’écologie, l’antithèse du respect de l’environnement pour parler de propreté et de réduction des déchets.

Un grand bravo donc au service Marketing de Mc Do… je me demande juste si l’association de certaines communes avec l’enseigne n’est pas liée à la politique de rigueur actuelle, à l’appauvrissement constant par l’état, des communes, conseils régionaux et autres…

Je me demande aussi si pour garder nos maternelles, nos musées, nos bibliothèques, nous n’allons pas tous devoir manger des hamburgers à chaque repas !

Et oui messieurs dames, l’heure est à la sponsorisation ! Même si ça veut dire se foutre de la gueule du monde et parler d’écologie avec les principaux pollueurs !

Tiens, j’ai une idée géniale pour récupérer des sous pour ma commune, pourquoi ne pas se faire sponsoriser par les producteurs de désherbants et de traitements chimiques dont les agriculteurs abreuvent les champs alentours pour repeindre nos classes ?  Bien sur, ça voudrait dire ajouter dans les cahiers de liaison : «  l’école maternelle de…. est éternellement reconnaissante à la société « tuelestous » d’avoir permis la réfection des classes ». Mais hé ! On n’a rien sans rien de nos jours !

Je vais de ce pas en parler aux responsables ( mais pas coupables hein ) de ma commune, ils seront bien évidement  ravis de récupérer un peu d’argent et me décerneront surement le prix de la meilleure idée de communication de l’année ( honteusement piquée à Mc Do… chuuuuuuuut).

Et pour en finir avec Mc Do : je vous recommande la lecture de cet article qui vous confirmera dans l’idée que le respect qu’il soit de la propreté ou des consommateurs, ne fait pas partie de leur philosophie !

par ici l’ article d’Eric Citoyen

Pestouillement vôtre !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une journée au zoo

Profitant de notre séjour en Charente Maritime, j’avais convaincu  Mr Poux de nous accompagner pour une journée au zoo de la Palmyre, un zoo de très bonne réputation qui  s’est auto-proclamé sur son site internet :   «  site d’éducation et de sensibilisation aux problèmes de l’environnement ».

Dès l’entrée avec les girafes nous avons été particulièrement étonnés de voir que  ce zoo à vocation «  pédagogique »  met en vente du popcorn juste devant l’espace  des girafes.
Résultat, malgré quelques panneaux interdisant de nourrir les animaux, la plupart des gens, dès leur entrée, nourrissent allègrement ces pauvres girafes  de pop-corn sucré !
Grand Monstrou s’est étonné qu’on lui ait menti jusqu’ici et jamais appris que les girafes aimaient le pop-corn…Et moi qui pensait être déjà sensibilisée aux problèmes de l’environnement, je n’avais jamais réalisé que LA solution pour éviter la disparition des espèces était de les nourrir de pop-corn et de chips !
Je ne suis QUE femme au foyer, mais il me semble qu’il aurait été plus «  pédagogique » et mieux adapté de mettre en vente de la nourriture spéciale girafes ( feuilles d’acacia, jeunes pousses d’arbres). Non seulement cela éviterait aux enfants de repartir en pensant que les girafes sont « pop-cornicoles », mais en plus économiquement parlant ce serait un plus pour le zoo qui pourrait faire un bénéfice considérable en vendant devant chaque espace la nourriture adaptée à ses protégés.
Ah, quand même un truc écologique, c’est que le zoo n’imprime pas de plan individuel de son site, il n’y a qu’à regarder les panneaux et suivre les flèches «  sens de la visite ». C’est un peu pénible lorsqu’on est venu avec son propre cerveau et qu’on voudrait commencer par les animaux de notre choix de peur que nos enfants ne tiennent pas le coup toute la journée, mais visiblement, les touristes ne sont pas censés prendre de telles initiatives.
Nous nous sommes donc conduits en visiteurs disciplinés et nous avons suivi les flèches et observé les animaux dans le sens prévu !
Notre passage aux toilettes fut épique, il est visiblement moins cher d’acheter une machine à Pop-corn qu’une bonne vieille cuvette Jacob Delafon, les toilettes n’étaient composées QUE de toilettes turques, ultras pratiques quand on a un Petit Monstrou un peu dérangé qui souhaite faire sa «  grosse commission ». D’ailleurs le gamin a fait un blocage lorsqu’il a vu les installations et nous avons traversé tout le zoo en courant pour trouver les seules cuvettes disponibles (dans les toilettes pour handicapés) afin qu’il puisse œuvrer sans risquer de tomber dans ses défécations, en s’ouvrant la tête sur dix centimètres parce qu’il aurait glissé dans les toilettes turques.
Ne venez pas me dire que ce genre de toilettes est plus hygiénique, c’est juste moins difficile à entretenir, on en revient à la notion de service à la personne qui est  relativement sous-développée en France.
Que la direction se rassure, nous n’avons absolument pas regardé les animaux dans le désordre dans notre course vers les seules toilettes pour handicapés qui n’exigeaient pas qu’on fasse quinze minutes de queue pour obtenir la clé, nous sommes sagement revenus sur nos pas pour reprendre le «  sens de la visite ».
Les monstroux étaient enchantés, ce zoo est vraiment magnifique, les espèces  y sont multiples et ils étaient ravis de voir enfin des guépards, des lions des éléphants et tous ces animaux qu’ils ne connaissaient jusqu’à présent que virtuellement.
Je ne voudrais surtout pas avoir l’air de mauvaise foi, mais je dois avouer qu’au 5647ème singe, nous étions un peu las, et qu’ils soient jolis, différents, petits ou gros nous importait peu, Mr poux et moi en avions ras la casquette des primates, surtout moi qui ai souvent l’impression que j’en ai trois à la maison !
Nous avons tout de même beaucoup apprécié la dextérité des Mamans gorilles qui se promenaient avec leurs bébés accrochés sur le ventre et n’avaient cependant aucun problème pour sauter, se déplacer avec un bras avec un équilibre parfait malgré leur imposante masse.
Les autruches étaient d’autant plus impressionnantes qu’elles allaient jusqu’à voler les sachets de chips des pauvres gens qui leur en avait sottement grassement donné une ou deux, elles partageaient l’enclos de zèbres qui se nourrissaient également de chips et de pop-corn, aliment ô combien recommandé pour leur équilibre et leur développement.
Là quand même j’ai pu étaler un peu ma science et expliquer au monstroux que le cerveau de l’autruche n’était pas plus gros que son œil (qui a dit comme tous les membres du front national ?).
Nous sommes arrivés juste à temps pour voir les rhinocéros prendre leur bain de boue tout en recevant des chips sur la tête(très certainement lancées par le même débile des autruches qui en avait racheté), chips qu’ils ignoraient royalement  preuve que le cerveau du rhinocéros est plus gros que celui de l’autruche ( et donc des membre du front national, CQFD).
Enfin les enfants ont été très impressionnés par les énormes dents des hippopotames qui réclamaient du pain aux touristes désormais démunis de pop-corn ou de chips. Je ne peux affirmer que c’était du pain qu’ils réclamaient car je ne parle pas l’hippopotame couramment, mais la famille juste à côté de nous devait comprendre ce  dialecte car elle a fourni au moins une demi-baguette à chacun des deux hippopotames qui quémandaient. Le troisième qui était trop loin s’est vu refuser toute nourriture, prise de pitié j’ai failli lui lancer une compote à boire mais je n’étais pas sure qu’il sache aspirer dans le sachet et qu’il ne pollue pas ensuite en recrachant ledit sachet !
Non, vraiment c’était une bien belle visite, depuis les monstroux demandent tous les jours quand on va retourner au zoo.
J’ai tout de même un peu peur de les emmener dans un zoo qui n’aurait pas cette grande vocation pédagogique qu’à celui de la Palmyre…
Rendez-vous sur Hellocoton !