Attendre les problèmes

imageJ’envisage toujours le pire,c’est ma façon à moi de me préparer à affronter l’adversité, les problèmes, les différents couacs de la vie.

Le seul avantage c’est que quand le pire n’arrive pas oû que c’est « moins pire » que prévu je suis soulagée. Le gros inconvénient c’est que c’est épuisant voire déprimant.

Toujours sur le qui-vive, toujours à m’inquiéter, à chercher des solutions pour des problémes qui n’existent pas (encore).

Mon père a une toute autre philosophie, il part du principe qu’il faut « attendre les problémes pour les résoudre », je l’entends, je le comprends et ça me tente beaucoup mais je ne sais pas faire !

En effet, il ne m’a servi à rien de m’inquiéter plusieurs nuits de suite pour savoir comment on allait faire rentrer le fauteuil roulant, le plâtre de 61 cm et le gosse au bout, le boxerfou, les valises et nous dans la voiture. Nous y sommes  trés bien parvenus, le seul résultat c’est que j’étais épuisee !

Il ne me sert pas à grand chose non plus de me mettre  » martel en tête » au sujet de Petit Monstrou qui bien que ou parce que « intellectuellement précoce » n’en fout pas une à l’école. Oui il va prendre un retour de bâton parce qu’il n’a pas appris à apprendre, ou appris à travailler, mais m’inquiéter  n’y changera rien.

Je le sais… Ce que je ne sais pas c’est comment reprogrammer mon cerveau pour ne pas m’en faire à l’avance, ppur lâcher prise.

Des idées ? Des solutions à me proposer ?

Et vous ? Vous attendez les problémes pour les résoudre ou vous anticipez tout comme moi ?

 

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions sur « Attendre les problèmes »

  1. pour le point « intellectuellement précoce », la super psy du p’tit grand a bien vu que j’étais nettement plus stressée que lui mais m’a ordonné de lui foutre la paix. Qu’il se débrouillerait justement toujours au niveau scolaire. Faut juste veiller à leurs émotions.

  2. Apprendre à travailler, comme à l’école, un des thèmes du bouquin que je suis en train de lire sur les HQI. C’est pas la joie pour ces enfants. Il faut juste arriver à trouver le bon compromis entre l’enfant et l’enseignant et ce que l’école aussi comprenne et soit formée à ce sujet ce qui n’est pas le cas

  3. Je lis avec beaucoup de plaisir ton blog depuis un moment mais en  » sous-marin » ( je sais, pas bieeeen) mais la ton post m’interpelle car je suis totalement tendance comme ton père voire même peut être plus encore zen ( mon mot favori = c est pas grave.. reposant mais ça me joue de mauvais tours, c est une autre histoire )bref tt ça pour dire que je n ai pas de recette miracle juste comme conseils d essayer de relativiser un Max, de profiter de tous les petits plaisirs quotidiens et aussi ce qui m aide vraiment à me vider la tête c est la course à pieds! Cela étant je suis sûre que tu es au top niveau organisation et plannification non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *