Apologie de la folie… ou pas !

Parfois je voudrais être folle, folle pour oser encore plus de chose que ce que je me permets actuellement, folle pour rire de tout et de rien, folle pour l’insouciance qui l’accompagne, ne parle-t-on pas de « folie douce ».

Lorsque je suis fatiguée, physiquement mais surtout moralement, je voudrais débrancher ma raison et sombrer dans une folie joyeuse ( et non  pas furieuse), je pourrais lâcher prise, oublier mes responsabilités.

Je pourrais plaider la folie  auprès de tous les gens que j’ai blessé volontairement ou non. Ils se diraient : » la pauvre elle n’a pas réalisé », et d’ailleurs bien souvent, les pires blessures que l’on inflige à autrui, on ne s’en rend pas compte… Béa Culpa !

Et puis je serais juste assez folle pour ne pas réaliser qu’on nous prend pour des cons, que quoi qu’on fasse, de toute façon on a tellement empoisonné notre planète que nous empoisonnerons aussi nos enfants et toutes les générations à venir si toutefois il  y en a…

Si j’étais folle je ne verrais pas les gens rire de moi, ni ma famille s’inquiéter pour moi… mais si j’étais folle je n’aurais pas construit cette belle famille qui est la mienne, je ne saurais pas m’occuper des mes Monstroux… ( déjà que…hum !)

Alors je garde ma tête « valide » et pleine de soucis, mais j’ai toujours un regard bienveillant, un sourire pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir toute leur tête. Ceux qui auraient bien voulu garder leur raison et ceux qui ne l’ont jamais eue tout à  fait…

Ce texte participe au défi d’Euréka et LuckySophie mais surtout je le dédie à mon oncle Guy, qui n’est pas fou mais dont la trisomie 21 a fait quelqu’un d’insouciant, juste pas suffisamment pour l’empêcher de réaliser qu’il n’est «  pas comme nous ».

Je me souviendrai toute ma vie du jour où, alors que j’avais 12 ans il m’a dit «  ça y est tu es plus grande que moi maintenant », j’en avais eu froid dans le dos car même si j’ai plaisanté en disant que non  j’étais toujours plus petite que lui, je savais exactement ce qu’il voulait dire. A ce moment là, c’était moi la « folle » qui refusait de comprendre…

Je crois qu’on est toujours le fou de quelqu’un…

Mais quelque soit mon âge et l’état de mon cerveau ou du sien, mon Tonton Guy sera toujours mon tonton, celui qui dansait avec moi dans ma chambre, jouait à la maitresse avec moi, à la belote, au Yam’s, celui qui connaissait toutes les dates d’anniversaire ou de fête de toute la famille par cœur, celui qui dessinait si bien … Celui dont le rire insouciant et la petite folie pourraient faire envie, jusqu’à ce qu’on réalise, que lui, aurait juste voulu être comme nous !

Be Sociable, Share!

48 réflexions sur « Apologie de la folie… ou pas ! »

  1. Je suis émue, là Béa. Vilaine!
    J’ai travaillé avec des personnes trisomiques, des personnes déficientes et puis de vrais fous, des schyzophrènes, des maniaco-dépressifs… Les fous, c’est nous Béa.

  2. On n’est jamais content de son sort, il me semble. Quand à la folie, je crois qu’elle nous guette tous… alors, pour conjurer le sort, soyons fous^^

  3. tonton guy est tonton guy c’est comme cela (oui je sais c est un peu simpliste comme résumé…) mais je suis sur que vous vous payez de bonnes rigolades. non ?

  4. la trisomie 21 a fait quelqu’un d’insouciant, juste pas suffisamment pour l’empêcher de réaliser qu’il n’est « pas comme nous . Ma couisne c’est exactement ce qu’elle dit! Bel hommage à ton tonton 😉

  5. Pfiou … des frissons partout, et les larmes pas très très loin de couler …
    Parce que c’est un très bel hommage, et que c’est tellement vrai, ce que tu dis…

    *soupir*

  6. la vache tu viens de me foutre des frissons de partout, ton texte m’a chamboulé, les larmes sont monté aux yeux tellement c’est vrai…my god ..j’ai plus de mots et magnifique texte…j

  7. Ca va pas d’écrire des trucs si beau et si touchant ! J’ai l’air de quoi moi maintenant devant mon écran à pleurer comme une madeleine ?
    Je réponds quoi à mes gnômes qui me demandent… Ben si elle te fait pleurer la dame pourquoi tu vas sur son blog ??? lol
    Merci d’avoir mis des mots sur tout cela…
    Bonne continuation !

  8. Très bien écrit, et une pensée aussi a ceux qui en vieillissant perdentleur facultés et leur réflexion, malheureusement j ai l impression de voir de plus en plus de cas autour de nous…..et un gros bisous a tous les tontons Guy

  9. Ca remue cet article…il faut avoir le coeur bien accroché…émouvant. très touchant et si vrai… des bisous à ton tonton Guy qui tient bien son rôle… une pensée de mon côté pour LINA, la princesse de 5 ans de nos amis…biz Béa et merci !!!

  10. Un superbe article et un bel hommage à Tonton Guy. J’ai eu les mêmes réflexions que toi sur la fin de ton article, ma cousine Eva Maria, trisomique elle aussi, qui rêvait de pouvoir, comme ses frangins, quitter la maison familiale pour se marier et avoir des enfants…

  11. Très bel hommage à ceux qui ne sont pas comme nous, mais qui ont de telles réserves de tendresse de bonne humeur … qu’on pourrait les envier … et merci à mon Aurélien d’être là !

  12. Personne ne peut rester insensible à un si bel article, tellement vrai !! Je te dis simplement merci pour nous et pour tous les Tonton Guy…

  13. Tu as raison on est tous le fou de quelqu’un.
    Parfois je me demande quelle est la vision du monde que perçoit mon fils, j’essaie de me mettre à sa portée et je me dis que c’est peut être lui qui est dans le vrai.

  14. J’ai grandement pensé à toi hier:
    Dans le bus avec mon fils, une dame se met sur la rangée devant nous. Je l’entends marmonner les yeux dans le vague. Il est clair aux yeux de tous (et tout le monde la regarde sans la regarder) qu’elle a un truc qui ne tourne pas rond.
    D’un coup elle se met à me parler sur mon cabas (avec des courses et des affaires du petit dedans), je lui réponds. Un mec (jeune) derrière elle elle ne le voit pas, me fait signe qu’elle est folle. Je dis au gars « et alors? ». Non mais est ce que ça m’empêchait de lui parler? (d’autant plus qu’elle avait un discours cohérent).
    Elle continue à me parler et une douceur certaine a envahi son regard tandis qu’elle parle de mon petit. Les gens me regardaient bizarrement du coup je te jure.
    Plutôt que folle je la pense plutôt marquée par la vie, par quelque chose de pas cool qui a du lui arriver et qui fait qu’elle a grillé un, petit, fusible.
    Mais les gens n’ont vu que son air un peu ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *